Si « la démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple », il ne devrait pas y avoir de ministre ou de député ou alors, on ne devrait pas voir les peuples se fâcher contre ceux qu’ils ont élus. On aurait vu au contraire, que l’alternance consisterait à applaudir un dépositaire de mandat et de mission qui rend l’autorité et la souveraineté sans bruit, sans querelle ni bataille juridique et encore moins de batailles mortelles quand son mandat ou ses mandats arrivent à terme et toujours avec succès ou alors jamais avec reproche, puisqu’un candidat à un examen ne saurait reprocher à personne ses contreperformances.

L’essentiel pour le dépositaire du pouvoir démocratique du peuple ne serait pas alors d’avoir atteint le but visé, mais d’avoir nécessairement travaillé avec le peuple, à côté du peuple, de jour comme de nuit, pour arriver à un résultats connu, voulu et attendu de tous parce devant profiter à tous. Voit-on cela sous les soleils de nos démocraties historiquement réalisées ? Si la démocratie est le pouvoir du peuple qui pense et agit de lui-même, par lui-même, pour lui-même et peut-être même au-delà de lui en tant que peuple particulier du Grand Peuple de l’humanité, les acclamations intarissables du peuple toujours reconnaissant à l’égard de ses corps et de ses esprits serviteurs en bien, devraient toujours accompagner les dépositaires du pouvoir souverain quand il arrive à la fin de son mandat et de sa mission, ainsi que ses liesses l’accompagnent quand il monte vers l’autel du peuple où le peuple prie pour sa propre grandeur et sa propre santé et son propre bonheur pour pouvoir apporter quelque chose à Dieu qui mérite le paradis s’il croit à un Dieu en dehors de lui-même.

On devrait voir, au lieu de souhaiter malheur au peuple, celui-là qui vient à bout de son mandat avec succès sans prétendre régler tous les problèmes de la vie, retourner dans le peuple sans arrêter de travailler avec la même passion, le même devoir, la même foi et la même alliance avec la république, le peuple et la démocrate. Si tel n’est pas le cas, c’est qu’il y a quelque chose d’ autre qui se pare de la belle robe de la démocratie ou de son grand boubou pour cacher sa laideur et celle de sa mission criminelle, puisque seuls les criminels se déguisent pour échapper à la vigilance de leurs victimes ou à la vigilance de la police criminelle de la république qui veille sur le peuple. Il s’agirait alors d’un complot politique international ou d’un idéal de justice international à la dimension des hommes tels qu’ils sont sur la terre- un peu plus que les animaux, moins que les anges et très loin de Dieu- dénaturé par des esprits malveillants qui ont pris la forme extérieure du corps de la démocratie sans prendre son âme.

La démocratie est la rationalisation politique par laquelle les peuples qui se gouvernent par eux-mêmes et pour eux-mêmes ou pour la grandeur et le salut de l’humanité, deviennent progressivement des groupements hautement humanisés en tous point de vue, rapprochant toujours de plus en plus l’homme de lui-même et de ses semblables dans ce qu’ils ont en commun et de vital dans la différence, ou alors, le gouvernement par lequel les criminels encagoulés dans le peuple cherchent à vivre de sa sueur et de son sang en revendiquant leur innocence par le consentement de leurs victimes. La démocratie n’est donc ni une idée ou une réalité historique bonne ou mauvaise en soi.

Les meilleures graines du monde ne donnent pas partout sur les sols du monde la même progéniture et leurs progénitures ne donnent pas partout et toujours le même ombrage. 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  •  "Les comploteurs sont partout" et finalement ils prennent tout et dénaturent tous, dévie tout de sa direction originelle.

    " Qui voute pour un Elu accréditera ces actes futures." C'est justement ce principe de responsabilisation de l'électeur qui constitue le piège. Ils, les inventeurs de la démocratie ou les infiltrés de la démocratie pense que la démocratie consiste à faire porter son propre crime aux autres qui lui ont donné l'arme.

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...