Les réseaux sociaux ont-ils une ligne éditoriale ?

Pourquoi les internautes ne voient-ils pas tous les mêmes informations sur les réseaux sociaux ? Tout simplement parce que Facebook ou Twitter choisissent, par des méthodes de filtrage ou d'algorithmes, de mettre en avant certains contenus et d'en ignorer d'autres. Une responsabilité éditoriale nouvelle pour des sites qui se contentaient jusqu'à présent d'être des hébergeurs.

L'expérience qui suit, vous l'avez sûrement déjà vécue : vous êtes en train de discuter avec une personne qui vous parle d'une publication qu'elle a postée sur Facebook, lorsque vous réalisez que vous n'avez pas vu le message ou l'article en question. D'où l'interrogation que j'entends beaucoup en ce moment aux Etats-Unis : pourquoi lorsque je suis sur Facebook, je vois certaines publications et pas d'autres ?

Pour comprendre, les internautes ont fait quelques tests tout au long de l'été, essayant de tout cacher dans leur fil d'actualité, de tout "liker" ou au contraire de ne rien liker pendant un certain temps, histoire de voir ce qui se passait.

Sur Facebook, plus d'Ice Bucket Challenge que d'affaire Ferguson

La question du filtrage de certaines informations sur les réseaux sociaux a été soulevée cet été avec l'affaire Ferguson, du nom de cette ville du Missouri où un jeune noir non armé a été tué par des policiers mi-août, ce qui a généré des émeutes. Le sujet a été très largement débattu sur Twitter, alors qu'il était peu visible, voire quasiment absent de Facebook, où les internautes avaient en revanche le droit à beaucoup de vidéos de personnes se renversant un seau d'eau glacée sur la tête : le fameux Ice Bucket Challenge.

Cette différence a poussé un certain nombre d'observateurs américains à s'interroger sur le rôle que Facebook est en train de jouer sur notre accès à l'information, et sur le filtrage exercé par les réseaux sociaux qui commencent à privilégier certains critères - comme le like sur Facebook - pour valoriser des contenus, jetant aux oubliettes des sujets autrement plus sérieux.

Des hébergeurs qui s'éditorialisent

Cette affaire pose la question de la responsabilité éditoriale de ces plateformes qui se contentaient jusqu'à présent d'un rôle d'hébergeur. Une passivité qui a commencé à évolué cet été avec Twitter, son président Jack Dorsey ayant annoncé que le site de micro-blogging bloquerait la vidéo de la décapitation de James Foley, ce journaliste américain assassiné cet été en Syrie par l'Etat islamique. Pour beaucoup d'observateurs, c'était la première fois qu'un réseau social affirmait exercer une responsabilité éditoriale sur ce qui passait dans ses tuyaux.

La question est donc de savoir si d'autres plateformes vont à leur tour prendre position soit en étant transparent sur le filtrage qu'ils effectuent, soit en donnant aux utilisateurs la possibilité de décider de ce qui compte ou non pour eux dans l'actualité en mettant en place leur propre sélection. Une question intéressante actuellement aux Etats-Unis, un pays en plein débat sur la net-neutralité, c'est-à-dire l'accès équitable de tout le monde aux réseaux et aux mêmes contenus, à la même vitesse.

Il est possible cependant de limiter le filtrage des réseaux sociaux, puisque tous offrent la possibilité de s'abonner à un utilisateur ou une page et d'être systématiquement averti - par des notifications sur Facebook par exemple - des informations publiées par ces personnes. Une bonne manière de limiter le pouvoir des algorithmes, mais qui privilégie forcément les personnes qui connaissent très bien les particularités cachées des réseaux sociaux.

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle vit depuis 2013 aux Etats Unis où elle a été Knight Fellow à Stanford. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • je crois que c'est compliqué de dire avec certitude que les réseaux sociaux ont un ligne éditoriale d'autant plus que depuis un certains temps ils se sont à la conquête du numéro 1 donc ils sont prêts à tout faire.
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Tuto Comment créer un bot Twitter simplement via Numerama ⍔…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Turquie 🇹🇷️ Un parquet d’Istanbul a émis jeudi 10 août des mandats…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Facebook intègre bientôt des messages d'élus dans le feed de ses…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#USA 🇺🇲 ️Fox News est accusée d’avoir transformé le meurtre du…

Plus...