L'Afrique sera démocratique ou ne sera pas

Voir la manière dont la démocratie est victime de tripotage de la part de plusieurs pays,me fait penser à Malraux qui disait : "Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas".

Bien évidemment l'intérêt de ce genre de phrase, c'est qu'on peut l'adapter en la paraphrasant un peu. Par exemple, on pourra dire, "Le XXIe siècle sera éthique ou ne sera pas". Ce qui est d'ailleurs l'un des sens attribué à ce qu'a dit Malraux. Ou encore "L'Afrique sera démocratique ou ne sera pas". J'entends souvent quelques uns de ceux qui trouvent intérêt à défendre des Dictatures se justifier "la Démocratie occidentale n'est pas un modèle"…Ok, la démocratie n'est certainement pas le meilleur des systèmes…mais la Démocratie a des fondamentaux que les africains doivent respecter avant d'adapter! Liberté fondamentales, l'égalité, respect de la dignité humaine…Ensuite, ils pourront adapter. Et d'ailleurs, pourquoi ils y vont pour réaliser l'essentiel d leurs vies: soins, habillement, vacances, expertises, voitures…etc ? Mais il est inutile de se proclamer démocrate d'une part, surtout à l'extérieur de son pays, et en être le fossoyeur chez soi-même. Comme disait l'agent d'entretien de chez nous: "Qui trompe qui?" ou encore "qu'importe quoi", pour dire "n'importe quoi". L'Afrique cherchera-t-elle toujours des boucs émissaires pour justifier son gaspillage ou sa non-émanicpation? J'en connais qui doivent être content quand ils viennent dans certains pays d'Afrique: les universités laissés par leurs arrières grands-parents colonisateurs, les voies, les immeubles…On a même l'impression, dans certains pays que l'université est permanemment en deuil. Quant à la santé, pourquoi en parler? Ils se soigner tous en Occident, alors que les hôpitaux de chez eux ressemblent à des maisons de vieillards abandonnés. Les pauvres n'ont qu'à se débrouiller, sinon mourir. Mais qui a dit que l'eau c'est la vie? disait un grand chef africain? Ah oui! L'eau n'est pas la vie, c'est pourquoi il nous en prive…Si l'eau n'est pas la vie, donc l'électricité n'est rien? Inutile de la revendiquer... Désolant simplement! Finalement, sans pessimisme, nullement, disons: "L'Afrique sera démocratique ou ne sera pas"….L'Afrique est toujours en piste. À quand le décollage? Bon dimanche…

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bonjour Maiga!

    Merci beaucoup pour votre participation.

  • Bonjour Atinèdi

    Merci de votre participation. J'avoue que je trouve beaucoup d'ambiguïtés dans votre commentaire. Et j'ai du mal à comprendre. Pourriez-vous préciser un peu ce que vous entendez par "Les oppositions doivent se personnaliser"

    Et que pensez-vous de l'atmosphère générale dont sont  victimes les journalistes en Afrique.

    Pourquoi dites-vous que la démocratie n'est pas un point d'arrivée?

    C'est un système politique qu'on choisit, donc ce n'est pas un paradis qu'on attend dans l'espérance du "retour glorieux" d'un prophète, il me semble.

    Je me questionne encore après votre intervention.

  • Pas de démocratie sans groupes de pression. Le tout va ensemble. Les gouvernements sont là. Les oppositions doivent se professionnaliser pour éviter de se brouiller dans leur rôle. Les organisations de la société civile doivent apporter leur contribution pour avancer. Les journalistes et les animateurs des réseaux sociaux sont également des acteurs de la prise de conscience des hommes politiques, décideurs , etc. L'Afrique sera démocratique ou ne sera pas. D'accord. Mais la démocratie n'est pas un point d'arriver. C'est la pratique permanente. Les groupes de pression quoi qu'on dise parviennent, certes pas à la vitesse souhaitée, à faire bouger les mentalités, puisque c'est d'abord de cela qu'il s'agit. C'est quant tout le monde baisse les bras que la marche arrière commence. Puisque mis dans les mêmes conditions les hommes se comportent de la même façon. Arrêter les groupes de pression aux USA et le président, quel qu'il soit, ne mettra pas longtemps à être dictateur. Faisons ce que nous pouvons en notre temps et passons la flamme de la veille aux générations d'après nous qui la raviveront davantage.

  • L' Afrique n'a plus le choix dans son avancé en démocratie mais elle peut toujours rectifié certains tirs maladroits qui entravent sa démocratie au vrai sens du terme. Une démocratie se construit dans la durée avec une réorganisation perpétuelle après chaque fin de mandat. L'Afrique c'est lancée dans la démocratie depuis les années 1990 mais nous constatons des insuffisances qui reviennent sur tout le long du continent.

    Il important que les missions de la CENI ne se limitent pas seulement à l'organisation et à la surveillance des élections mais elle doit faire le bilan après chaque mandat voire ce qui a fonctionné ou pas et apporter des correctifs. 

    Quelles sont les insuffisances?

    -Certains électeurs n'ont jamais leur cartes. C'est un constat dans tous les pays,

    -La durée de l'élection,

    -Le nombre d'électeurs, on peut pas comprendre qu'un pays qui compte un million d'habitants se retrouve avec cinq cent électeurs et on dit que c'est le peuple qui a voté non c'est certains inscrits. On comprend que certains n'accomplissent pas leur vote c'est une marge très faible.

    -Aucun n'organe ne contrôle le bilan du président et des élus sortants, c'est un aspect très important pour leur candidature future. On peut prendre l'expérience des autres dans le sens où cela colle au réalités sociales de chaque pays rare un président en exercice en Afrique ne perd les élections du nouveau mandat ou des mandats. Cet organe n'empêche pas le libre arbitre du peuple.

    Si on institutionnalise la CENI, elle peut être un moyen pour diminuer le taux de chaumage même si c'est pas à grande échelle. 

     

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...