Nessma : qui fera pire?

Vendredi, la chaîne privée Nesma diffuse le film d’animation Persepolis. Le film est dans les salles de cinéma depuis longtemps, et en dvd piraté vendus « légalement » à 2 dinars depuis sa sortie.La seule nouveauté c’est que le film a été doublé en dialecte tunisien. Et personnellement, j’ai apprécié. 

La personnification d’Allah au cours d'une séquence du film (qui n’en est pas une soit dit en passant) n’a pas plu à tout le monde. Quelques voix se sont élevées contre la chaîne déjà pas très appréciée: groupes facebook comme on en a des centaines, et des manifestations de quelques dizaines de personnes...

Deux jours après la diffusion du film, la chaine privée dit être attaquée par 300 salafistes. Bizarrement, elle n’est pas capable de fournir une seule photo ou une vidéo de ce qui serait passé. Personne n'a filmé, même pas par son téléphone portable. C’est quand même bizarre, dans un pays où sortir son téléphone pour filmer ce qui se passe dans la rue est devenu un réflexe. 

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur affirme qu’il n’a pas eu plus de 50 personnes venues manifester devant la direction de la chaine, chose confirmée par cette vidéo et une autre(appréciez les salafistes, rhooo! ). N’empêche que Nessma a envoyé des dépêches partout; les articles dans la presse française fusent (ici sur Le Monde ) et on a même eu droit à un reportage au 20h de France 2 où on parle de cette attaque tout en montrant des images de confrontation entre jeunes et police dans le bidonville de Djebl Lahmar... des incidents qui n’ont rien à avoir!

Les défenseurs de la liberté d'expression défendent quand même la chaîne et des communiqués des différents partis politiques sont publiés. Sauf qu'aujourd'hui, Nabil Karoui, DG de la chaîne, décide de présenter ses excuses au "peuple tunisien" d'avoir diffusé le film! ( désolé de vous décevoir M.Karoui mais 80% du peuple tunisien n'avaient rien à foutre du film et de ta chaîne..).Pis, il ne s'excuse pas d'avoir heurter la sensibilité de certains, il dit que lui-même a été offusqué en regardant le film... entre nous, difficile de faire mieux pire. Mais il faut dire que le mec excelle dans la comédie.. et comme si cela n'était pas suffisant, il affirme qu'il y a des lignes rouges à ne pas dépasser... Pitoyable! Enfler une polémique qui n'avait pas lieu d'être, mentir autour d'une attaque qui n'a pas eu lieu et présenter de minables excuses en justifiant la censure, c'est quand même trop en 48h... 

Tout ça pour dire que quand on ne s'est pas battu pour la liberté d'expression, on ne la défendra jamais. Quand on trouvait son compte sous la censure, on ne verra aucun problème à la voir se réinstaurer. Et Quand on est une crapule, on reste toute sa vie une crapule.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...