Le patron de Twitter, Richard Costolo, qui évoquait la possibilité de supprimer le mot-dièse dans le but de simplifier l’usage du réseau social, pourrait revenir sur sa décision après l'impact médiatique rencontré  par #twitterisbloquedinturkey. Et si le petit signe dièse était plus important qu'il n'y paraît ?

Le hashtag, signal d'alerte quand les libertés sont menacées 


Explicite, original et parfois teinté d'humour,  le mot-dièse porte la part la plus expressive d'un tweet. Et devient même le mot le plus important quand il vise à dénoncer une situation politique où la liberté d'expression est menacée ou bafouée. 


Si Twitter est devenu un vecteur incontournable de sensibilisation à la lutte pour la liberté d'expression, et même un outil de subversion dans des pays où l'internet est soumis à une surveillance permanente, cela tient sans doute aussi à la force du signe dièse à incarner une démocratie qui se conquiert de plus en plus à travers les médias sociaux.

 


Certains mots-dièses sont déjà entrés dans l'histoire : #twitterisbloquedinturkey depuis que le premier ministre turc, Recep Tayyip, a bloqué Twitter jeudi 20 mars,  #DZ2014 en Algérie à l’occasion de la contestation du quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, #occupywallstreet en 2011 aux États-Unis…

On peut presque dire que depuis quelques années, un événement citoyen prend de l'ampleur à partir du moment où il est consacré par un hashtag. 

Le hashtag est peut-être devenue la manière la plus efficace d’attirer l’attention de l’opinion sur un enjeu crucial.

 

En fait, c'est le mot-dièse qui confère un impact large et durable à un tweet : en signant son tweet d'un hashtag, le destinateur assume personnellement devant tous la valeur et la portée de son message. La fonction de recherche facilite ensuite la possibilité à l’ensemble des utilisateurs de retrouver le tweet, pour pouvoir le commenter ou le retweeter. 


C'est en ponctuant son gazouillis d'un mot-dièse que le locuteur engage son post dans la défense d’une cause, et enjoint les autres à prendre intérêt à des événements qui ne concernent pas de près leur quotidien.



Le soir même du jeudi 20 mars, tandis-que le hashtag #twitterisbloquedinturkey a commencé à voler au dessus de toutes les time-lines, la presse internationale relayait la situation inquiétante dont souffrent les internautes turcs. Le caractère dièse signale l’importance de tendre l’oreille pour entendre l’augure.


Le hashtag, porte d'entrée de l'agora numérique 

 

Le mot-dièse affirme ainsi  Twitter comme plate-forme universelle d’échange, et le distingue de tout réseau social dont la logique est celle du groupe fermé d’ « amis » ou de « fans ».

Le média social devient alors un espace démocratique où l’information n’est pas simplement diffusée, mais interprétée, complétée et critiquée - le hashtag étant la porte d'entrée de cette "agora numérique". 

Et c’est justement bien ce phénomène que cherchent à étouffer dans l’œuf tous les pourfendeurs de la démocratie lorsqu’en Turquie, en Égypte ou en Syrie, ils frappent Twitter d’une soudaine censure. 

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Journaliste médias à Intégrales Mag et à Socialter en même temps ; sème aussi des chroniques, notamment à Sud Radio (Le Brunch Médias) ; intervenante au Celsa "nouveaux médias".
Twitter : @ClaraSchmelck
myslowmedia@tumblr.com

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • #Liberté #LibérezTwitterenTurquie ! Bravo pour cet article

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

"Partout où le modèle de l'homme fort et autoritaire triomphe, la…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Pinterest se sépare de son bouton ❤️... Et prépare son entrée en bourse en…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Une émission de radio @RFI (samedi à 8h10 TU) + Un site à…

Atelier des médias via Twitter
Classement mondial de la liberté de la presse 2017 : le grand basculement https://rsf.org/fr/actualites/classement-mondial-de-la-liberte-de-la-presse-2017-le-grand-basculement 
Il y a 5 heures
Plus...