La réalité en face : entretien avec Manoocher Deghati

Manoocher Deghati est photographe professionnel depuis près de 40 ans. Il a pris ses premiers clichés en Iran, à la veille de la révolution. Il a ensuite quitté son pays natal en 1985. Depuis il n’a cessé de parcourir le monde s’installant tour à tour en France, en Amérique, en Afrique ou au Proche Orient. Cette année, Visa Pour l’Image a choisi d’exposer une quarantaine de clichés qu’il a produits pendant sa carrière. Retour sur le parcours atypique et international de ce photographe humaniste.

Nous sommes cette semaine à Visa pour l’image. C’est une tradition pour nous de commencer notre saison à Perpignan en assistant à cette rencontre internationale du photojournalisme. Chaque année, nous parcourons les expositions, nous assistons chaque soir aussi aux projections qui reviennent sur l’actualité des douze derniers mois et qui proposent également des porte-folio aux sujets aussi divers que la révolution burkinabé, les joueurs de rugby ou les mines de Sibérie.

Plus le temps passe et plus notre respect pour le travail des photojournalistes se renforce. il n’y a rien d’aisé dans ce métier. Le voyage est un inconfort pour ceux qui le pratiquent en permanence. Le témoignage est une intrusion, qu’il faut sans cesse renouveler. La narration est une mise en danger ; on s’expose à la critique, à la déception, à chaque fois que l’on appuie sur le déclencheur. Je ne sais pas si cette vision correspond au vécu des centaines de photographes professionnels qui se retrouvent ici tous les ans. Nous avons choisi aujourd’hui de donner la parole à l’un d’entre eux. C’est un des doyens du festival. Il est exposé pour l’ensemble de son travail au Couvent des Minimes. Les rétrospectives sont rares à Visa pour l’image. Aujourd’hui donc retour sur 40 ans de carrière avec le photographe franco-iranien Manoocher Deghati.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • « Voile de Maya…. Voile des illusions »

    Source R.F.I…  « Mamane » (14 -09 -2015)

    Matrix à la femme en robe rouge, dans mon cas tout personnel « Brune –BB », comment se défaire Rosset mais Bayard (Philosophie magazine N°91, Juil. /Août 2015) de ce qui nous est vrai mais que sciemment ou latent, on oblitère ?

    Oblitéré que le professeur « Gentilini » de la Fondation Chirac pour la lutte contre les faux médicaments dénonce,  appuyant que les faussaires responsables comme ceux qui complices leur permettent d’écouler leurs « marchandises », sont des doubles criminels (mettant en jeu la vie de personnes dont des enfants, et les choisissant aveugles et indifférents d’abord parmi les plus pauvres sans défense), ce que ce médecin émérite (donc retraité mais toujours sur la réserve…)de la l’Hôpital La Salpêtrière en France, dit à juste titre insupportable et honteux : ce que je corrobore.

    Cela quand on considère lucide et « à cœur ouvert » (« For Ever Young » pour les cinéphiles) l’imbroglio OMC/OMS qui tous deux à l’échelle internationale ne sont avant tout que de politique sans « HERMÈS » à contrefaire le mieux de la communauté internationale par de « l’inviolabilité » du « souverain » posant son ina-*-ptitude à oser :

    Les regards de ses frères et sœurs en Nations  < Fra - Ter – Nelles>.

    Le pic étant ce Corée entre Pyongyang Yang et Séoul, où d’un côté l’on accepte la science et son zéro absolu (-273 C° si mes souvenirs sont exacts) supra conducteur et ce « Best of the best », film américain sur le Taekwondo, « humorisant » le bon mot du « Pivot de la Joie » quasi freudien en plus du Lhermitte, et idéal type au sens Wébérien du concept d’universelle constante et qui cristallise à mes yeux ce Nietzsche entre griffon et exocet d’au-delà :

    Pour dire à « chimère » qu’il ne tient qu’à nous de faire en cœur mentir Heidegger sur la « conduction » de la science, et non son risque d’électrocution permanent tout aussi vrai par ailleurs.

    Locutions que je ramène à ce fameux « Pivot » qui n’a pas à n’être que « phallique » (la Loi perçant, à différencier de la persane…Montesquieu) et sans « Yin » pour rappeler « TORSEUR » à degrés de liberté, qu’il faut pour qu’il y ait « Pivot », quelque chose à faire tourner autour de celui-ci et comme l’apostrophait Bergson, c’est à toutes les Nations et les citoyennes et citoyens de celle-ci de définir « commun » si c’est « polaire » de sexe ou plutôt d’intelligence que l’on veut (Wirl) « hélice-r » le sens du soin.

    Soin du médecin itinérant qu’est d’être porteur de bonne nouvelle, … « Voyageur… », en lettres qu’écrivit une fois l’homme politique Alain Juppé et faire de ce monde autre chose qu’une suite d’incohérences et de paradoxes prêts par effet de miroir en voile, à nier le « BON SENS » pourtant reconnu par tous, ou presque, des cellules comme de leurs atomes « mol» (rugby) et molécules.

    Antinomies de frontières topiques se jouant dans les interstices du crime comme du secret…. L’agent étranger à la vie même, qui est pourtant elle ductile, recherche et aspiration au mobile, mon « parti » l’ayant surnommé un temps « mouvement » et y dire VIVANT !

    Mais il se peut bien sûr, rien n’étant à exclure entre maître « Yoda » et E.T.  (Spielberg – Lucas) que  je ne sois là qu’à coté et décalé d’un autre Hippocrate (« Jacques Chirac Mémoires : Chaque pas doit être un but » tome 1) :

    Qu’à ma sauce j’hallucine, les fins et les moyens étant plus souvent dans la discorde que le « Concorde » !

     

    • Bonjour monsieur Christian! Merci pour votre contribution sur le billet de Ziad: c'est bien de commenter souvent les apports des uns et des autres mais c'est encore mieux d'y apporter beaucoup de cohérence pour nous aider tous à mieux tout comprendre! J'ai feuilleté vos observations ce matin et je vous assure qu'il m' a été très très difficile de saisir le contenu de vos pensées; le côté aberrant de vos propos vient du fait qu'on n'y trouve aucun rapport ou lien direct avec le billet que vous commentez ici. C'est sûr que vous voulez nous faire piger un message, mais vous aviez malheureusement raté l'endroit propice pour le faire. Ce pourquoi je vous invite vivement au cas où vous auriez des difficultés dans la maîtrise de cette plateforme, de bien vouloir approcher des éléments qualifiés de l'équipe directionnelle de l'Atelier des Médias (Ziad, etc) pour vous épauler dans ce sens. Autrement, vous ne faites pas du bien en mélangeant ainsi vos pédales sur ce portail!  Somme toute, il n'y a aucun plaisir à lire des choses bizarres ou insensées du genre de ce que vous aviez ici publié: je demande juste un peu de sérieux!

      Toutes mes excuses, pour mon point de vue un peu dur; mais, c'est de bon cœur que je vous écris ceci! D'ores et déjà, aidez-nous à pouvoir tirer le meilleur profit de vos bons écrits et riches pensées et évitez-nous prochainement du n'importe quoi de ce genre!

  • Merci Ziad pour ce clin d’œil sur ce doyen du photojournalisme. Un billet sur lui aiderait à mieux le connaître (en fait ma connexion ne m'a pas permis d'avoir accès aux observations le concernant, que vous aviez prévues sur ce billet) . Je voudrais juste avoir quelques éclairages sur ceci: comment définit-on le photojournalisme? Et évidemment qui peut le devenir et comment y accède-t-on ? Qu'est-ce qu'il y a d'original, d'instructif ou formateur, de bénéfices à récolter, en participant à ce rendez-vous du photojournalisme à Perpignan? Merci

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Une appli audio pour découvrir les identités multiples de la capitale…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Tuto Comment créer un bot Twitter simplement via Numerama ⍔…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Turquie 🇹🇷️ Un parquet d’Istanbul a émis jeudi 10 août des mandats…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Facebook intègre bientôt des messages d'élus dans le feed de ses…

Plus...