L’Indépendance, un bien grand mot qui en aura généré, un demi-siècle plus tard, de plus grands mais qui s’écrivent différemment, en lettres de trahison, de coups d’Etat et de sang.

Un demi-siècle de turpitudes s’est écoulé et nous pensons légitime et opportun de nous interroger sur les desseins des Pères Fondateurs des Indépendances africaines. Quelles étaient leurs aspirations profondes ? Quels ont été leurs déboires ? Quel a été leur parcours, leur vie et leur fin ?

Les réponses à toutes ces questions se trouvent dans le coffret Archives d’Afrique que vous pouvez gagner en écoutant l’émission Archives d’Afrique de Alain FOKA, tous les week-ends sur les ondes de RFI.

Je vous propose à travers ce billet et une bande sonore de 10 min, regroupant les propos de six Pères Fondateurs des Indépendances africaines leur définition de l’Indépendance. Merci à Alain FOKA et à RFI.

 

PHILIBERT TSIRANANA – Madagascar – Indépendance = Possibilité de choisir.

 

Philibert TSIRANANA [ Lien Wikipedia ]

 

Singulier destin que celui de ce personnage analphabète qui aura su passer du stade de bouvier à 12 ans à celui de Père de la nation, de 1er Président de la République de Madagascar à 50 ans, briguant au passage plusieurs mandats internationaux. Ce tribun jovial râblé avec son accent côtier mal dégrossi qui constituait l’objet de nombreuses plaisanteries, aura été, malgré la position géographique quelque peu décentrée de son pays, de tous les grands rendez-vous continentaux. Proposant sa médiation pour les grands conflits qui ont secoué le continent il restera certainement pour l’Histoire l’un des Pères Fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine. - Alain FOKA.

 

Morceaux choisis.

 

« Etre indépendant, c’est être libre. Pour un peuple comme pour un individu, c’est choisir librement son statut …. Etre indépendant, c’est être libre et être libre c’est avoir la possibilité de choisir. »

 

OLYMPIO – Togo – Indépendance = Affranchissement de toute servitude.

 

Sylvanus OLYMPIO [ Lien Wikipedia ]

 

Premier président élu du Togo, il est certainementl’un des rares cadres et en tout cas l’unique leader subsaharien qui, au moment des indépendances en 1960, est plusieurs fois diplômé des grandes universités anglaises et françaises. Il fait aussi parti de ceux qui, dès la décennie 1950, réclament la décolonisation et l’accession à la souveraineté internationale. C’est très certainement pour ces deux raisons qu’il ne bénéficie pas du soutien de Paris lorsque des militaires attaquent sa résidence le 13 janvier 1963. Mais comment expliquer le geste de l’ambassadeur des Etats-Unis à Lomé qui le laisse arrêter dans la cour de sa résidence ? Et comment expliquer celui de la France qui reste tout aussi ambigu ? - Alain FOKA.

 

Morceaux choisis.

 

« Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? La nuit est longue mais le jour vient. »

« Le Togo … en ce moment et à jamais, affranchi de toute sujétion, de toute entrave, maître de son destin, te voilà libre enfin ! Au nom du peuple togolais, je proclame solennellement l’Indépendance du Togo, notre Patrie ! »

 

LUMUMBA – Congo (actuelle RDC) – Indépendance = Fin de l’injustice, de l’oppression et de l’exploitation.



Patrice LUMUMBA [Lien Wikipedia]

 

Morceaux choisis.
« … car nous avons connu le travail harassant exigé en échange de salaire qui ne nous permettait ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir et nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers. Nous avons connu des ignominies, des insultes, des coups que nous devions subir matin, midi et soir parce que nous étions des nègres. Qui oubliera qu’à un noir on disait « tu », non certes comme à un ami, mais parce que le « vous honorable » était réservé aux seuls blancs. Nous avons connu que nos terres furent spoliées au nom de textes prétendument légaux qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort. Nous avons connu que la Loi n’était jamais la même selon qu’il s’agissait d’un blanc ou d’un noir, accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres … nous avons connu que les noirs voyageaient à même la coque des péniches, aux pieds du blanc dans sa cabine de luxe … régime d’injustice, d’oppression et d’exploitation … Hommage aux combattants de la liberté nationale. Vive l’Indépendance et l’Unité Africaine. Vive le Congo indépendant et souverain. »

 

SEKOU TOURE – Guinée – Indépendance = Liberté= Dignité=Décolonisation intégrale.

Sékou TOURE [ Lien Wikipedia ]

 

Lorsqu’il prononçait son fameux « non » au Général de Gaulle en dplacement Guinée en 1958, il n’imaginait certainement pas qu’il déclencherait un tel chamboulement pou son pays qui allait aussitôt accéder avant toutes les autres colonies françaises à l’indépendance. Il ne se doutait pas qu’il venait d’enclencher un vaste mouvement et qu’il allait, sans l’avoir préparé, devenir une icône pour les nationalistes subsahariens qui pendant plusieurs décennies allaient même organiser des pèlerinages à Conakry pour s’imprégner de son idéologie panafricaniste. Pourtant le grand gaillard au boubou blanc, qui traversait la ville au volant de sa voiture en agitant son mouchoir en signe de salut aux siens, allait très rapidement être confronté à de réelles difficultés à la fois économiques et sociales qui allaient aussitôt transformer son régime. - Alain FOKA.

 

Morceaux choisis.

 

« Il n’y a pas de dignité sans Liberté. Nous préférons la pauvreté dans la liberté à l’opulence dans l’esclavage ! la liberté c’est le privilège de tout homme, le droit naturel de toute société et de tout peuple … Notre option fondamentale qui à elle seule conditionne les différents choix que nous allons effectuer réside dans la décolonisation intégrale de l’Afrique, ses hommes, son économie, son organisation administrative. »


MODIBO KEITA – Mali – Indépendance à ne pas confondre avec Nationalisme étroit.

Modibo KEITA [ Lien Wikipedia ]

 

Son objectif, son rêve, c’était l’unité africaine. La constitution d’un grand ensemble qui permettrait au continent de faire face aux grands blocs qui partout se constituaient au début de la décennie 60. C’est de cette ambition que va naître l’éphémère Fédération du Mali qui réunit le Soudan français et le Sénégal. Mais l’éclatement de la Fédération et la rupture avec la France vont l’amener à adopter l’option socialiste pour le Mali dont il prend les rênes au moment de son accession à la souveraineté internationale. - Alain FOKA.

 

Morceaux choisis.

 

« Nous savons que l’Indépendance est un mot qui fouette la dignité et l’amour propre d’un pays colonisé. Nous avons également que c’est une formule tentante … mais nous africains, qui savons que dans ce siècle d’interdépendance où même les pays les plus évolués, qui ont tous les attributs de leur souveraineté, sont obligés de faire abandon d’une partie de cette souveraineté pour s’imbriquer dans un ensemble, nous avons compris que ce serait un retard de notre part , un recul dans l’évolution de l’Histoire que de s’attarder au stade du nationalisme étroit qui trouve sa formulation dans une indépendance quelque fois illusoire. »

 

 

HOUPHOUET-BOIGNY Indépendance = Indépendance économique.

Félix HOUPHOUET-BOIGNY [ Lien Wikipedia ]

 

Initialement opposé à l’accession immédiate à l’indépendance des pays africains, l’ancien ministre français du gouvernement du Général de Gaulle va hériter malgré tout du pouvoir au moment où la Côte d’Ivoire accède à la souveraineté internationale le 07 août 1960. Rapidement l’ancien syndicaliste et chef Baoulé va s’atteler à construire son pays, à lui donner à la fois un développement économique et social mais aussi un rayonnement international en s’appuyant souvent sur les ressources humaines régionales, mais également sur la communauté libanaise. Une option qui va rapidement faire de la Côte d’Ivoire la vitrine de l’Afrique de l’ouest. Mais le vent de démocratie qui souffle sur le continent au début de la décennie 1990 va fragiliser son régime et le contraindre à revoir ses choix. Mais va-t-il en avoir le temps ? - Alain FOKA.

 

Morceaux choisis.

 

« L’indépendance économique ne se définit pas à longueur de journée mais se construit jour après jour. Ce que veut l’ivoirien, c’est le partage de la richesse et non de la misère. Et pour ce faire il doit avant tout contribuer à créer ces (ses) richesses. »

Que nous reste t-il , un demi-siècle plus tard, des paroles des Pères Fondateurs des Indépendances Africaines ?


Télécharger la bande sonore : Les Indépendances Africaines expliquées par les Pères Fondateurs


Bonne réception.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines pr…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie Mi…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...