Orhan Pamuk, célèbre écrivain turc, prix Nobel 2006 de littérature disait: « Peindre à la perfection une figure équestre, c’est encore, toujours et seulement rendre hommage au vrai Créateur, avouer et montrer, par les couleurs mêmes de la vie, notre émoi devant l’opulence du monde qu’il a créé ». Nous avions décidé d’un symposium. Une manifestation scientifique spécialement en sciences botaniques qui s’est déroulée du 26 au 28 septembre 2012 avec la participation d’une pléiade de chercheurs d’ici, des Universités soeurs de la sous-région et de quelques-unes de l’Occident. Il s’agissait pour nous de nous acquitter d’une dette de reconnaissance : rendre hommage à une légende vivante, le pionnier de notre Université, le Professeur Emérite Edouard ADJANOHOUN. Trois jours ne sauraient en réalité suffire pour un hommage bien mérité au premier Recteur de l’Université du Dahomey, au premier botaniste noir, au premier Docteur noir en Sciences botaniques dont les réalisations résonnent un peu partout en Afrique et dans le monde. Il a laissé dans les esprits de plus d’une centaine de ses anciens étudiants, aujourd’hui enseignants ou Recteurs dans les Universités du Bénin, de l’Afrique et dans le monde, des « idées vraies et des sentiments généreux». Des vertus qui fondent la satisfaction de l’enseignant si nous nous en tenons à Jean de la Fontaine. Le chercheur, ami des plantes et de la nature s’est inscrit dans la flore analytique du Bénin comme une espèce rare et toujours recherchée. Au cours de cette manifestation de haute portée scientifique, une cinquantaine de communications scientifiques ont été présentées. C’était l’occasion pour des jeunes chercheurs de se nourrir des riches expériences de leurs aînés. Ainsi des travaux de recherche en écologie, en botanique, en phytosociologie, en l’ethnobotanique et perception locale ont été exposés pour nous rappeler les faits et gestes que l’on peut encore imiter du Grand Patron qu’a été le Professeur Emérite Edouard ADJANOHOUN. Nous pouvons dire sans risque de nous tromper, au regard des témoignages des personnalités académiques et politiques présentes, que les jeunes enseignants et chercheurs de notre Université connaissent un peu mieux son histoire et celle de ses premiers bâtisseurs. Cela peut paraitre exagéré. Mais, nombreux sont les étudiants qui sont passés par l’Université d’Abomey-Calavi et qui ignorent l’année de sa création, encore moins le nom de son premier Recteur. Nombreux sont également les enseignants qui ignorent encore l’histoire de l’Université d’Abomey-Calavi où ils travaillent pourtant tous les jours. Cet hommage n’est que la juste rançon payée pour les oeuvres du Professeur Emérite ADJANOHOUN. C’est donc tout naturellement que l’Equipe rectorale a décidé, à la mesure de l’homme que nous célébrons, d’immortaliser le nom Edouard ADJANOHOUN. Ainsi, l’artère principale d’accès au Campus Universitaire d’Abomey-Calavi, le bâtiment du Rectorat et le Jardin Botanique et Zoologique portent désormais son nom. A travers les différents discours et les nombreux et élogieux témoignages sur le Professeur Emérite ADJANOHOUN, il ressort que le Bénin lui doit son rayonnement intellectuel et scientifique de tous les temps, notamment, dans les domaines de la botanique et de l’écologie végétale, de l’ethnobotanique, de la gestion et de la conservation des ressources phytogénétiques. En sa qualité de premier Recteur promoteur du projet de construction de l’Université du Dahomey, l’actuelle Université d’Abomey-Calavi (UAC), il a su très bien impulser le développement de l’unité universitaire du Bénin. Et, au nom de toute la communauté de l’UAC, c’est avec une légitime fierté que nous saluons ses nombreuses réalisations aux plans de l’enseignement et de la recherche scientifique un peu partout en Afrique et dans le monde. La vie et l’oeuvre du Professeur Emérite Edouard Joshua ADJANOHOUN reflètent très bien cette pensée de René DESCARTES : « Ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est de l’appliquer bien ». Il l’a si bien appliqué qu’il est devenu glorieusement la légende de la Botanique et de l’Ethnobotanique d’Afrique tropicale. Il nous a outillés de l’Esprit et de la Méthode ADJANOHOUN. Pour Nos Souvenirs Reconnaissants à jamais !
Professeur Brice A. Sinsin
Recteur de l'Université d'Abomey-Calavi
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...