La Silicon Valley face aux inégalités

Photo : Black Girls Code

La Silicon Valley se targue de créer un monde meilleur. Sans surprise, il reste des laissés pour compte de la révolution numérique : les minorités afro-américaines et latino sont sous-représentées dans le monde des nouvelles technologies. Beaucoup d'entrepreneurs veulent apporter plus de diversité dans la Silicon Valley et combler la fracture numérique.

Cette semaine, se tenait la Lean Startup Conference à San Francisco, où un chiffre stupéfiant a été évoqué : moins de 1% des start-ups Internet sont fondées par des Afro-Américains. Un certain nombre d'initiatives qui veulent s'attaquer à cette inégalité étaient représentées.


L'association
Black Girls Code, fondée en avril 2011 par Kimberly Bryant, apprend aux collégiennes afro-américaines de 10 à 11 ans à coder. Leur objectif est de former un million de jeunes filles d'ici à 2040. Pour cela, l'association a opté pour un modèle de "chapitre" dans différentes villes, plutôt que de créer des filiales de son institution.


Ce projet fait écho à l'association
Code 2040 qui cherche à placer des jeunes issus de minorités et étudiants en informatique en stage dans des start-ups de la Silicon Valley. Elle leur permet ainsi d'avoir accès à un certain nombre d'opportunités qui leur échapperaient autrement.


De même, des projets comme
Khan Academy, qui rend l'éducation accessible à un plus grand nombre, ou l'accélérateur NewMe qui cible des entrepreneurs sous-représentés, contribuent à ouvrir le champ des possibles à des communautés minoritaires dans l'univers des nouvelles technologies.

Néanmoins, il y a un problème plus important à régler si on veut espérer aller au bout de ces changements. L'entrepreneur et activiste Navarrow Wright pointe du doigt la fracture numérique: "Comment toucher des gens qui sont des illettrés numériques ?" Il constate ainsi un problème de perception. Pour changer la donne, il faut leur montrer qu'il est possible d'avoir une carrière dans les nouvelles technologies et cela passe par la création d'exemples visuels de réussite. "Comme il y en a pléthore pour ceux qui sont déjà dans l'écosystème - les Zuckerberg, Instagram, Marc Andreessen..."  C'est ce qu'ambitionne de réaliser Navarrow Wright avec son projet Close the divide.

Ce projet apparaît au même moment où le président Barack Obama lance un appel à tous les Américains, les invitant à se mettre à coder à leur tour. La culture numérique sera clé pour trouver un emploi et des opportunités dans l'Amérique d'aujourd'hui et de demain.

 

 

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle vit depuis 2013 aux Etats Unis où elle a été Knight Fellow à Stanford. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...