"Blé Anondo Michel ne peut pas se prévaloir de titre de Pca de l’Oic »

 L’affaire Oic-ancien président du conseil d’administration conduit par Bley Anondo Michel  refait surface. En réponse au communiqué de presse publié, dans certains quotidiens de la place du 15 juin 2011 par l’ex-Pca de l’Oic, l’actuelle direction dirigée par Bakayoko Abdoul Karim réplique…


En effet, dans un communiqué de presse produit par le service de communication de l’Oic (Office ivoirien des chargeurs) en date du 17 juin 2011, la direction fait des précisions et lève un coin du voile sur cette affaire. Bley Anondo Michel se prévalant du titre de Président du Conseil d’Administration de l’OIC, a fait publier dans les colonnes de certains quotidiens du 15 Juin 2011, un communiqué dans lequel il prétend que « M. Bakayoko qui aurait été réinstallé à la Direction Générale de l’Oic sur simple décision du ministre des Transports, ne serait plus habilité à agir au nom et pour le compte de l’Oic. ». En réponse, le service de communications de l’Oic déclare que Bley Anondo Michel, ex-Président du Conseil d’Administration de l’Oic «  a été suspendu de ses fonctions à l’issue d’un Conseil d’Administration extraordinaire tenu en 2004 en raison de graves irrégularités constatées dans la gestion de l’Oic. Sur requête de l’Etat de Côte d’Ivoire, déclaré coupable d’abus de biens sociaux par le Tribunal de Première Instance d’Abidjan en son Audience Correctionnelle du 28 juillet 2008, dans le cadre de la privatisation de l’OIC décidée par le Gouvernement de Côte d’Ivoire et en particulier pour le rachat des parts de l’Etat dans le capital de l’OIC et Condamné à 36 mois d’emprisonnement ferme.” A en croire l’actuelle direction de l’Oic, “les Sieurs Bley Anondo Michel et Yaya Dembelé utilisant leurs qualités respectives de Président du Conseil d’Administration et Directeur Général de l’Oic, ont acheté les actions de l’Etat de Côte d’Ivoire dans le capital de l’Oic avec les fonds et les biens de la structure en faveur du Groupement des Chargeurs de Côte d’Ivoire (GCCI), une association de sucroît à but non lucratif dont ils sont membres”. Cette affaire, qui a fait l’objet d’appel et même de pourvoi en cassation, se trouve pendant devant la plus haute juridiction ivoirienne.

« En conséquence, stipule le communiqué de l’Oic, M. Bley Anondo Michel ne peut pas se prévaloir du titre de Président du Conseil d’Administration de l’Oic, ni s’exprimer en cette qualité ». Justifiant plus loin que « les Sieurs Bley Anondo Michel et Yaya Dembelé voulaient profiter de la période postélectorale sensible, où le gouvernement venait à peine d’être formé, pour opérer un passage en force  et mettre le gouvernement sur le fait accompli ».

Ainsi, pourvu d’une ordonnance sur requête qui n’a été signifiée, ni au ministre des Transports, ni à l’Oic, ils se sont engagés dans une voie de forfaiture que l’Etat de Côte d’Ivoire ne pouvait tolérer.

Après vérification, le Président du Tribunal qui leur avait délivré cette ordonnance, l’a rétracté aussitôt. Portant à l’ensemble des opérateurs économiques nationaux et internationaux que « Bakayoko Abdoul Dramane  demeure bel et bien à son poste, à la tête de l’OIC, pour poursuivre les missions assignées à cette importante structure au service des chargeurs et de l’économie ivoirienne. »

 

                                                                                                             Sériba Koné

                                                                                                       seriba67@yahoo.fr   

 

 Bakayoko Abdoul Karim, Dg de l’Oic (Ph : S.K)    

 

Ce rattachement de l’Oic à la présidence par l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo…

 En mai 2010, le chef de l’Etat, Laurent Gbagbo a pris le décret n°2010 du 14 mai 2010 portant rattachement de certaines structures du secteur des Transports à la Présidence de la République. Il s’agit de l’aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, la régie des frets et des marchandises de l’aéroport, du Port autonome d’Abidjan ainsi que l’Oic (Office ivoirien des chargeurs) et l’Oft (Observatoire de la fluidité des transports). Toutes ces structures citées ci-dessus ont été placées sous la tutelle administrative du chef de l’Etat, Laurent Gbagbo. Mais, bien avant, c’est une décision portant création du Cmpst (Conseil de modernisation des politiques du secteur des Transports) qui a été prise par l’entremise du conseiller spécial du Président de la République chargé des Transports et des questions aéroportuaires, Mme Delesse Schwisenberg Modri Marie Generosa. Et ce, en sa qualité de membre du conseil de modernisation des politiques du secteur des Transports. Cela répondait au fait que, déjà le 23 juin 2008, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la 34ème Session ordinaire de la Cedeao tenue à Abuja, au Nigeria avait mandaté le chef de l’Etat Laurent Gbagbo de " coordonner les efforts conjoints des commissions de la Cedeao et de l’ Uemoa, dans les domaines des Transports routier, ferroviaire, maritime, fluvial et aérien, afin de trouver un cadre devant servir de catalyseur à l’ intégration régionale ".

Mieux, le samedi 18 septembre 2010, le Fodete-Cedeao (Fonds de développement et de financement des secteurs des Transports et de l’Energie de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest), a été lancé à la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro. Ce fonds devrait bénéficier du soutien important des Institutions financières africaines telles que la Bad (Banque africaine de développement) et la Bidc (Banque d’investissements et de développement de la Cedeao). Un million de dollar US pour l’étude de faisabilité dont 90% financé par la banque africaine de développement et 10% par la Bidc pour booster le projet de développement des Transports, de l’énergie mais aussi, celui de l’intégration africaine, particulièrement de la Cedeao. A tort au à raison le Dg de l’Oic, Bakayoko Abdoul Dramane taxé d’être de son homme main de l’ex-chef de l’Etat. L’on comprend aisément pourquoi les proches du Dg de l'Oic affirment que tout  cela est « de la manipulation et de la mauvaise foi »

                                                                         

 

                                                                                                                Sériba K

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...