• A l’attention des candidats à la présidentielle Camerounaise

Celui d'entre vous qui veut mon vote doit être mon ami sur Facebook. A ce propos, le docteur Olivier Bilé et  Paul Biya ont un pas d’avance sur leurs concurrents. En plus de cela, il faut remplir les cinq conditions suivantes.

1-   Être dynamique. Le principal problème actuellement au Cameroun c’est l’immobilisme. Immobilisme dans l’administration publique, immobilisme dans la sphère politique. Ceci rejaillit naturellement sur le niveau de développement économique du pays. Nous sommes toujours si sous-développés. Un bon début serait que les candidats me postent l’adresse de leur site web ou de leur blog sur la page réservé aux commentaires, sur ce blog. Il faut naturellement être sur internet et surtout être mon ami sur Facebook.

2-   Avoir un programme. C’est la base de toute activité politique partout ailleurs, sauf au Cameroun. Je ne veux même pas savoir ce qu’il y aura dedans. Mais un programme signifie qu’on a au moins réfléchit avant de se porter candidat à la magistrature suprême.

3-   Être capable de trouver une solution au chômage des jeunes. Je veux que le futur président de la République du Cameroun soit capable d’envoyer  à la retraite tous ces hauts-fonctionnaires qui cumulent les postes dans la fonction publique. Il faut que le président ait les couilles, le courage d’envoyer les généraux et les colonels à la retraite, de dire aux vieilles mamans qui ne peuvent plus prendre les escaliers au ministère des Finances-là que l’heure de la retraite a enfin sonné.

La route pour déménager vers le palais de l'Unité passe aussi par moi.

 

4-   Être détribalisé. Je veux un président qui se présente sans étiquette tribale. Y en a marre de tous ces cercles de pouvoirs sur la base ethnique. Comme beaucoup de jeunes Camerounais, je ne veux plus de cons ministres qui disent à qui veut l’entendre que le Cameroun appartiendrait à une tribu et pas à une autre. Je veux un président qui ne soit pas tribaliste !

5-   Enfin, je veux un président qui trouve les maris aux femmes. Trop de jeunes filles s’en vont déjà en Europe et ailleurs pour trouver le mariage et peut-être le bonheur. Le président de la République doit être capable de protéger les jeunes camerounaises de la nouvelle traite qui ne concerne pour l’instant que les femmes. Pour être crédible à cette tâche, le futur président doit être beau. Le président doit donc être charismatique. Et vu les candidats, ce n’est pas gagné.

Voilà chers candidats, une petite liste de cinq injonctions à respecter strictement si vous voulez avoir mon vote. Mais si vous n’y répondez pas, je serai obligé de ne pas voter le 09 octobre prochain.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...