Nord-Kivu : Fin ou début de la guerre

La réponse à cette question ne devrait pas être hâtive, quand bien même les déclarations de fin de la guerre se soient succédées et que le Chef rebelle Laurent Nkunda soit arrêté au Rwanda.En effet, depuis le début de janvier 2009, les choses ne cessent de se précipiter au Nord-Kivu. Tout à commencer, peut-être, avec la scission au sein du CNDP de Laurent Nkunda où le Haut commandement militaire de ce mouvement armé a annoncé le 4 janvier 2009 la destitution de leur chef Laurent Nkunda pour “megestion”.La réaction de Laurent Nkunda a laissé croire que ce chef rebelle n'avait plus réellement les moyens de son action. Il était en train de subir les événements et qu'il ne maitrisait plus ses généraux. Une porte de sortie lui était ouverte : Naïrobi où se discutait un accord de paix entre ses délégués et ceux du Gouvernement congolais. Malheureusement, il n'y a pas eu d'accord à l'issue de cette nième ronde des négociations : le médiateur a plutôt renvoyé les deux délégations auprès de leurs bases respectives pour consultation. Le prochain rendez-vous était fixé au 25 janvier 2009.Dans l'entre-temps, Kinshasa et Kigali se rapprochent. Le Général Bosco Ntanganda, commandant des forces du CNDP, prend la relève et met littéralement hors jeu son ancien chef Laurent Nkunda. Il part à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, et déclare,le 16 janvier 2009, en présence du chef d'état-major rwandais James Kabarebe, la fin de la guerre contre les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Qu'est-ce qui se passe ? Personne ne dit davantage au peuple. Un groupe des résistants maï maï actif au Kivu, le Pareco, annonce lui aussi, le vendredi 17 janvier 2009, la fin de la guerre. Est-ce une façon d'honorer les deux héros nationaux qui sont morts, assassinés, le 16 et le 17 janvier (Laurent Désiré Kabila et Patrice Emery Lumumba)? Il paraît que non, c'est plutôt pour “tirer du même côté”. Quel côté? Côté FDLR, ces rebelles hutus entrés en RDCongo depuis 1994.La donne de la guerre commence donc à changer. Le gouvernement congolais a choisi l'option de désarmer par la force les FDLR. Le CNDP dirigé par Bosco Ntanganda trouve qu'il ne vaut plus la peine de continuer à faire la guerre. Laurent Nkunda ne se situe plus. Qu'est-ce qu'il peut faire ? Rien, sinon attendre et subir. Une idée, s'il emboîtait les pas de Bosco Ntanganda ? Belle option : le lundi 19 janvier 2009, Laurent Nkunda, malgré lui, confirme sur les ondes de la RFI la fin de la guerre au Kivu. Il va même tout près du ridicule en annonçant que c'est qui a envoyé son Haut commandement militaire dirigé par Bosco Ntanganda à faire, trois jours plus tôt, la décalaration de fin de la guerre alors que le monde sait que Bosco Ntangada et lui ne parlaient plus le même langage.Qu'est-ce qui se passe ? Rien. Sinon, le Gouvernement congolais se dit satisfait des déclarations de fin de la guerre; Bosco Ntanganda se dit prêt à participer à la traque des FDLR, de participer à la nouvelle guerre, donc ! Oui, cette nouvelle guerre, comme elle l'a été décidée par je-ne-sais-qui, n'aura pas les mêmes belligérants. Ce ne devrait plus être le CNDP contre les FARDC.L'entrée des troupes rwandaises, invitées par le Gouvernement congolais, le mardi 20 janvier 2009, vient confirmer cette thèse de la nouvelle guerre. Oui, le Kivu entre de plein pied dans une nouvelle guerre, une guerre contre les FDLR. Qu'est-ce qui se passe ? M. Vital Kamerhe, Président de l'Assemblée nationale, se dit surpris; en escale, à Kisangani, le chef d'état major congolais, le Lieutenant-général Didier Etumba,déclare ne pas être informé. Scandale ! Qu'est-ce qui se passe donc au Nord-Kivu ?Même le Gouvenement congolais tergiverse. Son porte-parole, M. Lambert Membe, parle des unités de renseignements de l'armée rwandaise invitées par le gouvernement congolais pour une mission d'observation des opérations de désarmement forcé des rebelles FDLR et Interahamwe par les FARDC. A en croire cette déclaration, les unités rwandaises entrées en RDCongo sont venues observer comment les FARDC vont désarmer les FDRL et les autres Interahamwé. Combien sont-elles entrées au Nord-Kivu pour cette mission d'observation ? Des unités de renseignement de l'armée rwandaise estimées à près de 5000 hommes !C'est un secret de polichinelle donc: l'armée rwandaise, ironie du sort, est venue prêtée mains fortes aux FARDC pour traquer les FDLR et mettre fin à la rebellion du CNDP. Car, le jeudi 22 janvier 2009, après avoir tenté de résister à l'entrée des forces rwandaises et congolaises dans son fief à Bunagana au Nord-Kivu, Laurent Nkunda aurait tenté de fuir mais il a été vite intercepté au Rwanda et mis aux arrêts par ceux-là même qui l'ont armé et soutenu hier encore. Ironie du sort !La guerre au Nord-Kivu se reconfigure. Faut-il parler de la fin de la guerre ? Non, car le peuple congolais du Nord-Kivu continuera encore à entendre les bruits de bottes; des Congolais seront encore tués; des femmes violées et des enfants enrôlés dans des groupes armés. On assiste aujourd'hui non à une fin de la guerre mais à la poursuite de la guerre après une reconfiguration de belligérance.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...