Le "Chocolat du sang"

L'intervention Française en Côte d' Ivoire n'est qu'une tentative d'accaparement par les "puissances occidentales " de la principale richesse du pays , le cacao, affirment plusieurs observateurs .
Le prétexte humanitaire qu'on brandit pour justifier des attaques tient désormais de moins en moins la route puisque un journal à l'expertise reconnue comme "La Tribune" publie un article au titre explicite: Pourquoi les chocolatiers se félicitent de la chute de Gbagbo dont le début mérite qu'on le cite : " S'ils avaient pu voter, tous les grands chocolatiers auraient choisi Ouattara. La chute du clan Gbagbo, qui avait la main-mise sur la principale ressource végétale du pays, est une bénédiction pour la filière cacao qui l'appelait de ses voeux."
Bien sûr , lorsque La Tribune parle de "la filière cacao " il s'agit de la "filière cacao Occidentale", ce qui explique in fine la teneur" critique "de l'article de La Tribune dont les rédacteurs ont du mal à cacher leur joie à l'annonce de la "chute du camp Gbagbo " .
L'article omet bien sûr de signaler les développements de ces deux dernières années dans la filière et en particulier du rapprochement du "camp Gbagbo " avec le BRIC .
Confrontés à un enrichissement croissant de leurs populations , les états de cette organisation ont du se tourner vers l'Afrique , et la Côte d'Ivoire pour le cacao , pour satisfaire les nouvelles habitudes de consommation de ces populations et en particulier vers l'adoption de modes de consommation occidentaux dont le chocolat fait parti . Le cacao n'est pas le seul concerné puisque une autre matière première agricole suit un destin parrallèle , le café .


L'erreur partenariat diversifié?

Les liens entre la Russie et la Côte d'Ivoire se sont considérablement renforcés avec la tenue du Salon du Chocolat à Moscou du 30 novembre au 2 décembre 2007 ou l'ambassadeur de la Côte d'Ivoire Philibert Gnagno Fagnidi a été particulièremment courtisé par les transformateurs et chocolatiers Russes .
Plus tôt dans l'année , Laurent Gbagbo recevait l'ambassadeur de la Fédération de Russie Oleg V.Kovalchuk ainsi qu'une délegation d'industriels Russes du secteur chocolatier dirigée par M. Sergueï Pristupa venus lui présenter un projet particulièremment novateur et dérangeant pour les sociètés occidentales : La construction non seulement d'une usine de transformation des fêves en pâte à chocolat mais aussi d'une usine de transformation en produits semi-finis pour le secteur de la confiserie Russe et de "l'Europe de l'Est et la CEI" d'une capacité de 50 000 tonnes par an .
Des accords avaient été conclus aussi entre le Brésil et la Côte d'Ivoire. Le Centre national de recherche agronomique Ivoirien devant béneficier de l'expertise de l' EMBRAPA - L' INRA Brésilienne - dans la lutte contre les parasitoses touchant les plantations de cacaoyers , de la livraison de matériel agricole tandis que des industriels Brésiliens montraient leur intêret pour la construction d'usines de transformation des fêves en pâte à chocolat . Car c'est là une des caractéristiques des accords conclus entre les états du BRIC et la Côte d'Ivoire : A contrario de la politique coloniale des sociétés Occidentales qui se contentaient jusqu' à un passé récent d'exporter des fêves , les états du BRIC agissant en tant que tels ou travers de proxys comme le Singapourien Olam international Ltd pour la Chine ont d'emblée placé la coopération avec la Côte d'Ivoire sous le signe d'un partenariat industriel , une politique que Laurent Gabgbo avait favorisé ces dernières années et que son adversaire Alassane Ouattara ne cessait de critiquer dans son journal " Le Patriote " comme ce fut le cas lors du projet d'achat d'une usine de broyage de cacao aux Etats-Unis .
Au delà de dénoncer l'intervention colonialiste de la France en Côte d'Ivoire , cette intervention de la pègre armée Française dans la guerre civile Ivoirienne pose une question d'éthique : L'actualité s'est fait écho des "diamants du sang" , l'une des parties à un conflit civil n' ayant pas l'heur de plaire à la " communauté internationale", alors allons nous parler du "chocolat du sang" ?
Le cacao Ivoirien sera desormais frappé de la marque indélébile des massacres commis à Duékoué et ailleurs par la soldatesque proche d'Alassane Ouattara. Des massacres commis avec l'appui logistique de la pègre armée Française et en pleine connaisance de cause de ses chefs politiques et militaires puisqu'il apparaît que "l'offensive éclair" des soudarts de Ouattara s'est faite avec l' "expertise" de conseillers militaires Français .
Il n'est pas exagéré de parler de "chocolat du sang" et d'envisager des actions de boycott contre les sociétés Occidentales qui commercent le cacao en Côte d'Ivoire !



Mars 2011, le mois du déroulerment de "la furie occidentale"!!


Le Ministre de l’agriculture Malick Coulibaly du gouvernement Gbagbo avait indiqué mercredi 9 mars que le gouvernement ivoirien donnait jusqu’au 31 mars aux multinationales exportatrices de café-cacao pour écouler leurs stocks, sous peine de sanctions financières.
« Ils ont des stocks et ont jusqu`à fin mars pour les exporter et payer à l`Etat ce qu'ils lui doivent. Nous attendons qu`ils fassent leur part de travail », a dit le ministre ivoirien de l’agriculture, lors de la conférence de presse qu’il a animée.
Dans une interview accordée au Quotidien Anglais «Financial Time » du lundi 21 mars, Ricardo Leiman, directeur exécutif de la maison de commerce Noble Group à Hong Kong, s’est dit prêt à payer les taxes à l’exportation au Président Laurent Gbagbo pour écouler son stock de cacao.
Ce groupe chinois de Hong Kong se désolidarisait ainsi des traders européens et Américains. Ces derniers, ont affirmé à la suite de cette interview, qu’ils emboîteraient le pas au Noble Group si jusqu’au 31 mars le président Laurent Gbagbo conserve l’effectivité du pouvoir.
Sur cette base, le comptez à rebours venait d'être mis en marche pour le président Laurent Gbagbo.


Sous pression, Barack Obama monte au crénaud


Face à cette menace des grands chocolatiers, le Président des Etats-Unis d’Amérique Barack Obama, qui ne s'était pas encore affiché officiellement a adressé un « message au peuple ivoirien » rendu public samedi 26 mars par la Maison Blanche.
Dans cet enregistrement vidéo de moins de deux minutes, le chef de l’Etat américain estime que « le monde a les yeux braqués sur la Côte d’Ivoire (et que) l’élection, l’an dernier, a été libre et honnête». Obama fait savoir que « Alassane Ouattara est le chef démocratiquement élu de la nation (ivoirienne) » avant de menacer : « Si Laurent Gbagbo s’accroche au pouvoir, (cela) ne mènera qu’à plus de violence, à plus de civils innocents blessés et tués et à un plus grand isolement diplomatique et économique» du pays. S’adressant « directement au peuple de la Côte d’ivoire » il a poursuivi : « vous méritez un avenir fait d’espoir, pas de peur, vous méritez des chefs comme le Président Ouattara ».
Sur cette base, lees dés venaient d'être jetés. Il faut faire partir Laurent Gbagbo par tous les moyens pour rester crédible aux yeux des "grands décideurs" ( les chocolatiers).


Bombardement de la résidence de GBAGBO: "La France a décidé d’en finir"


4 hélicoptères PUMA, ont attaqué la résidence du Président Gbagbo lundi 11 avril, tirant et bombardant, et causant des blessés parmi la foule d’ivoiriens rassemblés devant la Résidence en soutien au Président. Une colonne d’une quinzaine de chars bourrée de forces spéciales de la force Licorne a engagé des combats au sol avec l’armée loyaliste à la résidence du Président Gbagbo. Ce dernier sera capturé par les forces spéciales Françaises et remis aux forces pro-Ouattara.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • A l'analyse calme et responsable de la situation de crise post-électorale en Côte d'Ivoire, heureusement, un postulat clair n'échappe à personne: Il y a eu une élection dans ce pays le 28 novembre 2010; le candidat ,Alassane OUATTARA, soutenue par une coalition de partis politiques (ivoiriens et non français encore moins américains) ayant rassemblée au premier tour de l'élection plus de 60% des voix, l'a remportée. Ces résultats ont été proclamés par la Comission électorale idépendante (CEI) et confirmés par le certificateur de l'ONU qui au passage avait certifié toutes les étapes de ce processus électorale, et avait également certifié les résultats du premier tour accepté par tous.

    Sans vouloir ouvrir une polémique sur cette question, il nous appartient, à chaque fois que nous intervenons sur le dossier ivoirien de le rappeler.

    Les ivoiriens dans leur grande majorité souhaitaient que leurs bulletins de vote soient respectés. La Cedeao, l'Union Africaine, l'UE, les Etats-Unis, les Nations Unies et toute la communauté internationale soutenaient cette alternance démocratique. Qu'ils aident le peuple ivoirien à ce défaire des griffes de M. Gbagbo Laurent par des moyens politiques ou militaires est très louable. 

    Laurent Gbagbo a toujours maintenu les rapports économiques de la Côte d'Ivoire durant les dix dernières années. il n'avait jamais ménacé de les rompre. Au demeurant, à la veille de l'élection présidentielle il concédait un bloc pétrolier à TOTAL pour exploration et exploitation.

     C'est vrai que le cacao reste le premier produit pourvoyeur de recette douanière en Côte d'Ivoire, mais dire que le dénouement de la crise ivoirienne a une odeur de cacao c'est faire montre d'une méconnaissance de la réalité du pays.

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...