A la rencontre du nouveau consommateur d'info

L'American Press Institute a publié cette semaine une étude sur les comportements de consommation d'information des Américains âgés de 18 à 34 ans, cette "première génération numérique" que découvre l'Amérique.

Elle contient de nombreuses révélations plus ou moins surprenantes sur ces nouveaux citoyens dont dépend l'avenir d'anciennes institutions mais aussi des nouveaux médias, si nombreux à se lancer avec cette cible en ligne de mire (pensez Buzzfeed, Vox, Mic, Ozy, Fusion...)

Quelques mythes tombent :

1. Ce n'est pas une génération apathique, ignorante, ou cynique : 85% considère important d'avoir accès à de l'information et 2 sur 3 consomment de l'information quotidiennement.
Mieux ils ne se limitent pas à l'information légère comme le sport ou le divertissement mais apprécient l'actualité sociale, politique et locale - en somme, des sujets dont ils estiment qu'ils les concernent.

2. Certains titres disaient qu'il n'y a pas moyen de faire payer les jeunes : avec 40% des sondés qui payent pour leur news - numérique ou physique - on est, certes, dans le minoritaire mais assurément pas dans l'infime.

3. Les réseaux sociaux sont le premier canal de découverte de l'information, pas les médias-destination : près de 9 sur 10 reçoivent leur actualité via Facebook, sans que ce soit la principale raison pour eux de se connecter au réseau. Ce sont des "accros de l'info par accident" : ils passent tellement de temps sur les réseaux sociaux qu'ils finissent par développer une certaine expertise sur des sujets d'actualité sans passer par les circuits traditionnels.

C'est intéressant à plusieurs niveaux et offre des opportunités aux médias, quels qu'ils soient:

  • Qui est vu sur les réseaux sociaux forme l'opinion de ces nouveaux citoyens: les médias ont donc une responsabilité particulière d'y être présent, et de manière intelligente, pas seulement à des fins marketing.
  • La notion de confiance est redéfinie: la marque média est-elle en train d'être détrônée par la marque ami ? Le critère d'évaluation des contenu serait-il mesuré par "qui" partage une actualité ou "combien" en parlent ?
  • Il y a une certaine volonté d'action liée à l'actualité, même si c'est juste un "like" ou un commentaire : c'est une réalité à prendre en compte par ceux qui définissent quels contenus couvrir et comment. Il y a là sans doute des opportunités à saisir.
  • Il y a une recherche de diversité d'opinion et les réseaux sociaux créent finalement moins une bulle d'opinions similaires qu'en allant vers une destination media particulière : 70% des sondés disent que leurs fils d'info médias sont un mélange de point de vues divers et ils valorisent les médias qui leur apportent ce même genre de mix de points de vue et de liens extérieurs...

Retrouvez le billet originel sur le blog Etreintes digitales du Figaro

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

C'est au tour du Le Figaro de se lancer dans l'info vidéo en continu 💻…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

🔎 A lire, pour ceux qui ont un peu de mal avec l'intelligence artificielle et la…

Atelier des médias via Twitter
C'est rare les supports pédagogiques aussi bien fait : Lutter contre la haine sur Internet http://buff.ly/2ndCxfe  par @affordanceinfo
Il y a 8 heures
Atelier des médias via Twitter
Aujourd'hui nous sommes en reportage à @brutofficiel pour mieux comprendre ce média et son succès fulgurant
Il y a 8 heures
Plus...