L'Union européenne, le parfum dans le nez

 

 

 

 

Le Buzz européen de Maria Afonso

 

La Commission Européenne réfléchi à une nouvelle réglementation sur les cosmétiques. Actuellement elle est en pourparlers avec les fabricants de parfums, afin d’en évaluer les conséquences. Si elle décide d’interdire certains composants, la fragrance des parfums pourraient changer dès  2014.
C’est le CSSC, le comité d’expert de la Commission européenne, qui a réévalué la liste. Les substances interdites sont passées de 26 à 82. A l’origine de cette réglementation, le rapport du dermatologue anglais Ian White. Ce rapport préconise d’interdire trois ingrédients potentiellement allergisants dans les parfums, parmi lesquelles le géraniol, et aussi de limiter l’utilisation de certaines substances naturelles.

Pascale Couratier, présidente de l’Association française pour la prévention des allergies, est favorable à de telles mesures. Parce qu'une personne sur cinq et un enfant sur quatre souffrirait d'une maladie allergique, elle plaide pour la prévention et l’interdiction des parfums d’ambiance dans les espaces publics et les magasins.

 

http://fr.euronews.com/2013/07/26/interview-bonus-pascale-couratier

 

Protéger le consommateur européen des produits chimiques qui l'entourent comme le Bisphénol A et autres phtalates. C’est bien. Mais étrangement, cette Directive assimile aussi les huiles essentielles à un mélange de substances chimiques. Ce qui n’est pas sans incidence. Bert Candaele qui travaille au dans un laboratoire spécialisé, dans le sud de la France, réclame un statut spécial pour les huiles essentielles.

 

http://fr.euronews.com/2013/07/26/interview-bonus-bert-candaele

 

Mais apres la surprise, les producteurs de lavande et parfumeurs sont inquiets. La législation européenne pourrait  mettre en péril leur activité.

 

De nombreuses fragrances ont déjà été discrètement métamorphosées. Du côté des parfumeurs, ceux-ci souhaitent garder leur liberté et leur créativité. Christopher Sheldrake, parfumeur et directeur de recherche et développement chez Chanel, nous en dit plus sur l'Iris Pallida, utilisé pour le N°19 Poudré.

 

Cette réglementation oblige les parfumeurs à révéler le secret de leurs formules.

 

Les parfumeurs restent très discrets en cas de reformulation de leur nectar avec les molécules de substitution ou de matières naturelles « fractionnées ». Fractionnées, c'est-à-dire dont on a retiré la partie incriminée par distillation moléculaire. Mais ce procédé ne permet pas toujours de reproduire le même parfum.

Une autre piste consisterait à légiférer de façon drastique sur les formules des produits fonctionnels comme les déodorants, crèmes, shampooings, et autre lessives... Et de laisser aux amateurs le choix de leur parfum.

Les débats à Bruxelles risquent d’être animés.

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...