De gauche à droite : Okhin-Manach-Deloire

 

Depuis près de trois mois, les révélations inquiétantes quant aux pratiques de la National Security Agency américaine (NSA) et, plus généralement, des Etats Unis et de leurs alliés, se succèdent dans la presse internationale. Surveillance massive de citoyens, d’organisations et d’Etats, violation de la vie privée en collaboration avec de grands acteurs du web, traque de lanceurs d’alerte, pressions sur la presse et les journalistes: tous les aspects de cette affaire posent des questions fondamentales au journalisme et à la liberté d’expression. Pour tenter d’y voir plus clair, l’Atelier des médias réunit cette semaine quatre trois spécialistes : Christophe Deloire, directeur général de Reporters Sans Frontières (RSF). Jérémie Zimmermann co-fondateur de la Quadrature du Net, un organisme de défense des droits et libertés sur Internet. Okhin, activiste, formateur en sécurité informatique et agent Telecomix, un groupe d’hacktivistes engagés en faveur des libertés sur le net. Et Jean-Marc Manach, journaliste spécialiste de la surveillance en ligne et blogueur pour Le Monde sur Bug Brother.

Billet préparé avec Raphaelle Constant


De la protection des sources et des lanceurs d’alertes

 

Le 5 juin dernier, le Guardian publiait un article de Glenn Greenwald dénonçant des surveillances massives de la National Security Agency américaine (NSA) opérées sur des abonnés de l’opérateur Verizon. C’était la première d’une longue série de révélations issues de documents classifiés de la NSA rendus publics par Edward Snowden, consultant ayant travaillé pour cette agence de renseignement américaine. Comme pour les fuites de WikiLeaks en 2010 et 2011, c’est grâce, donc, à un lanceur d’alerte que ces informations ont été rendues publiques. Dans le cas de WikiLeaks, chacun a pu suivre cette année le procès de Bradley Manning condamné le 21 août dernier à 35 ans de prison. Une peine qui dérange, de même que dérange le traitement de Snowden, réfugié en Russie, poursuivi par la justice américaine pour vol, espionnage et utilisation illégale de biens gouvernementaux. 
Les avis et les points de vue peuvent diverger sur le rôle, positif ou négatif, de Manning et Snowden. Il est toutefois certain que leurs révélations ont permis à la presse mondiale de sortir une très grande quantité d’informations de premier ordre. Ils ont contribué à une meilleure connaissance de l’Etat américain, de ses alliés et ses ennemis, de ses pratiques, sa diplomatie, ses outils de surveillance etc… Le fait que Snowden et Manning soient traités comme des criminels par le gouvernement américain et ses alliés pose question. Deux hommes, rappelons le, considérés comme des héros par de nombreux défenseurs des libertés numériques et soutenus par les organisations de défense de la liberté d’expression et des droits de l’homme.

Une situation d’autant plus déroutante que, jusqu’à maintenant, c’était les États-Unis qui étaient cités en exemple pour la protection du statut de lanceur d’alerte (ou plus précisément de whistleblower pour reprendre l’expression la plus proche dans le vocabulaire américain).

Comment peut-on définir le lanceur d’alerte? Existe-t-il une limite raisonnable à ses révélations quant aux pratiques secrètes des États? Jusqu’où peut ou doit aller le secret des États ? Est-il compatible avec le bien commun ? Nécessaire ?

Un questionnement d’actualité en France au moment où l’Assemblée Nationale adopte une loi sur la transparence.

Ces affaires posent, plus globalement, la question de la protection des sources. Un projet de loi est en ce moment dans les tuyaux législatifs en France. Reporters sans Frontières a fait part, en juin dernier, de ses inquiétudes quant à ce texte. Des révélations récentes sur la manière dont la justice a mis sur écoute Gérard Davet du Monde montrent, en tous cas, à quel point il est urgent de réguler et éduquer les autorités, en France et dans le monde, au respect des sources.

NSA whistleblower Edward Snowden


La trahison des grands

 

Le lendemain des révélations sur l’espionnage des clients Verizon, le Guardian publiait une présentation powerpoint top secret exposant le projet PRISM. Il s’agit d’une architecture informatique permettant à la NSA de collecter des données d’utilisateurs avec la complicité de grands services en ligne (Yahoo, Google, Apple, Microsoft, Facebook). La trahison est double : celle d’un État qui viole la vie privée de citoyens du monde et celle d’entreprises qui, selon le document de la NSA, offrent un accès direct à des données privées qu’elles sont censées protéger. Même le moins paranoïaque des observateurs a de quoi être terrifié par ces révélations.
Est-on face à une dérive sécuritaire d’une des plus grandes démocraties mondiales et de ses services de renseignement ? Qu’en est-il de la complicité des autres états (on se souvient de la manière dont les pays de l’Union Européenne ont traité Edward Snowden quand il leur a demandé l’asile politique) ? Comment peut-on limiter la surveillance des services secrets ? Comment peut-on protéger la vie privée en ligne et hors ligne des citoyens du monde ? Comment faire confiance à de grands services web qui semblent coopérer en toute opacité, et en totale opposition à leurs propres règles, avec les agences de renseignement américaines ?

Dernièrement, le Guardian publiait, pour la première fois, la preuve d'un lien financier entre la grande agence de renseignement et les entreprises américaines. La NSA a payé plusieurs millions de dollars aux géants du web qui collaborent au programme Prism. Cette somme, légalement versée, a permis à Google, Yahoo, Microsoft et Facebook de compenser leur mise en conformité technique aux exigences de la NSA.



Prism: La NSA a payé les géants du web d'après The Guardian (via Euronews)

 

La presse harcelée et humiliée

 

Comme si le tableau n’était pas assez sombre, cet été, le Guardian a fait des révélations extrêmement inquiétantes sur la manière dont les autorités britanniques ont traité le journal dans le cadre des révélations PRISM. Dans un premier temps, il a été demandé au Guardian de remettre aux autorités les dossiers concernant la NSA et son homologue britannique le GCHQ (Governement Communications Headquarters), le service britannique des écoutes. Finalement, le Guardian a accepté de détruire les disques durs contenant les informations livrées par Edward Snowden devant des agents des services secrets. Un acte absurde car, bien entendu, le journal avait recopié ces disques sur d’autres supports. Cet épisode a été raconté dans le détail par rédacteur en chef du Guardian, Alan Rusbridger dans un éditorial en date du 19 août. Il y explique comment le gouvernement a forcé le journal à détruire les documents fournis par Snowden, et affirme que qu’on l’a menacé de poursuites judiciaires s’il ne coopérait pas. Rusbridger y affirme que le Guardian continuera à travailler sur les fuites de Snowden mais qu’il ne le fera plus en Grande-Bretagne. Enfin Rusbridger condamne l’interpellation de David Miranda.

 

La veille, le 18 août, ce photographe brésilien, mari et collaborateur de Glenn Greenwald, avait été arrêté à l’aéroport de Londres et retenu pendant neuf heures en vertu de la législation anti-terroriste. Il s’est vu confisquer son matériel électronique. Une détention que le journaliste Glenn Greewald voit comme de l’intimidation. "Si les gouvernements américain et britannique pensent que cette stratégie va nous dissuader de continuer à couvrir de façon agressive ce que ces documents révèlent, ils se trompent. Cela aura seulement l'effet inverse: nous encourager à aller plus loin", a-t-il déclaré dans une tribune publiée sur le site du Guardian.

 

Protesters against PRISM in Berlin,Germany wearing Bradley Manning andEdward Snowden masks

 

Journalistes ou pas ?

 

Outre les questions soulevées précédemment, l’affaire Snowden / PRISM et, plus précisément; la personnalité de Glenn Greenwald ont aussi été l’occasion de s’interroger sur la nature même du métier de journaliste. Ancien avocat américain devenu journaliste, blogueur et écrivain Glenn Greenwald pratique son métier de manière ouvertement engagée. Un choix qu’il a fait en 2006 par opposition à la politique de George Bush Junior. Comme l’explique le journaliste Marc Mentré dans un excellent billet, cette conception du métier lui a valu suspicions et critiques.

Le New York Times, rappelle Mentré, a par exemple publié sur son site les informations obtenues par le Greenwald en le présentant comme un “activiste”. De son côté, Paul Farhi, du Washington Post, constate que: “Greenwald brouille un certain nombre de lignes à une époque où tout le monde peut traiter l’information.” Une manière de se demander si Gleen Greenwald a agi en tant que journaliste ou comme blogueur engagé ? Un vieux débat redevient d’actualité. D’autant plus que qu’une autre personnalité journalistique engagée, Alexa O’Brien, s’est distinguée ces derniers mois. C’est elle qui a couvert, sur la longueur (contrairement à beaucoup de grands médias) le procès du soldat américain Bradley Manning. Un journaliste peut-il être engagé? Doit-il l’être? Si Snowden a choisi de révéler ses informations à Greenwald, c’est justement parce que ce dernier avait affiché son engagement.

Timeline of Edward Snowden's revelations via Al Jazeera

 


Si vous souhaitez poser des questions à nos invités, vous pouvez vous servir de l’espace commentaire ci-dessous ou nous contacter sur Twitter  ou sur Facebook, et dans les commentaires de ce billet.


Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • C'est bien vrai Ferdinand que vous travaillez pour un seul maitre, mais ils nont pas les meme mission parce que la presse est un groupe de pression et que L'Etat est la pour satisfaire les besoin de la population. bien que L'Etat est un groupe de pression aussi mais dans certains cas par exemple lorsqu'il met du pression pour les entreprise privee de payer leurs taxe. Bon ce n'est pas ca le sujet c'est l'affaire de snewden, les ETAT-UNIS n'ont pas le droit d'espionner tout le monde, je le considere comme un signe de faiblesse...

  • Bonjour,j'ai une question qui m'a toujours rongée au coeur;
    D'où viennent les conflits perpetuels entre les gouvernements et les medias,alors que nous travaillons tous pour un seul maitre? Notre patron est le public.
  • L’affaire snowden n’est pas absurde  pour  des agents secrets qui volent l’information pour la livrer a d’autres services, question des grands sous. Combien d’argent avait-il perçu ? Il avait vendu ses informations à   qui ? Est-ce que Snowden est il un journaliste d’investigation pour révéler d’une façon désintéressée  ou modeste  ces informations ?

    Le back Bône américain aspire toutes les informations mondiales mais ne peut pas toutes les traiter    que si vous êtes  ciblés par  les USA ?

    Les meilleures informations se volent mais pourquoi on n’avait pas protégé les sources d’infos au lieu de les griller ?

    Les blogueurs participent  à livrer certaines informations même si celles-ci ne sont pas bien traiter .Est ce que nous pouvons les considérer comme des journalistes ? Quels sont leurs codes d’éthique et déontologique ? Faudrait-il  ,aux autres professionnels qui viennent dans le métier des journalistes , suivre une formation académique ou dans le tas obligatoires en vue de ne pas salir la Profession Journalistique ? Etre blogueur est –il une nouvelle profession du 21ieme siècle ?

    Culminons-nous vers la fin des secrets d’état ou faudrait il les divulguer après une génération ? L’affaire snowden choque plus parce que l’occident est concerné au plus niveau ? Une plus grande liberté sans les lois les limitant n’est=elle  pas nocive pour le progrès de l’humanité ?

    Que pensez-vous de cette phrase philosophie : Un acte n’est pas bon ou mauvais tout dépend de la motivation, du but et de la direction. Est-ce que cette affaire Snowden a-elle respecté cette règle ? 

     Journaliste  saidi asenge jean marie, tel : +211 9 54 63 24 22,bolimosisa@yahoo.com,www.africannewsagency.wordpress.com

  • L’affaire snowden n’est pas absurde  pour  des agents secrets qui volent l’information pour la livrer a d’autres services, question des grands sous. Comment d’argent avait-il perçu ? Il avait vendu ses informations à   qui ? Est-ce que Snowden est il un journaliste d’investigation pour révéler d’une façon désintéressée  ou modeste  ces informations ?

    Le back Bône américain aspire toutes les informations mondiales mais ne peut pas toutes les traiter  toutes  que si vous êtes  ciblés par  les USA ?

    Les meilleures informations se volent mais pourquoi on n’avait pas protégé les sources d’infos au lieu de les griller ? Les blogueurs participer à livrer certaines informations même si celles-ci ne sont pas bien traiter .Est ce que nous pouvons les considérer comme des journalistes ? Quels sont leurs codes d’éthique et déontologique ? Faudrait-il aux autres professionnels qui viennent dans le métier des journalistes de suivre une formation académique ou dans le tas obligatoires en vue de ne pas salir la Profession Journalistique ? Etre blogueur est –il une nouvelle profession du 21ieme siècle ?

    Culminons-nous vers la fin des secrets d’état ou faudrait il les divulguer après une génération ? L’affaire snowden choque plus parce que l’occident est concerné au plus niveau ? Une plus grande liberté sans ;es lois les limitant n’est pas nocive pour le progrès de l’humanité ? Que pensez-vous de cette phrase philosophie : Un acte n’est pas bon ou mauvais out dépend de la motivation, du but et de la direction. Est-ce que cette affaire Snowden a-elle respecté cette règle ? 

     Journaliste  saidi asenge jean marie, tel : +211 9 54 63 24 22,bolimosisa@yahoo.com,www.africannewsagency.wordpress.com

    L’affaire snowden n’est pas absurde  pour  des agents secrets qui volent l’information pour la livrer a d’autres services, question des grands sous. Comment d’argent avait-il perçu ? Il avait vendu ses informations à   qui ? Est-ce que Snowden est il un journaliste d’investigation pour révéler d’une façon désintéressée  ou modeste  ces informations ?

    Le back Bône américain aspire toutes les informations mondiales mais ne peut pas toutes les traiter  toutes  que si vous êtes  ciblés par  les USA ?

    Les meilleures informations se volent mais pourquoi on n’avait pas protégé les sources d’infos au lieu de les griller ? Les blogueurs participer à livrer certaines informations même si celles-ci ne sont pas bien traiter .Est ce que nous pouvons les considérer comme des journalistes ? Quels sont leurs codes d’éthique et déontologique ? Faudrait-il aux autres professionnels qui viennent dans le métier des journalistes de suivre une formation académique ou dans le tas obligatoires en vue de ne pas salir la Profession Journalistique ? Etre blogueur est –il une nouvelle profession du 21ieme siècle ?

    Culminons-nous vers la fin des secrets d’état ou faudrait il les divulguer après une génération ? L’affaire snowden choque plus parce que l’occident est concerné au plus niveau ? Une plus grande liberté sans ;es lois les limitant n’est pas nocive pour le progrès de l’humanité ? Que pensez-vous de cette phrase philosophie : Un acte n’est pas bon ou mauvais out dépend de la motivation, du but et de la direction. Est-ce que cette affaire Snowden a-elle respecté cette règle ? 

     Journaliste  saidi asenge jean marie, tel : +211 9 54 63 24 22,bolimosisa@yahoo.com,www.africannewsagency.wordpress.com

    L’affaire snowden n’est pas absurde  pour  des agents secrets qui volent l’information pour la livrer a d’autres services, question des grands sous. Comment d’argent avait-il perçu ? Il avait vendu ses informations à   qui ? Est-ce que Snowden est il un journaliste d’investigation pour révéler d’une façon désintéressée  ou modeste  ces informations ?

    Le back Bône américain aspire toutes les informations mondiales mais ne peut pas toutes les traiter  toutes  que si vous êtes  ciblés par  les USA ?

    Les meilleures informations se volent mais pourquoi on n’avait pas protégé les sources d’infos au lieu de les griller ? Les blogueurs participer à livrer certaines informations même si celles-ci ne sont pas bien traiter .Est ce que nous pouvons les considérer comme des journalistes ? Quels sont leurs codes d’éthique et déontologique ? Faudrait-il aux autres professionnels qui viennent dans le métier des journalistes de suivre une formation académique ou dans le tas obligatoires en vue de ne pas salir la Profession Journalistique ? Etre blogueur est –il une nouvelle profession du 21ieme siècle ?

    Culminons-nous vers la fin des secrets d’état ou faudrait il les divulguer après une génération ? L’affaire snowden choque plus parce que l’occident est concerné au plus niveau ? Une plus grande liberté sans ;es lois les limitant n’est pas nocive pour le progrès de l’humanité ? Que pensez-vous de cette phrase philosophie : Un acte n’est pas bon ou mauvais out dépend de la motivation, du but et de la direction. Est-ce que cette affaire Snowden a-elle respecté cette règle ? 

     Journaliste  saidi asenge jean marie, tel : +211 9 54 63 24 22,bolimosisa@yahoo.com,www.africannewsagency.wordpress.com

  • Si je medite tres bien sur le sujet d'espionage en tant que journaliste,je ne trouve aucun mal meme si les Etats Unis d'Amerique pratique ce genre d'espionage,car espioner c'est pas du tout mal,je peux espioner le sac de ma femme ou peut etre je peux espioner mon ami c'est rien ,il est normal d'espioner. Pourquoi les gents considerent l'espionage comme une grande chose ou comme une mauvaise pratique ? Les Etats Unis d'Amerique a raison d'ailleurs c'est une grande Nation elle a droit d'espioner n'importe comment pour mieux se proteger contre n'importe qui ou quoi.Si vous etes un bon compatriote americain l'une de toutes les choses vous allez avoir confiance de votre nation et de votre boulot tout en etant confidentiel et respectueux.Qu'est ce qu'on appel l'amour du travail bien fait ? c'est la confiance et le secret de votre travail n'est ce pas ?

  • Bonjour vous!

    Alors mes questions sont nombreuses. Mais je vais m'arrêter à deux. Elles s'adressent à Jean-Marc Manach, journaliste spécialiste de la surveillance en ligne et blogueur pour Le Monde sur Bug Brother.

    1. Peut-on vraiment dire que nous sommes à l'abri de la surveillance en ligne? Malgré tous les logiciels de cryptage que j'utilise je reste toujours aussi sceptique.
    2. Les idées pour contourner la surveillance, sont aussi folles les unes des autres: Possédez un serveur! Ne plus utiliser les logiciels dits "libres" De quoi, avons nous donc droit aujourd'hui? Quelle est l'outil le plus fiable concernant la messagerie personnelle?

              Merci!

  • Bonjour Ziad, Simon, l'équipe ADM et les invités :),

    mes questions sont les suivantes:

    1°) J'ai suivis l'affaire PRISM depuis ses débuts, mais jusqu'à là je n'arrive pas à m'en faire une idée claire. Comment et pourquoi est né PRISM? Dans quel intérêt Edouard Snowden a-t-il "trahit" la NSA?

    2°) RSF a-t-il contribué à obtenir l'asile à Snowden? Si oui comment? Si non, pourquoi, quand on sait que RSF milite pour la défense de la liberté d'expression dans le monde.

    3°) Comment Prism est perçu hors des frontières Américaines? Et les pays Africains dans tout ça, sont-ils à l'abris? Comment peuvent-ils se protéger? Y-at-il eu des représailles de la part des hacktivistes contre Prism? Quels rôles jouent les hacktivistes dans la liberté d'expression? Leurs actions sont-elles légales? 

    4°) Aujourd'hui quels liens peut-on faire entre Defenseurs de la liberté d'expression, journaliste, hacktivistes et blogueurs? En parlant de journalisme, vie privée et liberté d'expression évidement. Merci!

  • pourquoi les usa prennent les commandes du monde en faisant ces mauvaise qui est de s'ingérer dans les affaires privées des citoyens d'autres pays? ce n'est pas là une menace où un crime contre l'humanité?

  • Pourquoi les USA espionnent les autres pays du monde'
    comment Mr Snwoden a put echapper aux americains.
    Est ce que il y a des pays qui font parti des espionnement americain,si oui les quels.
    ma contribution,tous les pays doivent chanctionner les USA

  • Je crie mon ras-le-bol face à l'attitude des USA qui, tendent, coûte que coûte, à vouloir contrôler le monde entier; en espionnant où en mettant sur écoute leur partenaire européen. Dieu même ne l'acceptera pas parce que cela est "malhonnête" de leur part. C'est pour quoi le masque est tombé grâce à Snwoden. Aujourd'hui, Obama est en train de payer cash, ce comportement peu recommandable des USA, avec l'état de nervosité dans lequel est plongé en ce moment la présidente Brézilienne Dilma. N'a-t-elle pas raison? Mais pourquoi s'étonne t-elle? Cependant, rien ne dit que des pays Européens s'espionnent pas et, même les USA. Oui, on ne sait jamais. Comme ces pays savent bien le faire en Afrique. C'est là ma série de question: dites-moi si la France n'aurait-elle pas mis certains pays africains sur écoute? Est-ce normal? Aussi, en ce qui concerne les sites internet, je me demande si l'on devrait avoir confiance encore. Puisqu'on constate que lorsqu'on doit s'inscrire sur ces sites, on nous demande des informations comme quoi, elles seront confidentielles. Et, après on se rend compte que ces grands maîtres du Web finissent par vendre ses informations... Alors faut-il donner de fausse information sur internet où comment lutter contre cette pratique mafieuse?

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...