Mexique: journaliste dans la ville où le crime est roi

Ciudad Juarez est une ville frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Dans cette ville frontière située du côté mexicain de la frontière, ce que l'on appelle pudiquement "le crime organisé" fait la loi depuis des années. Ici les assassinats et les règlements de comptes constituent le quotidien de l'actualité locale. La guerre qui oppose des cartels rivaux de trafiquants de drogue a fait plus de 1600 morts en 2008.

Chaque jour, les victimes sont à la une des médias locaux. Pour les journalistes, cela signifie des conditions de travail très particulières comme en témoigne notre reporter, Frédéric Faux.

Ecoutez l'émission (8 min. et 39 sec.)

Frédéric Faux, le journaliste qui a réalisé le reportage, répondra à vos questions et aux miennes a répondu à vos questions et vous pourrez entendre ses réponses dans la prochaine édition de l'Atelier des médias. Vous pouvez lui adresser vos remarques et questions dans les commentaires de ce billet

[Photo: Bunny beast via Flickr]

Pour en savoir plus sur la situation à Ciudad Juarez, je vous recommande:

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Si ce réglement de compte persiste;la population Méxicaine va bientôt disparaitre dans ce secteur.
    Et puis c'est la drogue qui va gagner,car elle ne meurt jamais.M^éme si on ne la cultive pas ,elle pousse.Donc que les Etats -unis et le Mexique prouvent ce qu'ils valent en matiére de droit de l'homme ou bien plutô ce qui doit protéger l'homme.Sans la vanter la France,vaut mieux que milles Ameriques,car elle protége toujours l'homme.
  • je continue de m'etonné.Si les(Etats-Unis),reste neutre dans ce chamboulement.les Etats-unis,aux yeux des gens(que j'ose dire)déclare être l'ennemi NUMERO:01 DE LA DROGUE;et finance beaucoup d'argent pour que tous trafiquants;producteurs soient traqués,et ils se permettent( les américains) de laisser cette affaire germer.
    Ceci est une leçon pour le monde.
  • En tout cas le reportage de FREDERIC FAUX est vertigineux pour moi et je me convains finalement en dépit de tout, que dans mon pays nous sommes au paradis, ou du moins nous sommes dans la civilisation des hommes et des femmes qui reconnaissent la haute valeur d'une vie humaine. Aussi je demande à Monsieur FAUX :
    1/ Est ce que le fait qu'il y'ait dans cette parie du Mexique des médias qui soient centrés sur "l'info rouge" ne constituent pas une espèce de contrat passé avec les bandes de criminelles en vue d'informer l'autre camp des actions menées les uns contre les autres ? En d'autres termes, ne pas donner la priorité à ce type d'information pourrait t-il constituer un danger pour un média?
    2/ L'attitude de résignation et d'impuissance des populations n'est-elle pas le vivier qui donne la force à la pègre ?

    Merci encore à Monsieur FREDERIC FAUX pour cet halucinant reportage.
  • Bonjour Frédéric mes voeux les meilleures à toi et toute ton equipe .
    Aprés avoir ecouté le reportage , je t'avoue que je suis choquée , scandalisée,horrifiée par tout ces morts .Je reconnais avoir déjà suivie ce genre de reportage sur les chaines étrangéres, mais là c'est terrible .
    On voit automatiquement , la drogue est présente , le gouvernement pas en sécurité . La population ,là on en parle pas, mais qu'est ce que c'est que tout ça ou sommes-nous ,c'est un pays sans foi ni loi .
    C'est a croire que chez moi en cote d'ivoire , je suis sur une autre planéte .
    Peut on avoir une idée sur le paysage mediatique dans cette partie du mexique?
    Le gouvernement fait quoi pour tout ces crimes ?
    Quelle est la position de la population concernant tout ça?
    Et pourquoi il n'y pas de revolte ?
    C'est quoi tout ça.
  • Moi je me dis qu'en Mauritanie il y a une insécurité qui plane sur le pays. Le vol des voitures est devenu une chose courante à Nouakchott. Il y a environ 50 voitures qui sont volées chaque jour. Cette situation me traumatise beaucoup. Plus grave la circulation automobile à Nouakchott. C'est vraiment un laisser aller. Plus grave encore le manque de controle des denrées alimentaires et des médicaments qui sont vendus sur le territoire.
  • Bonjour
    j'ai écouté cet article avec vif interet je tiens à vous félicité avec tout coeur mais je crois que dans cette fameuse ville c'est monde à l'au-dèla je me demande si cette ville Mexicaine à des autorités pouvant faire à ce fleau depuis ce temps ou si c'est ne pas la ville mem en question qui est à l'origine. qu'est ce que ou qui peut mettre fin à se criminalism ?
  • Commentaire de DIOUBATE Facely Guinee Conakry
    Nous encourageons ces braves journalistes reporteurs de ce travail .Mais que pouvons nous faire en tant que journalistes aussi en Afrique d'ou ces genres de crimes sont quotidiens comme au Congo RDC?Quels furent les moyens dont se sont servis ces prestateurs au Mexique?
  • Dans son reportage, Fréderic Faux parle de la mort aussi d'un journaliste et de l'attitude des journalistes de faire de plus en plus attention aux trafiquants. Est-ce qu'on peut avoir le nombre de morts s'il y en a plusieurs? Est-ce qu'il n'a pas noté un début de relachement ou de découragement dans la couverture de ces faits divers?
  • J'ai écouté ce reportage avec intéret, on pourrai pensé à un tournage d'un film, mais dommage car il s'agit d'une réalité et il y a mort d'hommes, c'est qui est regretable.
    Nous demandons que fait un gouvernement Mexicain devant une telle dérive ?? Est ce que la Police arrive-t-elle à arreter les tueurs ou elle vient juste compte les morts ??
  • Je reposte ici un commentaire de Konan Simplice qui a été déposé par erreur dans ma boite mail.

    Frederic Faux a veçu un enfer dans cette ville.Je penses que les journalistes qui y vivent, et ceux qui y vont pour des repportages comme Faux sont à féliciter avant de les encourager pour l'amour qu'ils ont pour ce metier. En éffet, poussés par la curiosité journalistique , ils n'ont crainte de prendre une balle perdue ou d'une attaque quelconque emmanant de ces antagonistes dont il parle. Ma question est la suivante: vue les tueries et les massacres dans cette ville, vue l'ampleur que prend le phenomène de la drogue dans cette cité, quelles sont les dispositions pratiques prises par l'état pour remedier à ce mal ? Merci.
This reply was deleted.

Articles mis en avant