Ory Okolloh: ushahidi.com

Français

Ory Okolloh est à l'origine du projet Ushahidi. Cette plateforme d'information est déployée en Afrique lors de situations de crise comme c'est le cas actuellement dans l'est du Congo. Sur le terrain, tout un chacun peut signaler les événements dont il est témoin par un simple envoi de SMS. Ory Okolloh, que j'ai joint à Johannesburg où elle vit et travaille, répond à vos questions et aux miennes en anglais. Vous pouvez écouter la version brute de cette interview dont un extrait sera diffusé dans la prochaine émission de l'Atelier des médias.

English

Ory Okolloh is one of the creators of Ushahidi, a platform to gather informations in Africa during crisis like in eastern Congo nowadays. Ushahidi, which means testimony in swahili, allows everybody to update the website via SMS. I have called Ory Okolloh in Joburg where she lives and works to ask her your questions and mine. You can ear the raw version of the interview below. An edited (and translated) segment will be aired in the next edition of l'Atelier des médias.

Ecoutez l'interview / Listen (19 min. et 24 sec.)


[photo: caribbeanfreephoto via Flickr]

La traduction d'un extrait de l'interview

Ory Okolloh: Nous avons lancé la version publique de Ushahidi pour la République démocratique du Congo depuis une semaine. Nous l’avons fait même si notre programme informatique n’est pas parfaitement au point et souffre encore de quelques bugs. Nous avons senti qu’il était nécessaire d’essayer pour voir qui peut l’utiliser en RDC dans le contexte de crise qui existe dans l’est du pays.

En fait le site web est ce que l’on appelle un « mashup » dans le jargon informatique. C’est une combinaison d’un logiciel de cartographie avec d’autres logiciels. Ca permet aux gens de nous envoyer des informations sur ce qui se passe soit en se connectant au site, soit en nous envoyant un SMS. Ensuite vous pouvez consulter ces informations en ligne sur une carte.

ADM: Si je me trouve sur le terrain dans l’est du Congo, comment est-ce que je peux contribuer à votre site ?

Ory Okolloh: Il y a deux manières de faire. La première est de vous connecter à internet et d’aller à l’adresse www.drc.ushahidi.com et quand vous arrivez, vous trouvez un formulaire et des instructions qui vous attendent pour nous soumettre des informations. Au départ le site était disponible en anglais et cette fin de semaine nous devons mettre en ligne la version française. On peut soumettre des informations dans les deux langues. Nous avons des traducteurs bénévoles qui nous aident ensuite à traduire les infos dans les deux langues.

Mais l’accès internet est un problème pour beaucoup de gens, encore plus dans la situation actuelle sur place dans l’est du Congo, aussi nous encourageons les gens à nous faire parvenir leurs informations par SMS au 099 25 92 111 . C’est un numéro local sur lequel les gens peuvent nous envoyer des infos sur ce qui se passe.

Ensuite, si les infos qu’ils nous envoient demandent plus de précisions nous les rappelons pour obtenir plus détails à propos des incidents qu’ils mentionnent.

Nous encourageons les gens à nous faire part des faits dont ils sont témoins, que ce soit des affrontements, de l’aide qui serait nécessaire, de prises d’otage ou d’attaques. Nous avons beaucoup de gens qui nous disent que des jeunes hommes et des enfants sont attrapés et qu’on les force ensuite à combattre. On peut nous donner des informations concernant des violences sexuelles, ou des maladies qui se répandent, mais également à propos d’initiatives en faveur de la paix.

Plus généralement, nous nous intéressons à tout ce qui se passe sur le terrain et qui n’est pas couvert par les grands médias.

ADM: Vous rassemblez des informations sur votre site. Est-ce que ces informations sont vérifiées d’une manière ou d’une autre ?

Ory Okolloh: Oui et non. Aucun des membres d’Ushahidi n’est basé au Congo mais nous avons eu la chance de pouvoir faire des partenariats avec des organisations locales et nous essayons d’en conclure d’autres. Nous leur faisons confiance pour nous aider à vérifier les informations qui nous sont signalées.

Aujourd’hui, la plupart des infos qui sont sur le site viennent de gens qui travaillent avec ces organisations locales. Des organisations connues, qui ont une expertise locale, qui sont sensibilisées à la complexité de la situation et qui font en sorte de nous envoyer de courtes informations factuelles.

Avec ces organisations qui sont nos partenaires, nous considérons que leurs informations sont exactes à moins que quelqu’un ne montre qu’elles ne le sont pas.

Pour les informations qui nous sont rapportées par des particuliers, nous avons là encore des partenaires sur le terrain qui vérifient. Mais si l’information nous paraît vraisemblable, nous la mettons en ligne en signalant qu’elle n’a pas été vérifiée.

ADM: Sur le site de l’Atelier des médias, Simon demande si vous constatez des différences entre les informations rapportés par les médias traditionnels et celles que vous communiquent les particuliers sur le terrain ?

Ory Okolloh: Oui, il y a des différences. Les informations rapportées par les gens sur le terrain insistent plus sur les détails. C’est comme ça que nous avons des infos détaillés sur la situation à Rutshuru ou à Kitshanga qui sont des zones qui ne sont pas très couvertes.

Je dirais que les médias traditionnels ont donné une bonne vue générale de ce qui est en train de se passer. Les infos que nous recevons vont plus dans le détail. On nous parle des maladies qui se répandent ; de zones dans lesquelles les gens n’ont reçu aucune aide humanitaire, d’endroit où les gens sont empêchés de se déplacer ; d’endroits ou les boutiques ouvrent et ferment au bout de quelques heures en fonction des rumeurs d’affrontements ; on nous parle de tout ça…

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Houda Belabd posted photos
Dimanche
Houda Belabd posted a photo
En cette journée ensoleillée du printemps, il fait bon flâner en pleine île de la Jatte.Située à la…
Samedi
mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines pr…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines pr…
4 févr. 2019
Plus...