J’aurais pu intituler cet article Dis-moi ton prénom, je te dirai qui sont tes parents ou Dis-moi ton prénom, je te dirai quel feuilleton ou quelle série préfèrent tes parents, ou encore Dis-moi ton prénom et je te dirai à quelle occasion tu es né(e). En tout cas cela témoigne de la diversité des sources d’inspiration des parents d’aujourd’hui lorsqu’il s’agit de prénommer leurs nouveau-nés. De nos jours en Afrique et particulièrement au Bénin, on assiste à un phénomène que je ne saurais qualifier. Désormais, si le prénom n’est pas formé de toutes pièces, on afflige carrément son enfant du nom d’une star, d’un président ou même d’un simple personnage de série télévisée.

 

Il y a deux semaines environs, mon voisin, qui n’est autre qu’un aîné à moi a eu un heureux événement. En effet, son épouse vient de mettre au monde le premier enfant du jeune couple. Alors en bon voisin et fort de nos liens antérieurs j’ai rendu visite à la famille. Les salutations d’usage passées, on m’a présenté le nouveau-né ; j’ai donc demandé comment il (c’est un petit garçon) se prénommait. Sa mère m’a alors répondu qu’ils l’ont appelé Joe-Chris Obama. Joe-Chris étant la contraction des prénoms du père et de la mère (Joel et Christelle). Toute de suite j’ai eu un tic parce que comme vous pouvez le constater aucun des deux prénoms n’est africain et dans aucun calendrier vous ne les verrez.

Si on peut parfois être frustré de la barbarie de ces prénoms ou tout simplement être surpris par leur caractère inattendu, moi je préfère en garder l’originalité et louer l’esprit imaginatif de ces parents. En fait il ne s’agit pas là d’un simple cas isolé mais d’un véritable phénomène de société à la mode désormais chez nous au Bénin et plus généralement dans toute l’Afrique (francophone pour ce que je sais du moins).

1er constat : l’abandon progressif  des prénoms typiquement africains…

De plus en plus les Béninois abandonnent complètement les prénoms béninois pour diverses raisons. On connaissait déjà la contribution de la colonisation dans ce processus mais aujourd’hui la situation est plus critique. Non seulement les prénoms africains ne sont plus abandonnés au profit des prénoms occidentaux (c'est-à-dire ceux du calendrier grégorien) mais surtout pour des questions qui tiennent tout simplement de la superstition. Dans ce cas précis on y voit très souvent la patte des nouvelles églises qui fleurissent dans les grandes villes du continent.

D’une manière générale, les prénoms africains n’ont plus la cote surtout en milieu urbain. C’est vrai, la règle générale consiste à donner un prénom africain à son enfant en plus du prénom auquel correspond sa date de naissance dans le calendrier. C’est par exemple les cas de (Nom de famille) Kokou Ulrich ou encore (Nom de famille) Dossou Yves. Mais aujourd’hui on rencontre de moins en moins ces cas-là surtout dans des jeunes couples vivant en milieu urbain.

Aussi, arrive-t-il parfois que les nouvelles églises interdisent carrément à leurs fidèles de donner des prénoms africains à leurs enfants sous prétexte qu’ils portent souvent malheur ou sont rarement politiquement conformes à la doctrine que véhiculent certaines religions.

Si la tendance est prononcée dans les prénoms africains, les prénoms occidentaux ne sont pas pour autant épargnés. Dans un élan de singularité ou de snobisme, on les abandonne aussi pour s’accrocher à des prénoms soient formés de toutes pièces ou inspirés par un feuilleton ou une célébrité internationale.

Le recours à des noms de célébrités ou de personnages de fiction

Il n’est pas rare aujourd’hui de rencontrer des personnes (surtout de jeunes enfants) portant des noms de famille de célébrités ou tout simplement le prénom d’un personnage de série télévisée ou d’un footballeur comme prénom. En effet certains parents n’hésitent plus à flanquer leurs enfants du nom de leur sportif préféré ou de celui du personnage de leur série ou feuilleton favori. Dans d’autres cas, c’est carrément le nom d’un président (Obama et Chirac tiennent la palme) qui est donné à l’enfant juste à cause de leur fascination pour la personne ou par simple snobisme.

Il est donc inutile de vous surprendre d’étonnement ou de vous confondre en questionnements si lors d’un passage à Cotonou, vous rencontrez quelqu’un qui se présente comme Platini, Obama, Clinton, Mandela Kitani  ou Rubi.

Malheureusement ou heureusement, l’imagination et la créativité des Béninois ne se limitent pas seulement à ces quelques trouvailles que certains qualifieraient d’excès. Elles vont parfois au-delà de toute attente et dans ce cas donne lieu à des prénoms hors de toute compréhension et qui suscitent pas mal d’interrogations.

 

Le bazar des prénoms formés de toutes pièces

 

Des fois, j’en arrive à me questionner sur ce qui peut amener certains parents à prénommer leurs enfants d’une manière ou d’une autre. Si on comprend facilement (avec un peu de peine tout de même) pourquoi certains ont hérité des prénoms comme Platini, Obama, Vahidehi, on est abasourdi devant le génie créateur ou du moins imaginatif de certains parents lorsque l’un de vos camarades de classe se présente comme Important (il s’agit d’une fille), dit qu’il s’appelle Chance ou répond à l’appel quand on dit Lundi.

Effectivement, c’est possible de rencontrer ces prénoms dans notre pays. Personnellement j’ai eu une camarade de classe au Lycée qui s’appelait Important. A l’université, je dirai que j’ai eu la chance de rencontrer un autre qui s’appelait Chance.

C’est dans cette même dynamique que certains parents, en voulant prénommer leur enfant, ne font qu’une contraction de leurs prénoms à eux pour obtenir ce qu’ils souhaitent. Il consiste juste à prendre la première syllabe du prénom du père qu’on ajoute à celle du prénom de la mère ou vice-versa. Alors on en arrive souvent à des prénoms tels que Joechris (Joel et Christelle), Jeanis (Jean et Isabelle) etc.

En dépit de l’admiration ou de la désapprobation, de la peine ou de la curiosité que ces prénoms peuvent susciter, c’est une question plus importante, je dirai même cruciale qui est en jeu. Les parents sont-ils conscients qu’en donnant aujourd’hui un prénom à leur enfant qu’ils impriment ainsi un schéma de vie à ce dernier ? Quelles conséquences ces prénoms dénudés de tout sens et de toute histoire peuvent avoir sur ces enfants qui les portent ?

Un prénom aujourd’hui, un avenir demain !

Je comprends le vœu de certains parents de voir leurs enfants porter des prénoms qui les différencient complètement des autres enfants. Mais sont-ils au moins conscients que les prénoms qu’ils donnent à leurs enfants aujourd’hui ne seront pas sans effet dans l’avenir. En fait, ils sont nombreux ces parents qui donnent des prénoms dont ils ne savent même pas la signification eux-mêmes. De fait, les enfants ne savent pas non plus la signification ou l’histoire du prénom qu’ils portent. Certains diront qu’ils ne croient pas à certaines sciences telles que la numérologie ou autres, mais peu importe. Toujours est-il que le prénom que porte une personne peut influencer la perception que ces proches auront de lui et sur l’estime qu’elle peut avoir d’elle-même. Ce sont ces enfants qui en grandissant décident parfois de changer de prénom pour une raison ou une autre.

Les parents doivent au moins prendre conscience du rôle qui est le leur quand il s’agit de donner un prénom à leurs enfants. A mon avis, il s’agit plus d’une question de responsabilité que d’un simple choix et d’une simple création.

En ce qui me concerne, mes parents m’ont appelé Maurice, je ne sais pas pourquoi, eux non plus. Mais en prenant de l’âge et en lisant j’ai découvert plein de grandes personnalités portant ce prénom et cela me fait plaisir. Il y a même un pays qu’on appelle ainsi. Toutefois, comme je ne sais pas en réalité ce qu’il signifie ce prénom, je préfère mettre en valeur autant que ce peut mon autre prénom (africain). Sègla, qu’on pourrait traduire littéralement par destin solide.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...