La barbarie du régime iranien n'a pas de limites


 

Comment peut-on lui encore accorder une place sur le plan international?

Comment peut-on encore s'assoir  en face de ses ministres dont de leurs visages

et de leurs mains dégoulinent en permanence  de torrents du sang du peuple iranien?

De jour en jour ce régime dépasse les barrières de ce qu'on nomme l'inhumanité. Pour

ces deux derniers mois de 2016, le régime a conduit dans la potence 55 personnes en

avril, 60 dans le mois de mai, depuis janvier de cette année ils s'élèvent déjà à 187

exécutés.  En 2015 le record a été absolu 966 exécutés. L'exécution des mineurs

s'est  également considérablement accrut.

 

Peut-on  encore insister à outrance que Hassan Rohani est un président « modéré »

quand son absence totale de modération et de pudeur amène le régime qu'il représente

à la persécution et à emprisonnement des syndicalistes lorsqu'ils soutiennent les

travailleurs tels  que ceux de la mine  d'or d' Agh  Dare, propriété des Pasdarans, qui

pour avoir protesté contre le seul fait de leur licenciement ont été condamnés à des

coups de fouets et à verser cinq millions de rials.

 

L'Iran devienne déjà un désert  couvert d'entreprises en faillite et les travailleurs

une armée de chômeurs, car toute contestation met en danger  la situation

chancelante du régime qui ne se maintient que grâce à la répression.

 

Ainsi, Shima Babaii, jeune étudiante de 21 ans a été arrêté et torturée le 25 mai 2016

et conduite à la prison d'Evine dans le secteur 2A; elle avait eu des contact avec les

familles de martyres et de prisonniers politiques et participée aux rassemblements.

Elle porte les stigmates de son père Ebraim Babaii qui fut incarcéré

pour six ans à la même prison lorsqu'il participa en 2009 aux manifestations qui

ébranlèrent le régime.

 

En Iran, les jeunes filles en âge d'être scolarisées  deviennent des mères et les petites

filles à la place de jouer aux poupées sont autorisées à se marier à l'âge de 10 ans.

La Cyberpolice est aussi une affaire prit au sérieux par les mollahs, dépendant du

Haut Conseil du Cyberespace dirigé par Hassan Rohani,  elle contrôle les réseaux

sociaux interdisant  ainsi l'accès à Facebook et Twiter. Mais l'intelligence des iraniens

contourne souvent ces interdictions.

 

Et quoi  en dire encore sans être émue jusqu'aux larmes sur l'extrême perversité des

mollahs, qui se mettent à caricaturer les six millions des juifs assassinés par le

nazisme. Que leurs ont -ils fait ces hommes, ces femmes et ces enfants réduits aux

cendres? Encore est-il  curieux que sous la gouvernance du « modéré » Hassan

Rohani et bien accepté par les puissances occidentales, ces caricatures sont encore

aujourd'hui en cours. Pour calmer les esprits, le ministre d'affaires étrangères

Mohammah Javad Zarif, dans un entretient avec The New Yorker en avril  dernier,

avait déclaré que son gouvernement n'avait aucune responsabilité dans cette affaire.

Sa déclaration fut vite démenti par l'opposition ainsi que par les organisateurs. Car

par le Middle East Media and Research Institut on a pu connaître l'opinion de

l'organisateur Shojal Tabtabai qui a affirmé "nous sommes soutenus par le

Ministère de l'intérieur, et l'organisation de la propagande est sous la supervision

du guide suprême Ali Khamenei". Rien de surprenant donc en ce que au régime des

mollahs concerne!!

 

Comme conclusion, ce qu'on peut souhaiter c'est que l'âme de six millions de

personnes prient à leur Dieu pour que ses sœurs et frères iraniens en souffrance

soient libérez de ce régime monstrueux.

 

 

 

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant