La France me perturbe en Australie!

Par Eric Mwamba

Ce matin, j’étais à Nihgtcliff Primary School, à Darwin, la capitale du Territoire du Nord de l’Australie. Une très belle fête y était organisée pour célébrer la diversité des Australiens dont la population est composée des ressortissants d’environs 200 pays différents. Après le petit déjeuner offert par l’école, je me suis retrouvé dans une classe de 20 élèves dont 18 blancs et 2 africains âgés de 10 ans, où j’ai eu l’honneur, en tant que visiteur, de nouer cravates et nœuds papillons au coup des élèves devant leur enseignant. Puis s’était le rassemblement dans un hall pour la fête. Devant un public aux sourires interminables, les élèves (photo) très applaudis, ont chanté « We are all the Australians » et salué le public en Français, Anglais, Chinois, Japonais, Allemand, Vietnamien … pour montrer à quel point ce pays qui garantit à sa population un niveau de vie très élévé grâce à une économie stable, est multiculturel. Seulement voilà, ce soir, la France, pays de Liberté – Egalité – Fraternité vient de gâcher ma journée pourtant bien commencée. Un texte aux effets d'un obu m'a été posté par un ami Français lui même déjà ulcéré. La France de Sarkozy s’empêtre dans une politique de préférence nationale qui ravive des inégalités et drope la misère et l’injustice. Lisez :

UN PERE DE 4 ENFANTS, ANGOLAIS, MIS EN RETENTION, EMPRISONNE 2 MOIS POUR REFUS D’EMBARQUER, EMBARQUE A NOUVEAU PUIS REMIS EN PRISON ? LA BARBARIE, CA SUFFIT !

Guilherme HAUKA AZANGA est Angolais, il est arrivé en France il y a 8 ans comme demandeur d’asile. Depuis lors, il vit et travaille ici. Il a quatre enfants dont 3 sont élèves de l’école Gilbert DRU à Lyon 7e.

Le 22 janvier, il était arrêté et placé en centre de rétention à Lyon. Il devait être expulsé le 30 janvier mais il lui a été impossible d’abandonner sa compagne et ses enfants. Il a refusé d’embarquer, il a été tabassé puis traduit en justice : il vient de purger deux mois de prison pour refus d’embarquer.

Hier, 18 mars, il était extrait de la prison et conduit directement à l’aéroport où il a été à nouveau embarqué, probablement ligoté de la tête aux pieds et bâillonné, porté comme un paquet jusqu’à l’avion. Il semble qu’il ait à nouveau refusé d’embarquer à l’escale de Francfort. Il a téléphoné à sa femme qu’il serait ramené en France, probablement pour être à nouveau jugé et condamné à des mois de prison.

Jusqu’où l’inhumanité ira-t-elle ? On avait eu la jeune fille expulsée pour avoir voulu se plaindre de violences familales, on a maintenant le père emprisonné, tabassé et empriosonné à nouveau pour refuser d’abandonner ses enfants ! Ça suffit !

Il faut que le ministère révèle ce qu’il a fait de Guilherme, qu’il dise où il est et dans quel état. Guilherme doit être immédiatement libéré et régularisé. Sa famille ey lui ont largement gagné le droit à une vie décente ici.

Ci-dessous le communiqué rédigé par les parents de l’école des enfants de Guilherme et, en fin de texte, les coordonnées de la préfecture, du ministère et de l’Elysée à qui il faut faire savoir (sans injures ni calomnies) ce qu’on pense de leurs décisions..

Nous avons besoin de toutes les forces du Réseau, merci à tous !

Madame, Monsieur,

Nous vous adressons ci-joint le communiqué de presse fait par les parents d’élèves et enseignants de l’école Gilbert DRU (encadré ci-dessous) suite à l’expulsion de GUILHERME HAUKA AZANGA hier près midi, jeudi 18 mars ;

Depuis plusieurs semaines, ils demandent audience au préfet pour lui faire part des éléments graves concernant cette situation et des dangers pour les enfants d’être séparés de leur père.Aucune de leurs demandes n’a obtenu de réponse.On ne peut traiter ainsi par le mépris des citoyens qui s’inquiètent et demandent simplement à être entendus !

Guillherme a été expulsé vers un pays où il certes né et a vécu mais dans lequel il n’a plus aucune attache aucun contact.Sa compagne est extrêmement inquiète d’autant qu’il est venu pour faire, il y a 8 ans une demande d’asile et que ce retour n’et pas sans risque ;La préfecture qui a pris cette terrible décision ne pourra qu’être tenue responsable de ce qui arrivera à Guilherme à son arrivée en ANGOLA.

elle est aussi responsable de l’état dans lequel ces 4 enfants dont il assumait la charge se retrouvent : orphelins de fait d’un père auquel ils sont profondément attachés, paralysés par la peur et l’angoisse alors que la plus grande n’a que 10 ans et que le dernier est encore à la crèche !

Dans un contexte électoral, le Préfet et sans doute au delà, le ministre et peut-être l'Elysée ont décidé de tenter de regagner des voix sur les thèses classiques de l'extrême droite.

La cruauté montrée dans cette expulsion, briser une famille intégrée, fabriquer 4 orphelins tous nés en France, envoyer dans un pays qu'il ne connaît plus depuis 10 ans un homme qui fait vivre toute une famille, ne convainc que ceux qui le veulent bien. Tous les autres, et quels que soient leur vote, sont révulsés, écœurés, bouleversés. Ils n'acceptent pas ils le font savoir et feront tout pour obtenir le retour de Guilherme Hauka-Azanga.

Guilherme doit revenir.Ces enfants l’attendent, sa compagne aussi.La France doit honorer les textes qu’elle a signés.RESF se battra donc pour ce retour comme pour celui de tous les parents injustement séparés de leurs enfants

Le communiqué ci joint vous invite à une conférence de presse devant l’école Gilbert Dru lundi matin à 8 H ¼ heure de rentrée des enfants (entrée rue ST MICHEL) ;

Il est très important que vous puissiez faire connaître cette situation et les dégâts qu’elle cause sur de nombreux enfants. Qui pourra leur expliquer pourquoi ?Qui pourra leur dire sérieusement quel danger justifie une telle mesure ? De tels agissements ?Comment vont-ils alors construire leur vision du monde dans lequel ils vont grandir ?

RESF est aux cotés de cette famille mais aussi aux cotés de toutes les familles de cette école, et de bien d’autres, pour que les enfants puissent grandir dans un monde de respect et d’accueil, et non dans un monde d’exclusion et d’expulsion ;Cette conférence de presse nous donnera aussi l’occasion de présenter la manifestation du samedi 27 mars centrée sur les jeunes majeurs et sur les familles démembrées

Nous comptons sur votre présence lundi matin et vous en remercions

Il faut, très vite, organiser la protestation auprès du ministère et de l’Elysée. Vous pouvez vous inspirer du texte ci-dessous.

Ministre de l’immigration

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr

fax : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Et là où se prennent les décisions

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...