La bataille des chaînes d'infos pour la TNT

LCI, la chaîne du groupe TF1, pourrait arriver sur la TNT, alors que France 24 vient d’obtenir une fréquence sur cette même TNT en Ile de France. Ce sera le 7 mai que le Conseil supérieur de l’audiovisuel auditionnera les dirigeants du groupe TF1 qui sollicitent un passage de leur chaîne sur la TNT gratuite.

Avant l'examen d'une requête identique du groupe M6, concernant Paris Première, cette éventualité d'une nouvelle chaîne d'info en accès libre est à prendre très au sérieux car Nonce Paolini, le patron de TF1, a d’ores et déjà précisé que s’il n’obtenait pas ce basculement du payant vers le gratuit, il fermerait sa chaîne avec ses 200 emplois. De l’autre côté, les chaînes d’information en continu déjà présentes sur la TNT, BFM TV d'Alain Weill et iTele du groupe Canal +, s’y opposent fermement au nom du pluralisme qui serait menacé avec l’arrivée d’un acteur dominant sur ce marché, le groupe TF1 totalisant 30% de l’audience et près de la moitié du marché publicitaire.

 

Signe que cette question se tend, des plaintes ont été déposées à Bruxelles par BFM TV qui s’oppose à l’amendement dit LCI permettant au CSA de transférer une chaîne du payant vers le gratuit. Et Canal + a attaqué le groupe TF1 auprès de l’Autorité de la concurrence pour abus de position dominante dans la publicité télévisée.

 

Que fera maintenant le CSA, qui doit se prononcer au vu d’une étude d’impact sur l‘arrivée d‘une nouvelle chaîne d’info gratuite ?

Difficile à dire, l’institution ayant à cœur de marquer son indépendance. Mais le fait est que le gouvernement ne verrait pas d’un mauvais œil émerger une chaîne rivale de BFM TV. L’Elysée reproche à la chaîne d‘info d’Alain Weill, leader en audience (2,2%) de prendre trop de place et d’imposer son rythme aux politiques, comme lorsque BFM TV a fait réagir en direct Léonarda, une jeune expulsée kosovar à l’intervention très personnel sur son cas de François Hollande. Depuis, on a vu Bruno Le Roux, le président du groupe socialiste à l’Assemblée la comparer la chaîne ultra-conservatrice Fox News. Et Arnaud Montebourg, l’actuel ministre de l’économie, a volé au secours de Bouygues, l’actionnaire de TF1 donc de LCI, dans sa tentative de reprise de SFR face à Numéricable. Difficile de se souvenir que le même Montebourg avait qualifié TF1 il y a quatre ans de télé de la droite aux "idées qui détruisent la France"

 

La concurrence risque de s’aviver un peu plus après l’été avec l’arrivée de France 24 en Ile de France. La ministre de la culture et de la communication Aurélie Filippetti a annoncé qu’elle allait préempter une fréquence pour une diffusion 24h sur 24 en français sur la TNT francilienne. Selon Alain Weill, cela mettrait en péril les chaînes d’info existantes. Un argument qui est aussi au cœur de son opposition à LCI en gratuit. Mais si l’on peut admettre son idée que cela fragiliserait ce marché, sur le plan économique, difficile de concevoir que plus de chaînes d’infos porte un coup au pluralisme.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Amaury De Rochegonde
Journaliste, rédacteur en chef-adjoint à Stratégies, spécialités Médias et RH, chroniqueur @RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...