Les dangers de Facebook


Ecrire un billet sur le réseau social  Facebook  parait un peu caduc. Mais comme je suis un fidèle utilisateur, j’ai constaté qu’il a été un phénomène social et garde encore ce statut. Donc, c'est ce qui m'a inspiré à écrire ce texte.

Nous le savons tous, avec Facebook nous retrouvons nos amis d’enfance, nous partageons des photos, vidéos et des idées. Avec ce réseau, on peut s’informer, vendre nos produits, organiser des rassemblements, lancer des mouvements de contestations etc.  Aujourd’hui il est l’un des meilleurs outils de marketing et d’e-réputation.

 

Votre vie privée exposée, un risque

Mais, on ne se limite pas là.  Car ce réseau  nous attire à étaler toute notre vie sur la toile: Identité, cursus, emploi, croyances religieuses, opinions politiques, situation amoureuse,  etc. En résumé, lors de votre inscription, toutes les questions  qui permettent de vous identifier, de vous particulariser dans ce groupe de millions d’individus sont posées. Ainsi, il n’y a plus d’intimité, plus de vie privée. Revenons un peu sur le partage de photos ; nous partageons diverses photos, sans analyser au préalable les effets négatifs que ces photos peuvent occasionner. Il est important de le savoir, aujourd’hui la plupart des recruteurs passent par les réseaux sociaux pour avoir plus d’informations et plus de détails sur la personnalité du candidat. Par conséquent, un simple clic sur le profil et un parcours sur le mur d’un utilisateur permet de mieux cerner sa personnalité. Et aussi un simple clic permet de licencier un employé.

Vos données exploitées par quiconque

A notre avis, ceux qui sont inscrits sur ce réseau doivent faire attention sur certains points :

La possibilité d’utilisation de ce qu’ils ont mis sur leurs pages (commentaires, images,..) par toute personne connectée sur internet et selon ses objectifs. On se rappelle de l’affaire Dominique Strauss-Kahn, avec cette photo d’Adja Diallo, une étudiante sénégalaise dont l'image a été publiée sur le web et sur des chaînes de Tv (Sénégal, France, USA, etc.)  sous le nom de Nafissatou Diallo. Pourquoi tout cela ? C’est parce que simplement elle disposait d’un compte Facebook, et évidemment des photos sur son profil.

Un autre exemple, nous avons assisté au tollé sur les jeunes filles de Grand-Yoff. Une vidéo dans laquelle des jeunes filles se livrer à des actes lesbiens, postée sur Facebook par un mécontent. Elle avait fait le buzz sur la toile. Même si c'était négatif, mais il nous permet de comprendre que Facebook peut-être utiliser pour vilipender.

N’importe qui peut ouvrir un compte et y mettre tout ce qu’il veut. Vous me direz non, car l’âge minimal fixé est de 13 ans. C’est inutile parce que beaucoup de préados mettent l’âge qu’ils veulent pour pouvoir disposer d’un compte. J’en connais deux qui n’ont même pas 12 ans, mais qui ont leurs comptes. L’une, une fille de 11 ans que des adultes envoient des demandes d’ajout. Elle m’a confié ceci un jour :" Le monsieur ne sait pas que moi suis enfant, il me parle de relation amoureuse. Et il m’a même expliqué qu’il vivait en Italie." Donc, là, ça devient un danger pour ces enfants qui y voient des images et commentaires qui dépassent leur maturité d’esprit.

Donc, le réseau social permet  aux esprits tordus de se lancer dans l’usurpation d’identité et le cyber-harcèlement.

D’ailleurs, dans son premier rapport financier, les responsables informent que Facebook a 955 millions d’utilisateurs. Mais les 83 millions sont de faux comptes. Donc, il ne faut pas accepter les applications, car c'est à travers elles que nos comptes sont piratés par les "spammeurs"

 

Qui est la plus belle, qui est le plus beau ? Voir la suite

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...