Les Potentialités du Barreau de la Croix-des-Bouquets.

Désormais, pour répondre aux exigences de la population haïtienne, et surtout à cause de la lutte pour la promotion de l'homme Haïtien et de la démocratie en Haïti, il est du devoir de tout gentilhomme en général et des avocats en particulier, de veiller sur les acquis que le peuple haïtien a pu conquérir au prix du sang avec la constitution de 1987, notamment avec les articles garantissant la liberté individuelle. Même si depuis 1987 nous avons fait du chemin dans la pratique de la démocratie, il n'est pas, cependant, inconnu de tout le monde que des séquelles vieilles de près de deux cents ans, tourmentent encore la réalité de ce peuple courageux et résistant. Malgré ces acquis, nous n'avons pas fini avec les excès de pouvoir, les abus, l'autoritarisme de nos mandatés, les arrestations illégales, la mise en second plan des lois à la place des désirs des dirigeants, qui nous forcent encore à combattre pour gagner la liberté de tout un peuple et la protection de cette liberté.

L'avocat haitien, depuis toujours, s'est toujours retrouvé au premier rang des luttes et protestations faites en faveur de la protection des droits des citoyens. Beaucoup d'entre-eux se sont convertis en martyres pourqu' aujourd'hui ce peuple puisse croire en un avenir meilleur. Parmi ceux qui sont tombés, nous pouvons cités des noms illustres comme Yves Volel, Armand Benoit, Emile CAUVIN, Seymour CAUVIN, Max CHARLMERS, Anhony ERVILUS, Vergnaud Joseph, Hubert LEGROS, Anthonio VIEUX etc...tous tués pour avoir levé la voix contre les exactions de certains dirigeants qui n'ont jamais eu aucun égard pour la population ou pour la loi.

Beaucoup d'années sont passées depuis, mais ces sangs continuent hier et aujourd'hui encore à crier, réclamant,  comme l'âme d'Abel et ceux des justes, justice devant Dieu et surtout, devant les générations qui les ont suivis. Voilà donc pourquoi, nous, jeunes avocats d'aujourd'hui, sommes tenus d'honorer ces sacrifiés par l'exercice digne de cette profession qui nous mettra toujours entre les agresseurs et les victimes, entres les persécuteurs et les persécutés .

Pour y parvenir, le sens des termes, solidarité, esprit d'appartenance et de sens de responsabilité ne doit jamais nous être écarté. Une solidarité entre toutes les associations d'avocat en générale et des Barreaux du pays est obligatoire, avec la responsabilité pour chacun de veiller sur l'exercice de cette profession si noble dans ses limites. Et c'est donc ce à quoi le Barreau de la Croix-des-Bouquets, malgré sa jeunesse, doit se tenir, sans réfuter ou refuser l'aide de ses ainés, notamment le Barreau de Port-au-Prince.

S'il est un fait certain que depuis Duvalier, les pratiques de nos gouvernants n'ont pas changé, il est donc, impérieux aux barreaux d'Haïti de développer des stratégies calculées afin d'assurer la garanties des droits les plus élémentaires de la population haïtienne dans son ensemble. La population doit pouvoir faire confiance à ses avocats, tout comme elle fait confiance à son armée. Le Barreau de la Croix-des-Bouquets doit tout faire pour protéger les cruciens, cruciennes des racailles, des avocats opportunistes qui cherchent, au premier moyen offert, à appauvrir la population.

Le devoir de contrôler et de discipliner ses membres est le premier des devoirs d'un Barreau. Et le Barreau de la Croix-des-Bouquets ne peut échapper à cette règle. Des objectifs doivent être fixés par le conseil de l'ordre, des perspectives doivent être définies, l'exercice de la profession d'avocat doit être orienté dans le but d'offrir le meilleur à une population assoiffée de Justice. Pour y arriver, il est plus que claire que le décret du 29 Mars 1979 à lui seul ne suffit pas. Il faut à tout prix doter le barreau de solides règlements intérieurs réglant les relations entre avocats et surtout définissant l'exercice honorable de la profession d'avocat à travers un code de déontologie établi par l'assemblée. Un barreau qui n'a pas le contrôle de ses membres ne peut, non plus, les protéger et les risques de deviance sont tellement multiples, qu'ils ne peuvent être dénombrés.

Donc étant conscient de tout cela et des effets qui pourront etre néfastes tant pour l’image du barreau que pour celle de ses membres, il devient impérieux que nous devons tout faire pour doter au plus vite le Barreau des règlements intérieurs solides et d’un code de déontologie où est définie l'identité du barreau de la Croix-des-Bouquets. Nous ne pouvons continuer à vivre dans l'ombre du barreau de Port-au-Prince qui a ses propres réalités et qui sont surtout différentes des nôtres. Comme nous le dirait Vilaire, il nous faut tout savoir et tout fondre, être un, oui, mais divers et vaste. c'est là le credo d'un véritable éclectique.

Arriver à être le barreau le plus structurer d'Haïti, est un rêve audacieux mais pas impossible. Beaucoup de choses manquent au Barreau de Port-au-Prince pour être le barreau de référence qu'il prétend être. Cependant, vu la déficience des autres barreaux d'Haïti, le Barreau de Port-au-Prince parait être le principale interlocuteur en matière juridique des organisations internationales. Parvenir à détrôner ce barreau vieux de plus d'un triple cinquantenaire est un rêve, s'il est rendu concret et matérialisé par le Barreau de la Croix-des-Bouquet, mettra ce dit barreau au premier rang lors des négociations qui permettront à Haïti d'atteindre la démocratie et l'État de droit tout en faisant de lui, le principal interlocuteur d'Haïti en matière de droit.

Nous devons tout faire pour permettre aux différentes organisations internationales, intervenant dans le domaine juridique en Haïti de voir en nous leur semblable, qu’à un point tel qu'elles ne peuvent ni ne pourront nous esquiver. Si effectivement nous voulons atteindre des objectifs bien définis et bien fixés, nous devons au préalable établir un plan d'action. Des initiatives doivent être prises tant par les membres du conseil de l'ordre que par les avocats membres du Barreau de la Croix-des-Bouquets, et aussi des différents cabinet d'avocats de la juridiction de la Croix-des-Bouquets afin de rendre attractive et attrayant ledit Barreau aux jeunes bacheliers en droit les plus talentueux de nos universités et aux organisations internationales.

D'incommensurables sacrifies doivent être consentis, de grands travaux doivent être lancés pour structurer le Barreau et encourager les avocats membres à s'améliorer. Ce qui peut se faire par des concours, et encore par la création d'une école du Barreau ouverte à tous les avocats membres. Tout doit être dirigé vers l'excellence. en somme nous prêt? Soyons-le !

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant