crédit photo: fr.euronews.com

L’ETA, le groupe armé séparatiste basque vient de faire un premier pas vers son désarmement. Pendant 50 ans, les discussions entre les différents gouvernements espagnols et l'organisation nationaliste basque se sont toujours soldés par des échecs. Cette annonce redonne un espoir de paix à tout un pays.

Le Buzz européen de Maria Afonso

 

De cessez le feu en trêves, mais aussi d’attentats en attentats, l’ETA pendant plus de 40 ans, a tué plus de 800 personnes et enlevé 80 otages. En 2012,  l’organisation, déjà très affaibli, s'est dite prêt à négocier avec la France et l'Espagne en vue de sa «dissolution». Madrid avait alors demandé sa disparition «inconditionnelle». Aujourd’hui encore l'exécutif espagnol n’est pas complètement convaincu du désarmement de l’ETA.

 

 

 

Pour Madrid, l’ETA est toujours une organisation terroriste, le ministre de l’intérieur, Jorge Fernandes Dias, dénonce une «mise en scène»

 

 

 

Si le gouvernement de Mariano Rajoy reste ferme, le principal parti d'opposition, le Parti Socialiste espagnol aussi.

Selon la secrétaire générale adjointe du PSOE, Elena Valenciano, il y a deux ans ETA a cessé de tuer sans rien recevoir en retour et s’il l’a fait c’est parce qu'il a été vaincu. Elle a souligné que c’est une grande victoire pour la démocratie.

 

« L’ETA doit laisser toutes les armes et disparaître.»

 

Le gouvernement autonome basque dirigé par le PNV, le parti national basque estime cette annonce insuffisante.

Toutefois le secrétaire général pour la paix du gouvernement régional, Jonan Fernandez renvoi dos à dos l’organisation séparatiste et le gouvernement espagnol afin de ne pas faire échouer le processus de paix au pays basque.

 

« Nous croyons que l’ETA doit avoir une réflexion sur les conséquences de la fin de son existence. Une réflexion profonde. D’autre part les pouvoirs publics doivent aussi réfléchir sur les conséquences de cette disparition et d’éviter de soumettre la société basque à un état de convulsion permanente. »

 

Sur la dissolution de l’ETA tout le monde semble à priori d’accord  même l’ETA. L'organisation semble avoir fait un pas de plus vers sa disparition. Elle montre dans une vidéo quelques armes qu’elle entend remettre aux autorités. le gouvernement régional basque estime que l’organisation séparatiste « peut et doit faire plus » que de mettre hors d’usage 3 pistolets, 1 fusil et 16 kilo d'explosifs, si elle veut convaincre les basques et les espagnol de sa volonté de se dissoudre.

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...