Mercato de journalistes aux États-Unis

Crédit photo: Florent DUPUY

 

En ce moment aux États-Unis un phénomène étrange touche les prestigieux journalistes de la presse américaine. Cette semaine, Bill Keller (directeur éditorial important du New York Timesa annoncé qu’il rejoignait le Marshall Project, une nouvelle publication en ligne dédiée à la justice.
Du coté du Washington Post trois journalistes ont rejoint Ezra Klein (qui était l’une des stars du journal) chez Vox Media: "Il regroupe quelque 300 blogs d'information, allant du sport à l'immobilier, en passant par la cuisine, les jeux vidéo et la high-tech." (source: Les Echos)

Une douzaine d’autres journalistes du New York Times ont rejoint Nate Silver qui a lui aussi quitté le quotidien pour aller travailler chez ESPN, un réseau d’information sportive qui appartient à la ABC (American Broadcasting Company).
Tout cela arrive au moment où Pierre Omidyar (fondateur d’Ebay) lance son premier magazine en ligne, The Intercep. Il s'agit de la première émanation d’un empire médiatique qu’il promet de construire.




Les raisons de ce phénomène

  • Les journalistes aujourd’hui sont plus mobiles et plus aventureux qu’ils ne l’étaient dans le passé. Pour les jeunes journalistes, l’avenir se trouve plutôt dans le digital et dans des nouveaux projets que dans des institutions classiques qui sont certes très prestigieuses, mais dont on ne sait pas trop vers quelle direction elles vont aller.

 

  • Il y a un autre facteur qui explique la multiplication de ces projets c’est la baisse des coûts. Cela coûte en effet de moins en moins cher de lancer un site internet par exemple.

 

  • Il y a également du changement du côté des business model (modèles économiques). Créer des évènements pour financer des publications est une pratique de plus en plus fréquente. C’est notamment le cas de <Re/code>, le site lancé par Kara Swisher et Walt Mossberg (des anciens du Wall Street Journal). Ils empiètent ainsi sur le terrain de Business Insider qui lui est sur la marché depuis quelques temps.

 

Tous ces nouveaux projets numériques qui se lancent ont besoin de journalistes pour faire leur promotion. Se dire « on a débauché telle ou telle star du journalisme » aide à installer la crédibilité des ces nouveaux acteurs, ce qui n’est pas à négliger.

 

Ancien monde et nouveau monde : un équilibre à trouver

 

Il ne faut pas oublier que ces institutions traditionnelles ont donné leur chance à ces célèbres journalistes. Elles leur ont donné les moyens de grandir et de créer des nouveaux projets.
C’est peut être un système de balancier entre ancien monde et nouveau monde que l’on va voir se développer dans les prochains mois ou les prochaines années.
À noter aussi que les nouvelles stars d’hier comme le Huffington Post sont aujourd’hui en train de devenir des institutions qui elles aussi risquent de voir un certain nombre de talents fuir et créer de nouvelles aventures.

 

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle vit depuis 2013 aux Etats-Unis où elle a été Knight Fellow à Stanford. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...