Écoutez médias du Monde (12 min. et 28 sec.)


Médias du Monde part aujourd'hui en pleine jungle, dans une zone près de la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie, côté birman. Ce territoire résiste aux soldats de l’armée birmane. Il est contrôlé par l’Armée du Sud de l’Etat Shan, une armée rebelle qui lutte contre la junte birmane. La minorité des Shans est l’une des plus importantes minorités ethniques de Birmanie et elle est particulièrement persécutée par le pouvoir central.

Installée sur la crête d’une montagne, la Radio libre des Shans, contrôlée par la branche
politique de la rébellion, émet trois heures par jour dans une partie du territoire birman.

Nina Martin a pu rencontrer l’équipe de cette radio qui travaille dans des conditions très difficiles.


(crédit image)

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Je ne vous apprendrais rien Mr ZARGANAR, que le mensonge, le dénigrement, la répression, le "baillonnement" des organes de presse sont les outils favoris dont se servent sans restriction les régimes totalitaires pour se maintenir en place, pour leurrer l'opinion internationale et continuer à accomplir leurs s... besognes. Les technologies de communications actuelles permettent Dieu merci à tous de s'exprimer librement, de dire tout simplement ce qu'ils pensent, dans le respect de l'éthique bien sur, sinon ils tomberaient dans le propre jeu de ceux qu'il désignent. Pour cela, la toile est un merveilleux outils de communication. Désormais, on ne peut plus rien cacher des actes de barbarie commis sur des hommes et des femmes qui ne demandent qu'à vivre libres dans leurs propre pays. Est-ce trop demander ? C'est vrai qu'il y aura toujours des citoyens qui se grilleront pour que les autres vivent, l'exemple de Ko Thura "Coluche Birman" n'est pas universel. D'autres sont morts ou perdu leurs liberté pour avoir fait moins que ça. La bougie ne brule-t-elle pas pour nous éclairer ? Mais soyons tous des bougies ! Plus de bougies = plus de lumière.
  • 2193 Birmans n'iront pas voter. Ceux-là sont des prisonniers politiques, et ils passeront leur journée derrière les barreaux.
    Leurs visages sont mis en ligne par une association d'anciens prisonniers, démentant ainsi l'ambassadeur du Myanmar qui déclarait récemment à l'ONU « que personne n'est détenu uniquement pour ses convictions politiques ».
    On trouvera pourtant, en première page, la photo de Mme Aung San Suu Kyi, l'icône du combat pour les libertés politiques.
    Et aussi celle de Ko Thura, « le Coluche birman », plus connu sous son nom de scène, Zarganar : osant dire haut ce que tout un peuple critique tout bas, le meilleur humoriste et comédien du pays est le symbole, pour tous les Birmans, des libertés civiles perdues. A 48 ans, il a été condamné au silence à vie : 35 ans de prison.
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...