Niqabitch ou la culture Lol

Comme des milliers d'internautes, j'ai visionné la vidéo désormaiscélèbre du Niqabitch: deux filles qui se promènent dans les rues deParis en Niqab et minishort. Cette vidéo a fait le tour du web en àpeine quelques heures. Les réactions des internautes ne se sont pas faitattendre ; entre ceux qui approuvent cette démarche, ceux qui appellentau respect de la culture d'autrui et ceux qui ne voient pas l'utilitéd'une telle provocation.

Selon les dires des deux jeunes demoiselles, publiés dans une tribune sur le site d'information Rue89, elles visent par cette action, à " interpeller l'opinion publique sur le projet de loi sur l'interdiction du port de la burqa dans les espaces publiques", et de "dédramatiser" ce qui constitue en ce moment un "problème" en France.

Étant méditative de nature, j’ai regardé cette vidéo à trois reprises :Une première fois pour découvrir ce que c'est. Une deuxième fois pourcomprendre ce que c'est. Et une troisième fois pour essayer de luitrouver un intérêt. J’avoue être restée perplexe face à un telagissement : Est-ce une bonne démarche face à un sujet aussi sensible etcomplexe que le voile en général et le voile intégral en particulier ?Entre la peur d'un intégrisme montant, la paranoïa exagérée,l'(in)tolérance religieuse, la liberté du culte, la liberté des’exprimer, la laïcité d'un Etat, sa démocratie ; tous ces ingrédientsréunis dans un contexte politique morose pour l’actuel Présidentfrançais, d’où le recours à une stratégie pas très correcte mais trèsrépandue ( établir un climat d’insécurité et de peur (ce qui revient àcréer un problème), trouver un bouc émissaire (l’islam, les arabes,etc.) et offrir une solution ( débat sur l’identité nationale,durcissement des conditions d’immigration, déchéance de la nationalité,interdiction du voile intégral, etc.). On voit très bien qu’exposé souscet angle, la problématique n’est pas facile à aborder et ne seracertainement pas tranchée par une vidéo de Niqabitch.

Je me suis finalement résignée à une chose : on a entamé une nouvelleère, celle de la culture Lol. Exit les soixante-huitards, place à la lol generation, où la critique sociale se transforme en trendsur le Net. Un sujet ou une polémique, se traduit par un post, unecaricature, un statut sur facebook, des commentaires, un tweet, des RT,une vidéo, et du partage. C’est indéniable, la culture Lol s’installedoucement mais sûrement. Les codes du Net sont devenus des reflexes, etle LOL (acronyme de Laughing Out Loud) est devenu tout un concept.Dénoncer, critiquer, tourner en dérision, et faire du lynchagemédiatique passe désormais par un même, un Lol, un wtf (What the fuck), un «fail»,des images "photoshopées", et des vidéos amateurs caricaturales etcomiques (le plus souvent). Le tout, partagé, repartagées etre-repartagé. Interaction et (in)souciance, la culture contestatairedevient une culture de déjante. On rie de tout et de rien. Voilà unmoyen alternatif et ironique pour s’exprimer pour une génération 2.0. Onne cherche plus à analyser le problème, mais on le simplifie pour quetout le monde s’y sente touché et puisse y participer. Bémol, ce quisignifie « simplifier le problème » pour les uns, signifie « éclipser levrai problème » pour les autres. Ce qui signifie « action contestataire» pour les uns, signifie « surenchère de la bêtise » pour les autres.Mais quoiqu’il en soit, la culture Lol est bien là aujourd’hui, etl’humour sur Internet gagne en pouvoir et contre-pouvoir…
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bel article... Cependant, culture LOL ou non, les fractions « action contestataire»  pour les uns et « surenchère de la bêtise » pour les autres ont toujours existé... Il faut espérer que le camp de la "bêtise" continue à diminuer  et je crois qu'il est permis d'être optimiste. Quant à la satire comme traitement de l'info, c'est pas tout jeune puisque le genre satirique remonte, si ma mémoire est bonne, à Diomède qui, si je ne m'abuse ne souffrait pas d'immaturité intellectuelle...

    Cette vidéo interpelle et c'est très bien, c'est à nous que revient ensuite la tâche d'éduquer nos enfants internautes... Pour ma part, la déclaration universelle des droits de l'Homme et la laïcité sont les deux piliers de cette éducation.

     

  • Malheureusement moi aussi j'ai vu cette vidéo et comme toi je me suis posée mille et une questions sur son intérêt mais jusqu'à présent, tout ce que je peux dire sur ce sujet pour le moins futile, c'est que c'est qu'ikl s'agit de messages politiques sans queues ni têtes qui font preuve d'une gravissime immaturité intellectuelle.
    Chapeau pour ton billet Sarah!
    Houda de Casa.
This reply was deleted.

Articles mis en avant