Les ouvrages “électoraux”
Délaissés par les candidats

Maintenant que les élections sont passées, les habitants de la ville craignent que les travaux lancés par certains candidats pour avoir leur voix restent inachevés ou que certains, mal faits, ne durent guère. Durant la campagne électorale et les semaines précédentes, des candidats députés ont fait des dons d’ouvrages d’intérêt communautaire à la va vite pour s’attirer la sympathie des électeurs. Ces dons répondaient parfois aux besoins exprimés par les communautés qui exigeaient des candidats de faire ce que le gou¬vernement n’a pas fait en cinq ans.
Certains ont jeté des ponts, d’autres construits des écoles et maternités, d’autres encore ont remis des transformateurs et câbles électriques pour des quar¬tiers restés longtemps dans le noir.
Certains de ces ouvrages n’ont cependant pas été construits selon les règles de l’art. D’autres encore restent inachevés et les habitants se demandent si les candidats qui n’ont pas obtenu les suffrages escomptés vont les parachever.

Des travaux en veilleuse

Sur la 4ème avenue Kabondo à une centaine de mètres de Camp sergent Ketele, un ponceau construit par un candidat n’est pas encore pra¬ticable car la surface n’est pas encore aplanie. “Les élections sont passées, poursuivra-t-il ces travaux en cas d’échec”, s’interroge Jean-Louis, habitant sur la 3ème avenue.
D’autres ponceaux sont ainsi inachevés : sur l’avenue Basongue au plateau boyoma dans la matière de Katanga dans la commune de Lubun¬ga, sur la rive gauche du fleuve Congo, construit trop court par rapport à la largeur de la rivière, en planches minces… L’association Campus qui regroupe, les riverains de ce cimetière s’étaient opposés à la construction d’un pont en planches. “Nous leur avons dit de le construire en béton armé ou de laisser s’ils n’ont pas assez d’argent pour bien le faire”, témoigne un jeune mécontent de ces travaux. Ici, les habitants mettent les pieds dans l’eau, le cercueil sur les épaules de quatre braves pour aller au cimetière.
Ailleurs, c’est l’électricité qui était promise mais là aussi cela ne fonctionne guère. Dans la cabine électrique située à l’E.P. Mwangaza, un transformateur placé depuis un mois n’est pas encore fonctionnel. “Quelqu’un dormait à l’intérieur. La population doit encore patienter car la Snel est entrain d’effectuer les travaux pour sa remise en état”, explique le premier suppléant du candi¬dat.
Des câbles électriques remis par les candidats pour alimenter certains quartiers ne peuvent pas accueillir plusieurs raccordements. “Avant la population utilisait des câbles dénudés avec le risque d’électrocution”, se défend pourtant un proche d’un candidat. Au quartier Wagenia, la cabine de haute tension avec un transformateur construite par un candidat n’est pas encore uti-lisée faute de câbles pour distribuer le courant aux abonnés. “Il nous a assuré que les câbles et quatre autres transformateurs pour les autres quartiers sont déjà commandés à Kampala”, sou-ligne ce quinquagénaire qui assure la garde de cette cabine.

Des ouvrages appréciés des habitants

Quant ces réalisations d’intérêt général auxquelles les habitants conditionnaient leurs votes fonctionnent, elles sont appréciées. Sur des avenues jadis inaccessibles aux motos ou aux véhi-cules, des passerelles ont été jetées. “Il y avait plusieurs accidents ici car c’est une planche qui nous permettait de traverser. Nous sommes très reconnaissant à l’égard de ce candidat”, déclare un étudiant sur la première avenue Tshopo admirant un ponceau en planche. Les habitants de l’avenue Kiwele, vers l’OKIMO et le camp Q.G. ont le courant après trois ans passé dans le noir. “Nous avions demandé à un candidat de nous aider avec des matelas mais voilà, il nous a construit toute une maternité d’une capacité de 25 lits”, se réjouit aussi Marie Jeanne Bofanda, administratrice du foyer social de Kabondo.
Christian Uzilo

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...