Open quoi? Y a-t-il un véritable sens derrière les concepts?

En écoutant une interview d'Evgeny Morozov, critique américain des technologies sur France Culture la semaine dernière, il a affirmé ceci

" les éléments de langage qu'on utilise dans ce domaine (ndlr: les technologies). Vous savez tous ces termes : disruption, entrepreneuriat, innovation, l'ouverture, la rupture et ainsi de suite. Ce sont des mots creux ou alors ce sont des mots qui sont polysémiques. Ils changent de sens selon le jour. Ou alors "l'économie partagée", voilà un terme particulièrement ridicule. Il faut être critique du vocabulaire même, qui nous est imposé par la Silicon Valley parce que bien souvent ces termes ont été adoptés par des gens dans d'autres domaines, par des responsables politiques, des théoriciens et ça s'applique à des sujets sérieux sans comprendre le peu de profondeur de ces termes. Aujourd'hui on parle de politique en open-source. Vous allez me dire, ce que ça veut dire ça ? Je n'en ai aucune idée, moi. Il n'y a pas plus creux."

Cette phrase m'a fait alors penser à une autre interview, celle de Ethan Zuckerman, grand activiste d'internet, toujours sur France Culture, dans la même émission qui a tout simplement qualifié de critique facile les arguments du chercheur Morozov.

Afin de me faire mon propre avis, j'ai décidé de faire un exercice tout bête.

Pour qualifier effectivement de critique facile le discours du chercheur, il faudrait que celui-ci soit faux à mon avis parce que le vocabulaire qui entoure des objets est quand même très important. S'il permet de le vendre, pourquoi ne devrait-il pas permettre de le critiquer?

Pour le coup, je ne m'intéresserais pas au discours qui entourent les objets en soi ( quoique ce serait plus facile de vous expliquer que les chromecast de Google par exemple ne vous permettent pas de profiter instantanément de vos préférences musicales ou cinématographiques, il faille d'abord disposer de ces contenus sur un support ou encore que les Google Glass n'ont pas été "que designed for you" mais d'abord correspondent à un besoin-qui n’existe même pas pour répondre aux intérêts économiques d'une entreprise à travers un objet du quotidien) mais aux valeurs qu'ils véhiculent.

Comme je l'expliquais plus haut, j'ai donc vérifié tout simplement si les termes comme innovation, open source, open data (j'ajouterais personnellement "réalité augmentée") qualifiés de creux par Evgeny Morozov le sont vraiment. Pour faire cet exercice, j'aurais pu tout simplement interroger des gens pour recueillir leurs compréhensions afin de m'assurer que les termes sont bien compris ou encore demander l'avis d'experts dans le domaine (qui sait? ils vont peut-être se contredire :D) mais tout ça, c'était bien trop ambitieux on va dire ou je suis peut être assez flemmarde en ce moment.

Bref, j'ai choisi un seul mot (Open Data) et j'ai fait le tour de la littérature numérique (juste quelques sites web, rassurez-vous) pour voir ce qu'ils en disent et ce qu'on peut retenir.

Sur Wikipédia, une donnée ouverte (c'est le résultat qui s'affiche quand on entre Open Data)

"est une donnée numérique d'origine publique ou privée".

Sur le site de la ville de Nantes

"Le mouvement « Open Data » (ou « données ouvertes ») est une démarche de publication de données numériques en ligne selon une série de dix critères garantissant leur libre accès et réutilisation par tous".

Sur la plateforme municipale de Bordeaux,

"le mouvement international Open Data prône la mise à disposition massive et la plus large possible des données notamment publiques – gratuitement et sans restriction d’usage – afin de favoriser le développement économique et l’action démocratique."

Ainsi, malgré des bases communes sur la notion (je vais garder ma bonne foi même si d'un côté c'est un mouvement ou une démarche et de l'autre c'est simplement une donnée ouverte), on remarque que beaucoup de choses restent peu explicites:

Dans un premier temps, de quelle donnée on parle? Brutes? enrichies? ou futures? Sous quel format sera disponible la donnée? Pourquoi telle donnée plutôt qu'une autre? Qui décide de mettre à disposition les données? et puisque j'entend souvent les politiques prôner l'"Open Data", je me demandais si au nom de la transparence, nous auront droit aussi à la facture des dîners municipaux ou à celle des sondages?

En parlant de transparence, Daniel Kaplan disait  que

" la transparence totale dresse les intérêts particuliers les uns contre les autres, inhibe la prise de décision et réduit la confiance ".

(Je n'irais pas aussi loin)

Ensuite, nous en savons très peu sur l'utilisation des données mis à la disposition du public (du moins, la question fait encore débat et est loin d'être résolue).

Par ailleurs, les termes Open Data, Big Data ou encore Open Gov (démocratie ouverte?) sont très souvent confondus par plusieurs acteurs. Ce qui dénote quand même du flou autour de tous ces termes.

Aussi, malgré que ce soit un terme à la mode et à connotation positive dans les discours, plusieurs institutions n'ont pas franchi le pas du "tout ouvert". Pourquoi?

Ces quelques controverses cachent la partie inconnue de l'Iceberg et surtout des intérêts et enjeux économiques, stratégiques, politiques aussi bien dissimulées derrière des termes positifs mais pas claires .

En parlant d'Open Data, Tim O'Reilly ("le gourou" du web)disait,

"il y a dans l'usage des technologies collaboratives au cœur du Web 2.0 un potentiel de rénovation profonde de l'action publique. L'expression " Government 2.0 " suggère l'idée d'une plate-forme d'innovation ouverte, permettant à chacun de contribuer à résoudre des problèmes collectifs en faisant remonter l'information et l'expertise diffuse dans la société".

Je ne sais pas si vous avez tous saisi l'essence des mots soulignés mais en ce qui me concerne et pour ne pas m'attarder à nouveau sur des expressions, je ne suis pas certaine que tout le monde (si déjà tout le monde se sent concernés et participent-généralement c'est une minorité qui est constante-) est capable d'apporter des solutions aux problèmes dits collectifs.

Et vous qu'en pensez-vous maintenant? Evgeny Morozov a t-il raison lorqu'il parle de concept creux? Est-ce une critique facile ou justifiée?

Vues : 158

Balises : controverse, critique, culture, data, de, données, ethan, evgeny, france, internet, Plus...la, morozov, numérique, open, ouverte, place, toile, zuckerman

Commentaire de Gabriella95 le 7 juillet 2014 à 17:34

Grâce à vous, j'ai pu apprendre beaucoup de choses intéressantes. J'espère en apprendre encore. Je vous félicite pour ces merveilleux partages. Continuez ainsi !

voyance par mail  ;  Voyance gratuite par mail 

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Écoutez !

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

AKADIRI Sèlim Akanni a publié un statut
"Stage professionnel au Ministère des Affaires Étrangères"
il y a 3 heures
Discussion publiée par MuzacMagazine

Les travaux de reconstruction du Lycée Alexandre Pétion en voie d’achèvement

Vue de l'ancien bâtiment détruit par le séisme de 2010…Plus
il y a 10 heures
jolofal a commenté l'article Boko Haram ! de nyobe baudouin.
""Trop de témérité frise la folie "  L'Afrique berceau mais aussi avenir et sauveur de l'humanité en décadence en occident et aux Amériques "
il y a 17 heures
nyobe baudouin a commenté l'article Boko Haram ! de nyobe baudouin.
" notre Afrique quel avenir ?  "
il y a 18 heures
jolofal a publié un statut
"Valls II nouveau gouvernement #Paris la #france"
il y a 18 heures
Billets de nyobe baudouin
il y a 18 heures
Billets de AKADIRI Sèlim Akanni
il y a 19 heures
Événement publié par Bulcke

1ère édition du Congrès du Commerce Agricole et Agroalimentaire à Maison de la Chimie (Paris)

21 novembre 2014 de 14 à 19
Organisé par la FC2A,  le 1er Congrès du Commerce Agricole et Agroalimentaire se tiendra le vendredi 21 novembre 2014, de 14h à 18h à la Maison de la Chimie (Paris 7e) sur le thème : « De la confiance à la performance : le Commerce au cœur de…Plus
il y a 20 heures
Icône de profilRFI | Atelier des médias via Facebook
Miniature

Reportage de Philippe Couve à Nairobi à lire absolument !

Nairobi: comment la « Silicon Valley africaine…

Plus
Facebookil y a 23 heures · Répondre
Billet de YENE Fabien Didier
hier
Icône de profilADIABA kokouvi eklou mawoulolo, camille gnancadja, Nguru Wasingya Anselme et 4 se sont joints à Atelier des médias
hier
Billet de REGNIER Andre Leopold
hier
lorougnon Jean-Jacques Prévert a promu le blog CÔTE D'IVOIRE : "VOICI L'ARCHITECTE DE L’ÉMERGENCE A L'HORIZON 2020". de lorougnon Jean-Jacques Prévert
hier
Billet de lorougnon Jean-Jacques Prévert

CÔTE D'IVOIRE : "VOICI L'ARCHITECTE DE L’ÉMERGENCE A L'HORIZON 2020".

Il la leur avait promis lors de sa campagne pour le fauteuil Présidentiel et cette promesse s’est métamorphosée en une réalité palpable. L'émergence du pays d'Houphouet Boigny est désormais à la porte des Ivoiriens. Le principal architecte se nomme…Plus
hier
Billets de kaptue florian
hier
Ismail Brice Tito AFFAGNON a publié un statut
"des recherches"
hier

Membres

Les billets à la Une

Abonnez-vous par mail :

Photos

Chargement en cours…

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation