Ce matin le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré dans l'émission "Bourdin Direct" que la situation en Iraq était d’extrême gravité et qu'il fallait absolument un gouvernement d'unité nationale entre les chiites et les sunnites pour vaincre le groupe terroriste l'EIIL qui cherche à prendre le pouvoir sur deux états très riches comme l' Iraq et la Syrie. Une alliance de ces deux pays avec un groupe terroriste à la tête aurait des effets collatéraux sur le monde entier. Est -ce que l'éclatement de l' Iraq est inéluctable? Fabius a hésité face à cette question et a démenti cette possibilité; cependant il a ajouté que c'est un danger considérable puisque l' EIIL est encore pire qu' Al - Qaïda. 

  

L'Iraq et la Syrie sous la menace de l'EIIL

 

"Pourquoi c'est d'une gravité extrême?" C'est le ministre qui a posé cette question et c'est  lui - même qui l'a répondue: "C'est la première fois qu' un groupe terroriste, d'une cruauté épouvantable, plus cruelle encore qu' Al - Qaïda. menace de prendre le pouvoir sur un état très riche. Imaginez si un groupe terroriste prend le contrôle d'un état avec le pétrole, les armes et les moyens financiers. Tout cela veut dire que non seulement l'Iraq a éclaté. Son souhait c'est de le réunir avec la Syrie avec les effets collatéraux sur la Turquie et le Liban"

Coupe du monde au style d' EIIL

Ne voulant pas relever du sensationnalisme, le ministre a fait référence aux vidéos djihadistes diffusées sur Internet: "Leur méthode est de jouer au football avec les tètes des gens qu'ils viennent d'assassiner" 

Le ministre a raison. En cherchant de terrifier les résistants, les terroristes de l' EIIL ont diffusé une vidéo où ils veulent montrer à quel point ils peuvent arriver si l'Occident continue à s'engager dans cette guerre.  À propos de la Coupe du Monde du Brésil 2014, ils ont remplacé le ballon par la tête d'un condamné à mort. 

Fabius et la fausse route du premier ministre irakien Nouri al - Maliki 

Cependant qui est le responsable de cet échec, de la percée des djihadistes après l'arrivée de l'armée américaine en 2003? Fabius a aussi souligné que le premier ministre chiite, Nouri al -Maliki, a mal fait de ne pas avoir essayé de s'allier avec les sunnites pour batir un bouclier commun contre les terroristes de l'EIIL: "Il n'a jamais voulu s'allier aux sunnites. D'autant plus que d'une manière inopportune Maliki a poursuivi les sunnites"

Par conséquent les sunnites ont accueilli les terroristes pour qu'ils fassent un contrepoids par rapport à un gouvernement chiite qui les a toujours exclus. Est-ce que Maliki n' a jamais entendu parler de la fameuse citation du cynique Joseph Fouché?: "Cela est pire qu'un crime. Cela a été une faute"

Comme ministre des Affaires étrangères, Fabius a déclaré que "nous, la France, demandons qu'il faut en Iraq "un gouvernement d'union nationale pour résister"

Pour battre l'EIIL Fabius nie une alliance objective entre les États - Unis et l’Iran

En essayant d'aller jusqu'au bout le journaliste Jean -Jacques Bourdin a demandé s'il fallait une alliance entre les États - Unis et l’Iran, un pays du gouvernement chiite comme l’Irak pour coincer le groupe terroriste. Est - ce qu'il y aurait une alliance objective entre les deux?

Face à un scénario inattendu d'une alliance entre deux pays en rivalité permanente, le ministre français a rétorqué que "c'est vrai que l’Iran soutient le gouvernement de l’Irak. L'Iran est chiite, monsieur Maliki est chiite.  Les Américains et l’Iran sont également contre l'EIIL. Il y a une espèce de convergence mais ça ne veut pas dire que les uns et les autres vont s'allier" 

Est - ce que les Occidentaux doivent intervenir en Iraq?

Fabius a été attentif à l'égard d'une possible intervention des États - Unis et l'Europe pour aider le gouvernement du premier ministre Maliki. 

En se démarquant de la position américaine, il a assuré que "En ce qui nous concerne, nous avons un principe. Nous ne pouvons intervenir que s' il y a une demande à la fois du gouvernement et une approbation des Nations - Unies. C'est une règle. Ce n'est pas le cas aujourd’hui".  Pourtant il a ajouté que "ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas agir"

Le rôle de la France pour empêcher la montée de l'EIIL

Au même temps le ministre a voulu faire preuve que la France ne se trouve pas dans un laxisme face à ce qui se passe en Irak. "Agir c'est d'une part condamner. Nous disons au Saoudiens qui sont sunnites qu'ils essaient de faire leur possible pour que les sunnites modérés ne fassent pas un bloc avec l'EIIL"

De plus, il a assuré avoir téléphoné au président kurde de la zone autonome d'Irak en lui demandant de travailler pour l'unité du pays. 

Bernard Cazeneuve et le plan pour combattre les djihadistes européens 

C'est tout ce que la France peut faire pour lutter contre ce danger? Le gouvernement socialiste a décidé aussi de renforcer la lutte et la prévention contre l'arrivée de djihadistes. Ainsi, selon les propos de Fabius, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, présenterait un plan préventif à l' Assemblée Nationale. De quoi s'agiterait-il?

D'après le texte ce serait possible d'arrêter, interpeller, interroger quiconque étant soupçonné de vouloir aller en Syrie pour s'engager dans des actes terroristes avant qu'il parte.

Face à la question de souhaiter une intervention internationale en Iraq, le ministre n' a pas osé de répondre à titre personnel en soulignant qu'une intervention ne serait efficace que si elle n'est pas relayée par un Irak uni. 

Fabius annonce que l'EIIL est l'alibi de la Syrie

Même si le ministre des Affaires étrangères a décidé durant l'interview de ne pas chercher des coupables dans le camp des alliés, le syrien Bachar el- Assad n' pas pu s'échapper. Est - ce que la Syrie pourrait devenir un allié des États - Unis dans le cas où l’Iran refuserait de ne pas intervenir pour délivrer l’Irak de l'attaque de radicaux djihadistes?

Le ministre Laurent Fabius avait mis en doute un pacte entre les États - Unis et le gouvernement d'Hassan Rohani mais il est persuadé que le dictateur syrien, Bachar el-Assad, tire profit du groupe terroriste l'EIIL pour ne pas perdre le contrôle de son pays. Dans un rôle machiavélique, le leader syrien aurait facilité la présence de ce groupe terroriste sur son territoire pour convaincre l'Occident qu'il était le moindre mal et qu'il fallait pour autant le soutenir.

Invasion d'Irak

En 2001, le 11 septembre, en Amérique, à New-York, la tour Nord fut mortellement blessée par un avion. Quelques minutes après sa soeur jumelle, la tour Sud fut poignardée de la même façon. On les vit s'écrouler. Rien ne naquit de leurs lambeaux. 

En 2003 en Orient une dictature s'est effondrée suite à l'entrée de l'armée américaine qui chercha sa chute à tout prix. Quatorze ans plus tard une autre dictature, la Syrienne, est sur le point d' être renversée. Mais ces deux dictatures ne disparaîtront pas tel que les tours jumelles le firent. L' Iraq et la Syrie pourraient se métamorphoser dans un seul État Islamique qui sera muni d' armes chimiques et de pétrole.

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier