On connaissait la fracture numérique géographique et générationnelle, on découvre maintenant celle des élites. Les élites sont-elles dépassées par Internet ? Notre invitée, Laure Belot, journaliste pour Le Monde en parle dans son livre-enquête intitulé “La déconnexion des élites : comment internet dérange l’ordre établi”.


“L’absence de compétences numériques est une nouvelle forme d’illettrisme”, Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne


“Septembre 2013. Un bijoutier niçois tue son agresseur et reçoit, en cinq jours, plus d’un million de soutiens sur Facebook. Massif, ce mouvement numérique a laissé l’appareil d’Etat « comme une poule avec un couteau », avoue aujourd’hui un membre d’un cabinet ministériel. « Devant ces nouveaux usages en ligne, ajoute-t-il, nous avons du mal à formuler des réponses». C’est ainsi que commence un article de Laure Belot intitulé “Les élites débordées par le numérique” publié par Le Monde le 26 décembre 2013. Devant le flots de lecteurs, des centaines de milliers de commentaires, de tweets, de témoignages suscités par ce texte son auteur s’est demandé quel noeud social, historique et relationnel elle avait bien pu toucher.

Génération Leboncoin incomprise ?

Laure Belot scrute les phénomènes émergents dans la société. Un jour, elle décide de mener une enquête sur Leboncoin et découvre que 17 millions de personnes l’utilisent mais que les économistes et les philosophes qu’elle interroge dans le cadre de l’enquête ne connaissent pas la plateforme ou s’en désintéressent. De cette expérience, Laure Belot fait le constat suivant : “La société avance vite, bien plus vite que certaines élites littéralement débordées”. Elle décide alors d'enquêter sur le sujet.


Un décalage qui freine la société

Pour la journaliste, la fracture qu’il y a entre notre système institutionnel et les citoyens bloque la société et l’innovation : “En France on a beaucoup d’idées, 300 000 start-ups se créent chaque année (...) mais ces graines n’arrivent pas à pousser (...) les gens du haut n’arrivent pas à saisir ce qu’il se passe”.

-> Plus d’informations sur la création d’entreprises en France (étude menée par l’ENSAE, École Nationale de la Statistique et de l’Administration économique)

Les élites ont-elles peur de se remettre en cause ? Il est certes toujours plus facile de s’adapter au changement lorsque l’on est né “après la vague” d’Internet. Mais selon Laure Belot le clivage n’est pas générationnel mais plutôt “d’être ouvert ou non au changement”.

“L’économie du Nouveau Monde”, le rapport présenté par Jeremy Rifkin à Ségolène Royal


L’économiste américain Jeremy Rifkin était de passage à Paris la semaine dernière. Il présentait un rapport remis à la ministre de l’Environnement Ségolène Royal le 15 juin. Ce rapport, intitulé “L’économie du Nouveau Monde”, a été dirigé par l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage et s’inspire en partie du travail et des recherches de Jeremy Rifkin. Pour l’économiste, il est nécessaire d’entamer ce qu’il appelle une troisième révolution industrielle. Les deux premières sont nées au XIXe siècle avec l’essor et le développement de nouvelles technologies. La création du télégraphe ou de la machine à vapeur, le développement du rail, les techniques d’exploitation d’énergies fossiles... Ces développements de l’information, des transports et de l’énergie ont convergé pour donner naissance à un modèle économique nouveau. Aujourd’hui, ce sont les nouvelles conditions données par l’Internet qui peuvent favoriser la révolution industrielle du XXIe siècle. Cette nouvelle économie, Jeremy Rifkin la qualifie d’intelligente, écologique et mondialisée.

“L’économie du Nouveau Monde” a été dirigé par Corinne Lepage. L’ancienne ministre de l’Environnement souligne la nécessité de mobiliser tous les acteurs de l’économie autour du numérique. Le rapport souhaite aussi la mise en place d’un dispositif de financement des startups, pour favoriser la multiplication des incubateurs de créativité écologique en France. Au micro de Mélissa Barra Corinne Lepage confie : “Nous pourrions être un des pays leader sur l’économie du nouveau monde -c’est le mariage du digital et de l’environnemental- mais on n’arrive pas à passer un mur de verre, on n’arrive pas à changer d’échelle”.

Une nouvelle élite émerge

De cette révolution numérique naît une nouvelle génération de talents que les entreprises convoitent beaucoup, comme l’explique Eric Scherer dans son blog. Certaines multinationales financent des grands évènements dont l’objectif est de mettre en compétition divers porteurs de projets (comme le One Young World, le Global Shapers ou Hello Tomorrow Challenge). L’avantage pour les entreprises ? Faire venir et repérer ces jeunes talents du numérique pour soutenir leurs projets et éventuellement les recruter.

“Parmi les 25 fortunes mondiales, six viennent du code informatique” rappelle Éric Scherer, directeur de la prospective chez France Télévisions. Les “jeunes pousses” du numérique n’ont plus forcément comme but l’obtention d’un diplôme. On parle d’une nouvelle élite de doers, de faiseurs : “La référence dans le Web n’est plus le chef, mais le nombre, la foule, le crowd” explique Laurent Maruani, économiste et responsable du département Marketing d’HEC.

“ L’homme est un être technologique qui a en permanence évolué”, Bernard Stiegler.

La déconnexion des élites est un thème qui a attiré l’œil de plusieurs médias comme le JDDUsbek & Rica dans son dernier numéro, Slate ou Eric Scherer de France Télévisions.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Journaliste en contrat pro à l'Atelier des Médias de RFI
Twitter: @manonmella

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Superbe article. J'aime beaucoup cette réalité vraie. Ce mal touche davantage l'Afrique de l'ancienne classe politique. Ce qui finalement pourrait être une chance pour les jeunes politiques.

  • Est-ce qu'il y a un mal en soi à être ainsi déconnecté, à partir du moment où il est difficile, voire parfois, impossible de suivre la mode dans sa dynamique: il y aura toujours une situation de déphasage entre l'essor des technologies et cette prompte adaptabilité des utilisateurs (mêmes élites!) à ces évolutions ou révolutions: beaucoup de raisons entrent en ligne de compte....enfin, j'espère avoir bien compris ce billet!

This reply was deleted.

Articles mis en avant