Nouveaux médias pour générations connectées
« La jeunesse dorée russe ne connaît pas la crise et s’en vante sur Instagram ». Photo suggestive de pin-up à l’appui, le site Mashable affiche sur son site en français ce type d’articles réalisé par les Observateurs de France 24 et destiné à être partagé sur les réseaux sociaux. Ce Mashable à la française est le fruit d’un mariage entre le site américain aux 45 millions de visiteurs uniques par mois et France 24 aux 16 millions de consultations numériques mensuelles. Textes, photos, articles traduits de l’anglais de Mashable ou vidéos de France 24, tout ce qui est spécifiquement orienté pop culture et technologie a sa place sur le site. A une condition : il faut à la fois « inspirer, informer et divertir » la génération connectée francophone des 20-35 ans. Et surtout, le média doit viser les gens qui s’informent sur mobile et ont l’habitude de partager des contenus sur les réseaux sociaux.Un sondage Odoxa a montré récemment que l’on partage d’abord des photos et des images, puis des vidéos et après seulement des articles de journalistes ou des post d’internautes. Mais, dans 77% des cas, ce qui pousse à partager sur Internet, c’est l’intérêt du contenu, devant l’aspect drôle, émouvant ou viral.
 
Mashable table donc sur cette appétence des jeunes générations connectées et sur l’algorithme du site américain pour faire remonter ce qui est populaire ou en hausse. Ce qui plaît ou pas. Le site n’est pas le seul. Matthieu Pigasse, l’un des actionnaires du Monde, propriétaire des Inrocks et de Nova, s’est associé au groupe Vice Media pour toucher des audiences jeunes sur Internet à travers une nouvelle chaîne Vice France. Son idée : apprendre à cibler les jeunes publics, à utiliser toutes les plateformes. L’hebdo Le Point a aussi lancé cette semaine Le Point Pop, un site sur la culture pop. Le groupe allemand Axel Springer s’est enfin associé à Samsung pour toucher en France les mobinautes à travers une offre d’infos embarquées sur smartphone,Upday.
 
Mobile, réseaux sociaux… Et si l’avenir des médias était dans les messageries ? C’est le pari que fait l’application du site d’info Quartz depuis février avec un principe simple. 3 milliards de personnes utilisent une application de messagerie, que ce soit Facebook Messenger, WhatsApp, le chinois Wechat ou le japonais Line. Avec l’intelligence artificielle, il est en effet possible de susciter une conversation et d’ appeler de l’information. De la BBC au Wall Street Journal en passant par l’allemand Bild, de grandes marques d’info investissent ces messageries. Mashable n’est pas en reste, puisqu’il dialogue sur Line.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Amaury De Rochegonde
Journaliste, rédacteur en chef-adjoint à Stratégies, spécialités Médias et RH, chroniqueur @RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...