Alors que le gouvernement légitime malien de transition soutenu par la CEDEAO, l’UA, et les autres, demande d’aide à ces derniers pour le déploiement des forces de la CEDEAO avec les logistiques adéquats bien sûrement avec l’appui de l’ONU en vue de reconquerir l’integrité du territoire malien, dont le nord occupé par les rebelles qui y sevissent ; le capitaine, chef puchist et certains de ses partisans s’opposent à ces demandes. Au même moment, les puchists voilent dessin et reclament la liberation des armes commandées par le président légitime déchu AMADOU Toumani Touré « ATT » pour l’armée malienne avant le coup d’état contre son régime. Les armes bloquées au port de Conakry, par les autorités guinéennes sur l’instruction de la CEDEAO. A l’analyse, la CEDEAO devrait demeurer très virgilant quant à ce qui concerne la libération de ces armes. Car, il est fort probable que le chef puchist et ses hommes attendaient ces armes, pour renverser la tendance « le gouvernement de transition » et se positionner, parce que devenus forts par la possession de ces armes. Ce dernier « Capitaine SANOGO » apparement ne detient aucune capacité pour aller contre les rebelles qui sévissent au nord Mali. Encore moins, il n’a pas l’amour de son pays.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...