Nouveaux chiens de garde, Ockrent et ma vidéo Youtube

C'est drôle parfois, les échos et les signes dans une vie...Il y a près de 15 ans, un correspondant du journal "Les Nouvelles de Falaise" où je débutais mon parcours dans la presse, me jetais sur le bureau un petit bouquin qui allait bien me marquer : "Tiens, Dupin, lis ça, ce sera bon pour ta formation". Yannick Sobecki avait bigrement raison. Le livre, c'était "Les Nouveaux Chiens de Garde", pamphlet de Serge Halimi et lecture de chevet de toute une génération.

Zap temporel. Mardi dernier au soir, bien calé dans un fauteuil du cinéma le Balzac, quelle ne fut pas ma surprise, en regardant "Les Nouveaux Chiens de Garde", film-doc-pamphlet qui est la suite de cet ouvrage, signé Gilles Balbastre et Yannick Kergoat. Surprise de reconnaître à un moment à l'écran une page vidéo datant de quelques années : en fait... une page de mon propre compte YouTube "ldupin", de 2006, et celle d'une vidéo que j'avais réalisée alors pour ZDNet.fr.

De quelle vidéo s'agit-il ? Un tournage au Musée de l'Homme (privatisé à l'époque pour l'occasion), lors du lancement en France de Windows Vista, le système informatique de Microsoft. Je m'intéressais alors (comme chef de rubrique entreprise) à l'angle techno et business du sujet. Mais -info dans l'info- j'y croisais une certaine Christine Ockrent. A cette époque elle émargeait pour TV5 et n'avait pas encore pris la tête de l'AEF, Audiovisuel extérieur de la France.

 

Microsoft, puissance lobbyiste

On l'a oublié et le film ne s'y attarde pas, mais à l'époque Microsoft était encore en effet une puissance, sinon "la" puissance du secteur informatique. Apple n'avait pas encore son iPhone (qui sortira un an plus tard), et les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter restaient encore des sujets confidentiels et d'avant-garde... Bill Gates était donc encore un puissant reçu par les chefs d'Etat. Bref Microsoft était un vrai phare-repère dans le monde du business et des médias, qui animait le gotha journalistique en autant d'invitations, sollicitations, conventions que nécessaire à son féroce lobbying.

Puissant à l'époque, la journaliste C. Ockrent jouait donc naturellement ce soir-là à l'animatrice de haute voltige pour une entreprise puissante, devant une assemblée qui comptait d'autres puissants politiques (André Santini), patrons (Denis Olivennes), journalistes, experts, etc. C'est ce que l'on appelle pudiquement dans la presse un "event" et la prestation un "ménage". Type de presta qui rapportait à la journaliste 18.000 euros en une soirée, à l'époque.

De quoi rigoler, quand on notait que Dame Ockrent prononçait assez mal les termes anglo-technos de la soirée... et n'avait pas les enchainements forcément très fluides. Son "intro" évoquait maladroitement la mondialisation en marche, comme si les logiciels US ne pouvaient qu'être bons pour nous autres, pauvres Français sans outil... Elle passait les plats. Passons. Sauf sur la métrique ockrentienne qui a permis par exemple que pour son poste à l'AEF, elle touche quelques années plus tard un salaire de 310.000 euros/an(!).

"Plus on en a, plus...", etc, etc. Dans le film de Balbastre/Kergoat, l'image sert à illustrer et résumer cette problématique des ménages luxueux des grands journalistes. On l'a revoit un peu plus tard avec un extrait d'un JT interne d'un grand groupe de distribution, animé là par Michel Field. Soyons honnête, le problème est endémique et vieux dans la profession, touchant aussi de plus modestes journalistes au contact des entreprises, par exemple en presse professionnelle (technologique notamment) et locale...

 

Contenus web et pratiques journalistiques

Les auteurs donnent des leçons, ont raison et le font bien. Mais il est quand même assez drôle de voir comment ils utilisent des images pour ce film distribué commercialement, sans même informer l'auteur d'une vidéo en ligne, même si elle est certes publique sur YT. Car mon compte est personnalisé, avec mes références et un lien vers mon site personnel. Quand on clique sur le nom du compte "ldupin", on peut lire à droite de la page : "Les vidéocast des reportages de Laurent Dupin, journaliste spécialisé sur l'économie et les nouvelles technologies. http://laurent.dupin.googlepages.com/".

Il eut été aisé de cliquer sur ces éléments pour me joindre. Bien sûr, je ne vais pas demander de participation aux bénéfices du film... Ce sera, disons, mon coup de main militant à la cause et à l'exposé. Mais cette vidéo, je l'avais tournée aussi pour ZDNet.fr, dont le rédacteur en chef Philippe Leroy assistait aussi à cette soirée en 2006. Si on la trouve sur mon site vidéo personnel, c'est qu'à l'époque ZDNet.fr ne disposait pas de compte YouTube sous sa marque. J'avais donc utilisé le mien, pour après publier la vidéo dans une note de blogs sur ZDNet.fr. Ce au sein de toute une série d'articles consacrés à Microsoft.

En attendant, je vous recommande d'aller voir ce film-doc. Non pas seulement pour la séquence Ockrent/Microsoft, mais surtout pour sa démonstration certes très anglée et d'un esprit parfois filou, mais qui démonte parfaitement les mécanismes coeur du business des médias et de sa relation aux pouvoirs. On en ressort à la fois abattu et énervé, souriant et triste. Esthétiquement, son format web-doc filmé en fait aussi une référence d'un genre qui manque quelque peu en France.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant