Lettre à Charlie

Cher Cabu, cher Charb, salut Wolinski, Hello Honoré, Hello Tignous,

Que c’est triste et étrange de vous écrire cette lettre. Quand je me suis réveillée mercredi, ici, à San Francisco, tout mon Facebook, tout mon Twitter, criait « Charlie ». Ça m’a surprise.

Un clic a suffit pour comprendre le drame qui s’était produit et, immédiatement, ma gorge s’est nouée. D'un clic, les héros de ma jeunesse bédéphile avaient disparu. 

Pour mes amis américains, le drame était un peu plus difficile à réaliser. Ils étaient effrayés, certes, par la tragédie qui vous a surpris en pleine conférence de rédaction. Mais ils étaient surtout inquiets à l’idée que j’aie pu perdre des amis dans cette sinistre histoire.

Je n’ai pas perdu d’ami. J’ai perdu plus que ça. J’ai perdu la conscience de ma société. Vos croquis insolents des travers sociaux et politiques de notre monde m’ont accompagnée depuis l’adolescence. Vous m’avez aidée à mieux le comprendre et m’y orienter, interrogeant ma morale, taquinant mes opinions, offrant en libre service des traits d’esprits, qui m’aidaient à faire rire les copains et à appréhender des réalités qui me chagrinaient.

Ce rôle que vous avez joué pour la société française, aux Etats-Unis, des personnalités comme Jon Stewart et Stephen Colbert l’endossent soir après soir à la télé. Ils moquent la folie de l’Etat Islamique comme celle du Tea Party, ratatinent indifféremment le pouvoir en place et ceux qui se réclament du 4ème pouvoir.

Pour expliquer à mes camarades américains le sentiment de perte que je ressentais, j’ai dit : « imagine que des tueurs débarquent chez Comedy Central et abattent Jon Stewart et Stephen Colbert ». Et là, comme dans un cartoon, leur mâchoire s’est décrochée et les yeux sont sortis des orbites. « Oh. Wow ». Deux onomatopées en guise de retour à la réalité. Il me semble que ce n’est que là, alors qu’ils partageaient déjà tous le hashtag #JeSuisCharlie sur leurs réseaux sociaux, qu’ils ont aussi compris qui était ce Charlie. 

Personnellement, je suis contente d’avoir fait votre connaissance il y a une vingtaine d’années déjà. J’étais alors passionnée de bédé. A force de vous feuilleter, j’ai aussi pris goût à l’actualité, et si je fais aujourd’hui un métier pour lequel on peut encore, en France, en 2015, se faire crever, c’est sans doute un peu de votre fait. 

Alors je n’avais pris de résolutions pour 2015, mais là, vous m’en offrez une sur un plateau : en 2015, je décide d’être plus insolente. Merci.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bravo et chapeau Marie-Catherine, très beau texte... Je suis sûre que de là-haut, ils ont aimé... ;-)

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

Roger kitemoko posted photos
Il y a 10 heures
Atelier des Médias - RFI via Facebook

🗞️ Et on pourra se pré-abonner dès la mi-juillet ! 👍…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Il y a quelques semaines, nous rendions visite aux équipes de Brut, ce tout jeune…

Atelier des médias via Twitter
Jeudi
Plus...