PANAN KI, PANAN ZOE YE !


L'auteur compositeur burkinabè du célèbre refrain "m'panan ki, m'panan zoé yé ti douni wa yondg lébg noongo yé, noog wa la siid kom yé", c'est-à-dire "je ne mourrai pas, ni ne fuirai de peur que le monde ne devienne agréable comme de l'hydromel" a définitivement tirer ses révérences...!

 

En effet, dans la journée du 14 avril dernier, au Centre National Hospitalier Yalgado OUEDRAOGO de Ouagadougou, la mort a eu raison de sa détermination à lutter contre la maladie qui le traumatisait tant : ainsi, Jean Claude BAMOGO dit Man n'a donc pas pu tenir "sa promesse" de rester auprès des siens pour jouir des "délices" de la vie ici-bas! Mais le malheur de l'avoir perdu, ne doit pas nous faire oublier, le bonheur de l'avoir connu parce que, même humain, il a su faire valoir ses talents de grand musicien, d'homme intègre pouvant servir d'exemple à suivre.

 

Né à Samba en 1948, village situé à Yako au BURKINA FASO, sa profession de couturier ne lui a pas empêché de produire une riche discographie forte d'un disque 45 tours en 1973, de deux disques 45 tours en 1975, d'une cassette en 1986 et d'un album en 2005. Pour avoir séjourné dans plusieurs groupes musicaux depuis les années 60, il a marqué de sa voix les mélomanes Voltaïques, puis Burkinabè: il a été membre des neuf chanteurs du "Super Volta" (ex-Typic Band) en 1965, de "l'Afro Soul System" en 1974 avec To Finley, des "Soubagas" en 1977 ; du "Collectif des anciens", fondé en 1993 avec le regretté Thomas Tiendrébéogo (chant et saxo), d'Issaka Triandé (chant), une initiative perçue comme une tentative de sauvetage de l'expertise des anciens. Il a aussi évoluer la même année au sein de l'orchestre "Le Monde" du Gandaogo national, Georges Ouédraogo, et a créé et dirigé les formations musicales "Afro Soul System" et "Komenen Mogho".

A l'évocation de son nom, son titre à succès "Panaki Panazoé" revient à la mémoire de plus d'un mélomane de son genre musical; enregistrée dans les années 80 puis remixé en 2005, cette chanson a été reprise, en effet, par Maître Frédéric Titinga Pacéré dans son célèbre livre sur la Bendrologie, l'orchestre de la Police nationale, "Les Petits chanteurs aux poings levés" sous la révolution, le groupe de rap Faso Kombat. Elle a également fait l'objet d'une étude par l'universitaire Albert Patoin Ouédraogo, puis une quinzaine d'étudiants, pour leur mémoire, en regard de la promotion de la parenté à plaisanterie, bien lotie au "Pays des Hommes Intègres" qui y est célébrée.

C'est un "baobab" de la musique burkinabè qui vient à jamais de se taire.

 

Paix à son âme! 

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...