Adolfo Suárez, l'homme qui réussit à sortir l'Espagne de l'isolement en Europe en 1977, est décédé. Les funérailles furent pompeuses. Lui ayant lutté pour conserver la monarchie et créer un système des partis, ne put pas voir la fin de sa création. Lors de ses derniers jours il était atteint d’Alzheimer: le cynisme des maladies.

La dernière pièce franquiste sur l’échiquier que l'on connait comme Transition Démocratique fut prise. Ayant le cavalier disparu il nous reste que le Roi, la Reine et les autres pions. Les indignés réclament l'arrivée de la Troisième République, d'autant plus que le roi n'a plus son cavalier qui puisse défendre son régime.

La mort de Suárez durant la pire crise en Espagne

Cet homme-ci détesté par l’extrême droite ne voulant pas perdre ses privilèges, est décédé le dimanche 23 mars après midi dans la Clínica Cemtro de Madrid. Son fils avait prévenu deux jours auparavant que la mort était proche. Suárez meurt au milieu de la pire crise économique qui secoue le pays, plus dure que celle qui força son premier président du gouvernement  à démissionner en 1981.

Cependant Mariano Rajoy, l'homme qui tient son poste maintenant, n'a pas le courage ou la naïveté de Suárez. L'impopularité incontournable des deux partis principaux, PP et PSOE, ayant autrefois fait disparaître le parti de l'ancien premier ministre, monte de plus en plus.

Lorsque Adolfo était encore jeune, avant que la maladie n'en possédât son corps, il créa deux partis: l'UCD et CDS. Un échec cuisant dans lequel il eut l'espérance de demeurer dans la mémoire. Tous les deux se volatilisèrent dans l'oubli depuis 1991.

Ce fut l'impopulaire roi Juan Carlos le responsable de l'arrivée de Suárez au pouvoir en 1976. Dans quel but? Son protecteur, le dictateur Franco, venait de mourir comme tous l'attendaient. Pour autant il avait besoin de quelqu'un de plus talentueux pour faire sortir l'Espagne de l'isolement, quelqu'un de crédible, quelqu'un qui pût stopper un coup d’État.

Arias Navarro et sa fidélité à Franco

En tout cas, en 1976 il n'avait pas de choix. D'où est- ce que le Roi pouvait trouver un collaborateur plus fidèle à Franco que le sortant premier ministre Carlos Arias Navarro, appelé « le boucher de Málaga »?

À propos du déchu Arias Navarro, à quoi servait-il d'être fidèle à un cadavre? Il fut renvoyé par le roi parce qu'il manquait de courage, il était si lâche pour rompre sa parole et se défaire du testament du général Francisco Franco.

Arias trouva que sa carrière politique était enterrée dans un cercueil moins élégant que celui de Franco. Il essayera de se débrouiller sans l'aide du Roi et tentera de postuler comme député en 1982 sans aucun succès. Sur 41 sièges au Sénat, le roi ne lui rien attribua. Sa fidélité à Franco lui coûta cher. 

Au revoir Arias, bonjour Suárez

Arias n'eut point l'intention de démanteler les échafaudages de la dictature. Juan Carlos le renvoya tout de suite. Qui pouvait être cet homme capable d'appeler aux gens à voter pour la première fois depuis 1936? Qui oserait convaincre l'Assemblée Nationale franquiste? Parmi toute l'équipe d'Arias Navarro, le roi Juan Carlos nommera un homme plus inconnu aux yeux des espagnols que le général Francisco Franco avant le coup d’état de 1936, et même plus inconnu que l'Adolf allemand avant le putsch de 1923 à Munich.

Son poste de Secrétaire général de la Falange dans le cabinet ministériel d'Arias semblait éclipsé à côté de la personnalité beauf de Manuel Fraga, ministre franquiste très médiatisé. L'inconnu Adolfo était un homme qui ne se même battit pas dans la guerre civile espagnole (1936-1939). Il n'y a pas avait de cicatrices dans son cœur plein d'ambition. Il n'était pas sorti d'une boucherie comme Arias Navarro.

Chez lui il ne se cachait aucune tentative de donner un coup d’État dans une brasserie comme l'Adolf allemand. Il semble que les tueurs en Espagne ou en Allemagne sortent des boucheries ou des brasseries.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...