Internet excuse-t-il la délation?

Peut-on tout dire sur internet ?


C'est avec cette question qu'on pourrait illustrer cette semaine de l'actu du monde de la musique. Mardi dernier le label anglais Ninja Tune, un label indépendant, publie un billet à propos de la diffusion de deux de leurs futurs albums trouvés en ligne avant leurs sorties officielles, ce qu'on appelle un Leak. On parle souvent de pirates pour parler des gens qui diffusent des oeuvres illégalement, mais lorsqu'on pense à Pirate, on pense souvent à de jeunes adolescents qui n'ont rien dans la tête, à une organisation mafieuse transnationale, là c'est un journaliste.


Pour votre gouverne, les journalistes reçoivent, encore, des CDs de la part des labels pour leur faire écouter en exclusivité la musique de demain. Mais ces CDs sont désormais Watermarkés, ils contiennent en eux un code qui identifie chaque CD (une technique pas infaillible au passage). Il a donc été facile pour le label de savoir qui était l'auteur du méfait.Mais revenons en à ma question...Peut-on tout dire sur internet ! 

Ninja Tune ne s'est pas contenté de grogner contre cette pratique, elle clairement balancé le nom du journaliste en ligne, ainsi que le nom du site pour lequel il travaille en annonçant qu'ils ne recevrons plus jamais aucune promo de leur part et concluant :

"Les gens qui mettent en ligne de la musique des mois avant leur commercialisation ne font une faveur à personne"

Pensez-vous qu'il faille dénoncer nominativement les gens quant la preuve est irréfutable ? (Vous pouvez répondre dans les commentaires)

Mais il y a un autre exemple de libre expression "tendancieuse" cette semaine.

 

C'est l'intervention de Trent Reznor, leader de Nine Inch Nails et icone de la musqiue indus...Voici le tweet qu'il a envoyé la semaine dernière :


"Fans de Nine Inch Nails, ne perdez pas votre argent en achetant la nouvelle version de mon désormais célèbre album PHM"

 

 

Un artiste qui recommande de ne pas acheter son album c'est peu banal. Il s'agit en fait d'une ré-édition de son tout premier album sorti en 1989, une ré-édition qu'il dénonce comme n'ayant fait l'objet d'aucun remastering ou d'aucun ajout, un simple repackaging...Un message pas si anodin puisque Trent Reznor est suivi par 930 000 fans sur Twitter.


Peut-on continuer à cracher sur le label (avec lequel on s'est faché) mais qui est à l'origine du début de sa carrière ?


 

 

 

Enfin puisque ces sujets sont un poil polémiques, je vous en prie, lorsque vous vous exprimez sur internet, n'oubliez jamais que vous vous adressez à un être humain, parlez lui comme si vous débatiez face à face avec un proche.
Une règle d'or d'internet pour ne pas blesser les gens inutilement.
Une règle appliquée naturellement par les membres de l'atelier et je les en remercie tous !

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Réalisateur de l'émission l'Atelier des médias, j'aime aussi prendre le temps de parler des choses qui me tiennent à coeur.
Vous pouvez me suivre sur Twitter @cuisineanxious
L'ensemble de mes écrits et de mes illustrations sont en creative commons, vous pouvez les partager, les reprendre ou les remixer si vous me citez.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • je pense que dans ce cas précis avoir tout dit sur le net a été la bonne solution. car cela va empecher qu'un fait pareil puisse se produire a nouveau

  • Je n'excuse en rie l'attitude du journaliste. Mais je trouve que tout dire sur le net n'est pas une solution. La cuisine interne ça existe NON?

    En termes d'images Vis à vis du public, le label fait office de mauvais perdant plutot qu'autre chose...mais ça! va le dire à un capitaliste...

    Eh ben! Mince alors! ...C'est Internet, on lui excuse tout, internet quand c'est sur la toile rare ceux qui s'y indignent et se rangent du coté moins obscur de la force...

    le scandale, les reproches , la toile en refolle et en bouffe

    et je dirais oui, Internet excuse tout

  • Bonjour Simon,

    Ce qui m'interpelle dans le premier exemple, c'est le fait que ce soit un journaliste qui diffuse quelque chose qu'on lui a envoyé pour information: en faire ou l'ignorer. Ethiquement, il est totalement à côté de la plaque. Ceci étant dit, est-ce que cela justifie que les gens lésés citent son nom...franchement je ne sais pas. Je comprends leur énervement et le recours à un geste fort, peut-être pour avertir les personnes susceptibles d'en faire autant par la suite. Mais bon à mon avis, donner le nom du site pour lequel le journaliste travaille me paraît ok, le nom du journaliste moins: 1. ce n'est pas forcément lui qui a réceptionné le courrier. 2. A moins qu'il n'en soit le rédac en chef, la responsabilité finale revient justement au rédac en chef.

    MaB

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
Il y a 16 heures
Atelier des Médias - RFI via Facebook

🤖 Venez faire la connaissance du papa de Flint, Benoit Raphael, l'éleveur de…

ziad maalouf posted a blog post
Dans le cadre de notre série de notre série consacrée au Festival International de photojournalisme…
Lundi
Atelier des Médias - RFI via Facebook

Plus...