L'accès à internet demeure souvent difficile et généralement très coûteux à travers l'Afrique. C'est ce que montre l'enquête participative réalisée par Anne-Laure Marie avec la collaboration des membres de l'Atelier des médias.Pour faciliter l'accès au Net des 3 milliards d'individus dans le monde pour lesquels c'est encore chose difficile aujourd'hui, le projet O3b vient de voir le jour. Il associe notamment moteur de recherche Google, la banque HSBC et l'opérateur Liberty Global. L'objectif est très ambitieux : proposer une connexion Internet à haut débit dans tous les pays du monde d'ici 2010, grâce au lancement de 16 satellites pour un coût de 750 millions de dollars. On en reparlera très vite dans l'Atelier des médias.Christophe Boisbouvier de RFI a saisit l'occasion pour interroger Nnenna Nwakanma, vice-présidente du Fonds mondial de solidarité numérique sur les réalités concrètes de ce que l'on nomme la "fracture numérique".Ecoutez l'interview (durée: 5 minutes)
Vous pouvez participer à la nouvelle enquête participative lancée par Anne-Laure Marie: Le téléphone portable, utile ou futile?[Photos: FSN / inju via Flickr]
M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bonjour;

    De nos jours, l’Afrique vit un troisième millénaire assez difficilement car jusque là, elle cherche son appui pour s’insérer au monde numérique. Mais depuis l’arrivée de l’Internet sur le continent, des initiatives locales se sont créées afin de faciliter l'insertion numérique.

    Ainsi, un projet international tel qu’O3b est la bienvenue :

     D’une part, il permettra de désengorger les zones inaccessibles à Internet et de
    l'étendre sur tout le continent.

     D’autre part, il permettra de réduire les coûts d’accès à Internet, vu son extension.

     Enfin, il permettra aux Africains de réduire à un niveau large la fracture numérique
    et de s’acquérir une large gamme de technologies.

    Pour conclure, je dirai que ce projet sera le coup d’accélérateur pour briser la fracture numérique et pour mettre l’Afrique sur la bonne voie du développement.

    Je vous remercie.

    COMPAORE.
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

ASSANI Salim Azim via Twitter
Il y a 12 heures
Atelier des médias via Twitter
Fin de l'enregistrement, retrouvez l'émission sur #OGP16 ce samedi à 10h10 sur @RFI merci à #placetodo, @Etalab, @OpenGovFr et @CFImedias
Il y a 16 heures
Atelier des médias via Twitter
"Il faut suivre le cas tunisien de l'Open Data pr améliorer les bonnes pratiques" @pzwsk #OGP16 #PlaceToDO @OpenGovFr
Il y a 16 heures
Atelier des médias via Twitter
Dans le brouhaha du @lecese, on parle Open Data #OGP16 #placetodo
Il y a 16 heures
Plus...