ALSACE-LORRAINE Infos® MD
L'AUTRE SITE D'INFOS ET REVUE DE PRESSE EN ALSACE-LORRAINE

LES ARCHIVES D'ALSACE - LORRAINE-Infos
Bienvenue
Willkommen
Bienvenito
Welcome
Hoşgeldin
Chào mừng
ようこそ
Välkommen
Добро пожаловать
Welkom
Le nouveau site d'Informations de Lorraine
LORRAINE-Infos un site créé par Pascal Himmelsbach, Web-Journaliste libre et indépendant,
(Merci GOOGLE MAKE IT POSSIBLE TOO) 
et surtout amoureux de sa Terre natale: la Lorraine
LORRAINE-Infos ® MD  DEVIENT ALSACE-LORRAINE infos ® MD

https://sites.google.com/site/thisisthereggaeshop/home/NEW%20Logo%20FRANCE%20ALSACE%20LORRAINE%20iNFOS%20005%2022042015%2021h32.jpg


Vous êtes une association, un club, une commune, vous organisez un événément, vous souhaitez le faire savoir ?
Contactez la rédaction de Alsace-Lorraine-Infos ® MD :
Merci de laisser un message avec vos coordonnées et votre N° de téléphone sur le répondeur, nous vous rappellerons dès que possible !!!!

Contact Alsace-Lorraine News ® MD :
Let us a message and be sure we will call you back so soon as possible ! Thank You !!!!

Kontakt Elsass-Lothringen News ® MD :
Bitte hinterlassen Sie eine Nachricht und Ihre Telefonnummer sowie der Grund Ihres Anrufes auf unserem Anrufbeantworter , 
wir werden Sie so schnell wie möglich zurückrufen !!!!

+ 33 09 50 73 56 73
+ 33 06 33 77 50 62
LE SITE LORRAINE-Infos ® MD :

REVUE DE PRESSE ET DES MEDIAS
des sites créés par Pascal Himmelsbach,  Journaliste LIBRE ET INDEPENDANT...

Dernière mise à jour: Mercredi 24  Juin 2015 à 11h25

ALERTE INFOS

LA FRANCE SUR ECOUTES DES USA

Chirac, Sarkozy et Hollande ont été espionnés 

par la NSA américaine, révèle WikiLeaks !

 Mercredi 24 juin 2015 par Pascal HIMMELSBACH, Journaliste libre et indépendant.
Dernière mise à jour: 24.06.2015 à 11h25

Ce que révèlent les documents WikiLeaks

23 JUIN 2015 |  PAR LÉNAÏG BREDOUX ET ELLEN SALVI ET JULIAN ASSANGE (WIKILEAKS)

François Hollande et Jean-Marc Ayrault discutent de la Grèce ; Nicolas Sarkozy espère sauver le monde de la crise financière ; Jacques Chirac donne des ordres précis à son ministre des affaires étrangères. Mediapart publie les extraits et traductions des principaux documents.


Cet article est en accès libre.

François Hollande, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac. Pendant près de dix ans, les États-Unis ont écouté les présidents français. C’est ce que montrent les notes de synthèse de la NSA (National Security Agency) auxquelles Mediapart a eu accès en collaboration avec l’ONG WikiLeaks.

Toutes sont classées « top secret » (TS) et « SI » pour « special intelligence ». Sur les cinq documents que nous publions, quatre sont marqués d’un « G » réservé au « matériel hautement sensible ». Plusieurs portent également l’indication « NF » stipulant qu’ils ne doivent en aucun cas être communiqués à des pays étrangers. La plupart sont signées « unconventional » (non conventionnel), ce qui signifie qu’elles sont le produit de piratage des réseaux.  

  • François Hollande, 22 mai 2012 : à peine arrivé, déjà écouté
NSA, 22 mai 2012
« Hollande a trouvé la chancelière obnubilée par le “Pacte budgétaire” et surtout par la Grèce qu’elle a laissée tomber. »
  • François Hollande, 22 mai 2012 : à peine arrivé, déjà écouté

La première de ces notes date du 22 mai 2012. Intitulée « Le président français accepte des consultations secrètes sur la zone euro, rencontre avec l’opposition allemande », elle relate une conversation entre François Hollande et son premier ministre Jean-Marc Ayrault à propos de la crise de la zone euro et de la Grèce, le 18 mai 2012. Soit trois jours seulement après son investiture officielle comme président de la République.

À l’époque, le cas grec fait déjà l’objet de vives négociations avec l’Union européenne. L’hypothèse d’un “Grexit”, une sortie du pays de la zone euro, est évoquée, à quelques semaines d’élections législatives en Grèce où les partis hostiles aux plans d’austérité ont (déjà) le vent en poupe.

François Hollande et Jean-Marc Ayrault discutent de l’organisation, à Paris, d’une réunion « secrète » avec les responsables du parti social-démocrate allemand, le SPD. Après sa rencontre avec Angela Merkel, le jour de son investiture le 15 mai 2012,« Hollande s’est plaint que rien de substantiel n’ait abouti : c’était simplement pour le show. Hollande a trouvé la chancelière obnubilée par le “Pacte budgétaire” et surtout par la Grèce qu’elle a laissée tomber, selon lui, et n’en bougera plus. Résultat : Hollande est très inquiet pour la Grèce », écrit également la NSA.

Une réunion a eu lieu le 13 juin à Paris, à l’invitation de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, avec les trois responsables du SPD : Sigmar Gabriel, Frank-Walter Steinmeier et Peer Steinbrück.

Interrogé, l'Élysée n'a pas à ce stade souhaité commenter ces informations. L'entourage du président de la République, sans avoir la trace de cette conversation, estime qu’elle est « tout à fait crédible ». Jean-Marc Ayrault n'a pas souhaité réagir.

------- Document --------

- Traduction -

« Le président français accepte des consultations secrètes sur la zone euro, rencontre avec l’opposition allemande »

« Le président français François Hollande a accepté de tenir des réunions secrètes à Paris pour discuter de la crise de la zone euro, particulièrement des conséquences d’une sortie de la Grèce de la zone euro. Le 18 mai, Hollande a donné l’ordre au premier ministre Jean-Marc Ayrault d’organiser une rencontre dans le bureau du président de la République (l’Élysée) pour la semaine suivante. Hollande, Ayrault et les “ministres concernés” y assisteront et insisteront spécialement sur les effets pour l’économie française en général, et pour les banques françaises en particulier. Hollande a souligné que la réunion sera secrète. (COMMENTAIRE : le président français s’inquiète que ne fuite le fait que Paris prenne au sérieux l’hypothèse d’une sortie de la Grèce de la zone euro, ce qui aggraverait la crise.) Par ailleurs, des réunions secrètes vont avoir lieu à Paris entre des responsables français et des membres du parti social-démocrate allemand (SPD). Hollande a assuré au premier ministre que le fait de tenir la réunion à l’Élysée était « faisable », bien qu’Ayrault ait averti le président de la nécessité de garder l’événement secret pour éviter des problèmes diplomatiques. (COMMENTAIRE : Par « problèmes diplomatiques », Ayrault fait référence à ce qui pourrait arriver si la chancelière allemande Angela Merkel apprend que Hollande rencontre l’opposition allemande à son insu.) Un rapport précédent révèle qu’après les discussions de la semaine dernière à Berlin avec Merkel, Hollande s’est plaint que rien de substantiel n’ait abouti : c’était simplement pour le show. Hollande a trouvé la chancelière obnubilée par le “Pacte budgétaire” et surtout par la Grèce qu’elle a laissée tomber, selon lui et n’en bougera plus. Résultat : Hollande est très inquiet pour la Grèce et pour le peuple grec qui pourrait réagir en votant pour un parti extrémiste. Après avoir rencontré Merkel, le président français a contacté le président du SPD Sigmar Gabriel et l’a invité à Paris pour qu’ils puissent discuter. »

  • Nicolas Sarkozy, 30 octobre 2008 : un président tout-puissant

Trois notes remontent au quinquennat de Nicolas Sarkozy (2007-2012). La première a été envoyée le 30 octobre 2008, sans que l’on sache, à ce stade, si elle résulte d’écoutes, d’interceptions ou de conversations avec des sources américaines. La NSA décrit un chef de l’État tout-puissant, persuadé d’être le seul à même de combattre la crise financière, dont il tient le gouvernement américain responsable. « Mais il croit que Washington tient désormais compte de certains de ses conseils », indique le document.« Selon lui, c’est la première fois que les États-Unis n’ont pas agi en leaders dans la gestion d’une crise mondiale et la France va maintenant prendre la main », écrit encore la NSA.

----------- Document ---------

- Traduction -

« Sarkozy se voit comme le seul à pouvoir résoudre la crise financière mondiale »

« Le président français Nicolas Sarkozy considère qu’il est de sa responsabilité envers l’Europe et le monde de monter au créneau pour résoudre la crise financière mondiale. Il déclare en outre qu’il est le seul, compte tenu de la présidence française de l’UE, à pouvoir aujourd’hui se jeter dans la mêlée. Le président accuse le gouvernement américain d’avoir causé, par ses erreurs, beaucoup des problèmes économiques actuels, mais il croit que Washington tient désormais compte de certains de ses conseils. Selon lui, c’est la première fois que les États-Unis n’ont pas agi en leaders dans la gestion d’une crise mondiale et la France va maintenant prendre la main. Sarkozy était bien décidé à ce que le sommet du G20 de mi-novembre, qu’il a proposé, apporte un changement majeur au système financier international. Enfin, le président français était satisfait des quelques progrès au sein de l’Union européenne pour résoudre la crise et par son excellente relation de travail avec les premiers ministres britannique et espagnol. »

---------------------------

  • Nicolas Sarkozy, 24 mars 2010 : l’espionnage et Pernod Ricard

Le 24 mars 2010, la NSA transmet le compte-rendu d’une conversation entre l’ambassadeur de France à Washington, Pierre Vimont, et le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, Jean-David Levitte. L’objet : les thèmes que le président français veut aborder lors de son entretien prévu le 31 mars avec Barack Obama.

L’échange prouve que Paris est parfaitement conscient de l’espionnage américain.« Vimont a fait savoir que le président français exprimerait sa frustration du recul de Washington sur l’accord de coopération bilatéral sur le renseignement et que Sarkozy a l’intention de continuer à insister pour le conclure. Tel que Vimont et Levitte le comprennent, le principal point de friction est que les États-Unis souhaitent continuer à espionner la France », précise la note.

Washington est également prévenu de l’attention toute particulière portée par Nicolas Sarkozy à Pernod Ricard… « Levitte n’avait pas prévu de mettre à l’agenda le conflit autour de l’étiquetage de Pernod Ricard (le deuxième plus grand groupe de spiritueux au monde), mais Sarkozy venait juste de discuter avec le PDG du groupe qui a demandé au président d’intervenir en sa faveur. (COMMENTAIRE : on dit que Patrick Ricard, le président du directoire de Pernod Ricard, est l’un des riches bienfaiteurs de Sarkozy.) », indiquent les services de renseignement américains.

Contacté par Mediapart, Jean-David Levitte ne s'est pas déclaré « surpris »« Quand j’ai été ambassadeur à l’Onu, puis à Washington, puis dans mes fonctions à l’Élysée, aussi bien auprès de Jacques Chirac que de Nicolas Sarkozy, je suis toujours parti du principe que j’étais écouté. Cela va avec la fonction… Une fois qu’on a intégré cela, on adapte ses pratiques. »

---------- Document ---------

- Traduction -

« Les points sensibles mis à l'agenda de la rencontre des présidents français et américain la semaine prochaine à Washington »

« Le président français...

Lire la suite

http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/la-france-sur-ecoute-de-son-allie-les-etats-unis-suite

__________________________________________

La Une du 23 juin 2015

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...