Aids Candlelight Memorial 2013. Le Cameroun l’a célébré avec une semaine de retard. Beaucoup d’émotions au rendez-vous. Il est temps de mettre fin aux stigmatisations, discriminations des personnes infectées.


 

Le taux de séroprévalence n’a pas entièrement baissé au Cameroun. D’après Joseph Dzene, le représentant de l’Association camerounaise pour le marketing social (Acms), les dernières études parlent de 4,3 %. A côté de ça, certains patients meurent faute d’accompagnement adéquats. Pourtant, les soins sont gratuits. Mais parfois rares dans les hôpitaux spécialisés. Les témoignages publiés dans « Ruptures et rationnements Arv au Cameroun : L’envers du décor » de Synergie des sciences sociales et humaines de mai 2013 en disent long. D’autres passent de vie à trépas parce que stigmatisés, discriminés et même rejetés par les siens et la société entière. Etre séropositif n’est pourtant pas une fatalité. « C’est une maladie comme toutes les autres. Il faut apporter son aide à la personne souffrante et non la rejeter. C’est faute de cette aide, de ce réconfort que ma tante est décédée. Tout le monde l’avait rejeté et maintenant, il regrette. C’est pourquoi, je milite pour le bien-être des personnes atteintes de Vih aujourd’hui », soutient Josiane, présente ce 26 juin 2013 à la salle de Pêche et maritime de Mboppi à Douala.

Josiane est là pour la Candlelight Memorial 2013, célébré cette année au Cameroun avec une semaine de retard. « Elle a été décalée d’une semaine à cause des festivités liées à la fête de l’Unité au Cameroun. La Candlelight Memorial est organisée tous les 3e dimanche du mois de mai dans 115 pays dans le monde et 8 régions au Cameroun (précisément dans les villes de Douala, Yaoundé, Bertoua, Ngaoundéré, Bafoussam, Maroua, Buea et Ebolowa, Ndlr). C’est une occasion d’allumer des bougies pour rendre hommage aux personnes décédées du fait du Sida, accompagner les personnes affectées et infectées et dire stop à la stigmatisation et la discrimination », explique Joseph Dzene. Comme quoi, il faut être « En total solidarité » ; la thématique retenue cette année. Candlelight Memorial 2013 est organisée à Douala par le comité national de lutte contre le Sida (Cnls) avec l’appui de l’Onu-Sida, l’Acms et l’association New Way+.

Sur le site de Douala, un grand tableau a été aménagé pour recevoir des messages d’amour, d’aurevoir, de remerciement et d’espoir pour les victimes du Vih. Des louanges et chants d’espoir ont été entonnés. Des larmes ont coulé. Trop d’émotions. Triste de perdre un être cher (père, mère, ami(e), sœur, frère…). Pour cela, des artistes (Hoga, Esty Dollar et Mony Eka de Petit Pays) ont prêté leur voix à l’assistance. Le clou de la cérémonie a été l’allumage des bougies pour redonner de l’espoir, dire stop à la discrimination et la stigmatisation dans la société des personnes affectées et infectées par le Vih. Des sensibilisations n’ont été en reste. Finalement, 488 personnes ont été gratuitement et volontairement dépistées en deux jours. De même, « une opération baptisé « savons solidaires » a été organisée pour mobiliser les dons en nature pour les remettre à un orphelinat ou une association soutenant les personnes infectées et affectées par le Vih/Sida », dixit Hadja Alima, coordonatrice de New Way. A l’année prochaine !

Frank William BATCHOU

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...