Par lettre circulaire n° 0238/PR/SGG/C du 15 juillet 2011, le Président Boni Yayi a instruit ses ministres à mettre fin à tous les contrats au titre desquels, certains agents admis à la retraite sont toujours en fonction. Mais selon nos informations, ses instructions n’ont pas eu d’effet, raison pour laquelle le Secrétaire général du gouvernement vient de relancer le sujet en adressant à nouveau une correspondance aux différents ministres.  
 
L’administration publique peine à se séparer de ses agents retraités. Il n’y a pas de chiffres exacts sur leur nombre, mais ils sont encore nombreux à ne pas jouir effectivement de leur droit à la retraite. Ils sont un peu partout dans la Fonction publique en violation des principes d’équité et d’égalité de tous les agents de l’Administration publique. Une situation qui illustre l’injustice qui caractérise la gestion de la carrière des agents permanents de l’Etat. Accusé pendant longtemps de passivité face à cette situation, l’Etat a décidé de prendre ses responsabilités, et c’est le Chef de l’Etat en personne qui en donne la preuve et l’engagement. Par lettre circulaire n° 0238/PR/SGG/C du 15 juillet 2011, il a expressément demandé à ses ministres de prendre toutes les dispositions nécessaires pour mettre en position de retraite effective, les cadres de l’Administration publique admis à en jouir. La lettre recommande à tous les membres du gouvernement d’éviter par tous les moyens de maintenir par contrat interposé ces agents. Mais à la grande surprise, les ministres peinent à s’exécuter. Conséquence, les cadres incriminés sont toujours en activité. Disposant des informations fiables selon lesquelles, certains leviers de l’Administration publique sont toujours aux mains des cadres qui ont déjà légalement et réglementairement accompli 30 ans de services, le Secrétariat général du gouvernement, véritable super ministère siégeant à la Présidence relance le débat. Dans sa lettre en date du 23 août 2011 aux Ministres, il rappelle aux uns et aux autres que le Chef de l’Etat suit personnellement le dossier dont compte rendu doit être fait en Conseil des ministres. Pourtant rien n’a changé dans la majorité des cas. S’il est vrai qu’il y a quelques exceptions en la règle, notamment au Ministère de l’Intérieur de la sécurité publique et des cultes où plusieurs hauts gradés qui s’accrochaient à leurs attributions au cabinet du Ministre ont été sommés de plier bagages, des cas de résistance sont légion. Il ressort d’un constat que plusieurs diplomates admis à faire valoir leur droit à la retraite ne sont pas prêts à quitter la Fonction publique et ce, malgré la détermination du chef de la diplomatie béninoise à les y contraindre. Que ce soit au siège de la diplomatie à Cotonou ou dans les Chancelleries, ils se disent inamovibles parce qu’ils auraient déjà tissé leur toile jusqu’à la Présidence de la République et même dans les organismes internationaux. Tout se passe comme si, ces cadres défient l’Etat et que ce dernier fait à la fois preuve de fermeté et de laxisme. Il y a lieu que le Président Boni Yayi aille plus loin en rendant responsables les Ministres de la non application de sa décision  Il faut que ça change pour que le principe d’équité de tous les agents de l’Etat soit respecté à tous les niveaux.

Source : le Matinal


Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...