La vraie vie des journalistes [vidéos]

Un collectif de journalistes pigistes, des réalisateurs et de graphistes (Les Incorrigibles) vient de réaliser une série de clips vidéo montrant la "la vraie vie" d'une journaliste pigiste, d'une chef de rubrique et d'un photographe.

C'est de la fiction, mais peut-être pas si éloigné de la réalité. Bienvenue dans le quotidien des journalistes entre précarité, délais impossibles, pression marketing et enjeux politiques.

Cette campagne a été concoctée par les Incorrigibles dans le cadre du Rassemblement des associations de journalistes (RAJ), qui prépare des propositions pour mieux garantir l’indépendance et la qualité de la l’information produite au sein des organes de presse.

Comment réagissez-vous face à cette vision du monde des journalistes? Vous pouvez laisser vos réactions dans les commentaires de ce billet.

La journaliste pigiste
Le photographe
La chef de rubrique
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Vous avez dit journaliste pigiste? Il y en a très peu en République Démocratique du Congo, mon pays. Les quelques uns que je connais sont des correspondants des médias occidentaux: AFP, Reuters, BBC....Les médias locaux ne recourrent presque jamais aux pigistes à l'exception de Radio Okapi, la radio onusienne qui du reste les paie gracieusement. Leur rémunération est calculée par jour presté. Tenez, un pigiste d'okapi qui travaille 12 jours le mois (ca peut aller jusqu'à 19 jours autorisés) a le même salaire qu'un Professeur ordinaire (le grade le plus élevé) de l'université au Congo. Les médias locaux travaillent dans une telle précarité qu'ils ne font presque jamais appel aux pigistes, les journalistes embauchés dans ces rédactions,sans contrat écrit, ont généralement un salaire qui oscille entre 30 et 50 euros. Dans ces conditions, ils sont obligés de se faire payer sur la bête.Cela avec la bénédiction de la Rédaction en chef. Des commissions sont même proposés aux journalistes qui ramènent beaucoup des reportages payés. Chez nous ca s'appelle "Coupage", un phénomène qui a fait l'objet d'une thèse de doctorat à l'IFASIC (la plus ancienne école de journalisme et de communication du pays) en 2005. Et Hoooopplahhh!!!! Adieu l'indépendance du journaliste. Il parait que l'indépendance ne se bouffe. Vous imaginez les conséquences sur la qualité éditoriale.
  • Pourquoi journaliste pigiste? pourquoi ne parle t on pas de la vraie vie d'un journaliste de terrain tout court. Le statut de pigiste n'influe en rien sur l'indépendance du journaliste. L'indépendance c'est une question de conscience et non de statut...on peut etre mal payé et faire pourtant correctement son travail.
  • Le son me semble trés bas. En tout cas pour la vidéo mettant en scène la chef de rubrique.
  • Excellente idée! Vive le viral utilisé à bon escient, avec un vrai message. Sur la forme, je préfère les n°2 et 3 : très bien vu et tellement vrai. Le n°1 sur la pigiste est moins convaincant, trop posé je trouve, par rapport à la furia de ce statut de galérien, à vivre au quotidien (je sais de quoi je parle).
    Une idée qui mériterait une série étoffée, et devrait être visionnée dans toutes les écoles de journalisme. Et même dans les rédactions...
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...