La confirmation de Youssoupha

En mettant en liesse la foule nombreuse venue l’acclamer ce 6 juin 2013 à Douala, le rappeur a ainsi prouvé tout le bien qu’on pensait de lui.

 

Ce concert de Youssoupha avait quelque chose de magique. Il a même donné de la chair de poule. Pas parce qu’il vient de loin comme croirait certains. Rien à voir. L’artiste n’a pourtant rien apporté de nouveau au show de Brazzaville : exécution responsable de la rumba congolaise avec son bakeur S-Pi, des notes d’humour à n’en point finir, idem comme à la conférence de presse d’avant concert, et cette note de piano de Mani… A ya yah !! C’était la meilleure ça ! Excusez mon émoi. Youssoupha est venu ainsi confirmé qu’il est « le meilleur rappeur de France avec un cheveu sur la langue. Les autres devraient prendre l’exemple sur lui en travaillant leurs textes. C’est le meilleur des meilleurs ! », dixit Maurice Ndongo, un fan.

Toutes ces chansons exécutées (tirées de « Noir désir » et « Sur les chemins du retour »), on les connaît. « Viens », « L’amour », « Apprentissage », « J’ai changé », « La foule », « Tout l’amour du monde », « Histoires vraies », « Dreamin », « Les disques de mon père »… On les écoute et réécouté à longueur de journées sur les supports originaux. Pour ceux qui les ont. Mais à voir ce public enthousiaste, chantant en chœur et sans fausse note ces tubes (malgré l’absence d’Indila, Corneille, Tabu Ley Rochereau… pour les featuring), on est resté sans voix. A un moment, on a cru que ce public était l’auteur-compositeur des chansons, Youssoupha et S-Pi, les interprètes.

Les mains en l’air, les fans achevaient chaque titre par des acclamations et ce refrain crée : « Youss, Youss, Youss… ». Une remarque qui n’a guère laissé indifférent le rappeur congolais. « C’est la première fois que je viens au Cameroun. Je pense que le Cameroun est le meilleur public africain », déclare-t-il, tout de go, sur la scène ce 6 juin 2013 à Douala. Et de corriger quelques minutes après : « J’ai dit que le public Camerounais était le meilleur public africain ? Non. Le public Camerounais est le meilleur public du monde ».

« On est hight ! »

Il a fallu juste 1h25 min à Youssoupha pour mettre tout le monde d’accord. Transformant l’esplanade de la maison de parti de Bonanjo à Douala en dancehall. Tout le monde s’est plié à la danse sans exception. Jusqu’à épuisement. Pour la première fois dans cette ville, un spectacle s’est achevé, sans plainte, par des applaudissements. Bien qu’on ait remarqué quelquefois des bruissements des câbles qui semblent prendre de l’âge. Mettant mal alaise l’auditoire. Un aspect qu’il faudra revoir. En attendant, chapeau l’artiste !

Toute cette beauté musicale dans un décor lumineux révèle le talent Camerounais. Avec un Mr Terror élevant davantage, avec sa voix doyenne, son « bâtiment B ». Malgré ce côté gamin de son accompagnateur de la soirée, l’homme a prouvé une fois de plus que son rap se bonifie avec le temps. Pareil pour le jeune loup, Stanley Enow avec son single fétiche « Hein père ». Sa prestation a été à la hauteur des attentes des nombreux fans. Seulement, il devrait cesser de trop crier sur la scène pour permettre à chacun d’écouter son message convenablement et chanter avec lui. Très tôt a été la fin de ce show magnifique pour le reporter. A bientôt !

Frank William BATCHOU

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...