Il était 23h55’ au moment la plupart de la population dakaroise était au lit et où Dakar était bercé par un climat doux en ce mercredi 17 avril 2013, les portes de la Maison d’Arrêt de Rebeuss se fermaient. Elles se fermaient derrière un homme, qui, hier, était tout puissant mais aujourd’hui déchu de tout pouvoir. Karim Meïssa WADE, fils de l’ancien Président du SENEGAL Me Abdoulaye WADE et ministre d’Etat puisque c’est de lui qu’il s’agit est tombé. Il a été placé sous mandat de dépôt par le juge de la commission d’instruction de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (C.R.E.I.).
« Karim, je dirais à ta mère que tu as bien travaillé », s’enorgueillissait le Président et père Me Abdoulaye WADE lors de la réception d’une partie des travaux de la corniche dans le cadre de la préparation du sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (O.C.I.). En effet, en ce temps là, il avait en charge la présidence du Conseil de surveillance de l’Agence Nationale de l’Organisation de la Conférence Islamique (A.N.O.C.I.). A la tête de cette agence, il a conduit et réalisé de gros et importants chantiers routiers et hôteliers ce qui a un nouveau visage de la capitale sénégalaise. Fort de cette réussite, il sera nommé ministre puis ministre d’Etat au lendemain des élections locales de mars 2009, ministre des infrastructures, de la coopération internationale, des transports et de l’énergie ce qui lui vaudra le surnom de « ministre du ciel et de la terre ». A ces différentes stations ministérielles, il réalisa d’énormes travaux pour doter le pays et surtout la capitale sénégalaise d’infrastructures de dernières générations comme l’autoroute à péage Dakar – Diamniadio et de tant bien d’autres projets comme le plan takkal…
« Karim, je dirais à ta mère que tu as bien détourné ». Oui, il a détourné nos maigres deniers publics et c’est ce à quoi semble l’accuser le sénégalais de la rue et surtout son pays le SENEGAL. Ce pays qu’il a si bien servi du haut des plus hautes sphères étatiques, c’est ce pays là-même qui le traduit aujourd’hui devant la justice et si vraiment ce dont il est accusé s’avère être vrai alors c’est pas demain la veille qu’il quitteras Rebeuss. Cette « véritable ingénierie financière » mise à nu par la C.R.E.I. comme l’atteste le substitut du procureur spécial près la C.R.E.I. Antoine Félix Abdoulaye DIOME est tel qu’il faille se poser la question de savoir si vraiment il est ce « multimilliardaire » en francs CFA. En effet, il est accusé d’enrichissement illicite à hauteur de 694 milliards de francs CFA soit près de d’01 milliard d’Euros pour un pays où du matin au soir, du lever au coucher du soleil, le goorgoorlu national peine à trouver son pain quotidien.
« Karim, je dirais à ta mère que tu t’es enrichi illicitement » car comment comprendre qu’en dix ans de fonction qu’il ait emmagasiné un tel patrimoine. Karim, le peuple veut savoir et a le droit de savoir. Il va falloir éclairer sa lanterne et lui dire si oui ou non ce patrimoine que l’on vous attribue vous appartient ou est-ce juste une cabale montée de toute pièce par un régime revanchard qui veut votre peau et de ce fait liquider un potentiel adversaire politique. Je refuse d‘y croire, je fais confiance en la justice de mon pays et je crois en elle. J’ai confiance en elle et je sais que coupable ou innocent elle saura rendre la vraie décision. S’il est coupable, je veux bien croire que la justice fera son travail et le condamnera à la peine maximale prévue à cet effet à défaut de rembourser l’argent détourné mais s‘il est innocent j’ose espérer que la justice à sa tête l’Etat lui présentera des excuses en bonne et due forme et reconnaitra son erreur.
« Karim, je dirais à ta mère que tu es Rebeuss ». De sa garde à vue à la section de recherche de la Gendarmerie nationale à son placement sous mandat de dépôt, que de commentaires, que de discussions dans les places publiques, les marchés, les forums sur le net, les radios et télévisons. Tout ceci soit pour dénoncer la forfaiture dont il est victime, soit pour applaudir des deux mains en se disant qu’il y a enfin une justice comme pour dire fini le temps de l’impunité ; autrement pour lui manifester soit leur sympathie, soit leur antipathie. Seulement pour sa défense avec l’aide de ses avocats, il a présenté un document de 42 pages avec des centaines d’annexes pour se décharger des nombreuses charges et griefs qui sont retenues contre lui et contenu dans son dossier de mise en demeure qui lui a été notifié le vendredi 15 mars 2013. Je veux croire que tout ce qui y figure n’est pure vérité et que ce dossier de la C.R.E.I. n’est que pur mensonge et pourquoi pas je veux croire aussi que le dossier de la C.R.E.I. n’est que pur vérité et que son dossier n’est que pure mensonge.
A tous ceux qui s’agitent autour de cette affaire, j’aurais vraiment aimé qu’ils laissent faire la justice. C’est normal qu’ils crient, qu’ils dénoncent… mais qu’ils laissent la justice faire son travail car elle saura éclairer les zones d’ombres, trouver la vérité dans le mensonge, le réel dans l’irréel, le possible dans l’impossible. Quoi qu’on dise, la justice sénégalaise est libre et indépendante et elle ne se laissera pas téléguidée, télécommandée jusqu’à commettre une forfaiture. Si cette fortune dont on veut lui coller la paternité n’est pas la sienne alors la justice se rendra compte de son erreur puisque selon les propos d’un de ses proches rapportés par le quotidien l’observateur du jeudi 18 avril 2013, il n’a « jamais nié devant les enquêteurs et même lors de confidences à ses proches disposer d’un patrimoine honnêtement acquis. Mais un patrimoine n’est pas forcément une fortune ». Seulement, c’est ce patrimoine qui l’a perdu, l’a confondu. C’est ce patrimoine qui lui a ouvert grand les portes de la Maison d’Arrêt de Rebeuss pour ce refermer derrière lui à 23h55’. La scène aurait été irréaliste, surréaliste, absurde mais c’est la réalité. Depuis ce mercredi 18 avril 2013, jour qui sera gravé dans les annales judiciaires du Sénégal comme jour où l’ancien tout puissant ministre du ciel et de la terre a été envoyé à la citadelle du silence de Rebeuss en compagnie de cinq de ses coaccusés là où des années plutôt son père Me Abdoulaye WADE y avait séjourné du temps du régime socialiste. La suite, on la connait. Est-ce un signe du destin ??? Et le putatif emprisonna le légitime.

Vues : 37

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Écoutez !

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

Billet de kaptue florian

avant propos de mon livre intitulé "le temps des colombes" et si y jetiez un regard critique?

Parce qu’il faut être maitre de ses pensées et ses contradictions, dans cet Afrique, à l'heure du modernisme quelle place devons nous garder à l'emprise des traditions? pouvons toujours allez de l'avant sans s'occuper de nos racines? la tradition…Plus
il y a 4 heures
Billet de Ghindo DIOP

Sénégal : L’Ebola de l’informaticien

Une menace a été détectée !C’est le message que j’ai reçu  ce matin en allumant mon ordinateur.     En le diagnostiquant, mon ordi de marque Sénégal a révélé qu’un virus a réussi à passer le pare-feu conçu par le géant de la Sécurité Virale, le…Plus
il y a 11 heures
Discussions publiées par JEV-TOGO
il y a 11 heures
Gabriella95 a commenté l'article The Internet's Own Boy: l'histoire d'Aaron Swartz de Sinatou Saka.
"Votre site est merveilleux et diversifié. Étant invalide et insomniaque je suis toujours occupé grâce à vous. Bonne continuation ! voyance par mail gratuite"
il y a 17 heures
Billet de Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Une autre conception de la IVe République en RD Congo

Dans un article publié dans ses colonnes, le quotidien Le Potentiel…Plus
il y a 20 heures
REGNIER Andre Leopold a recommandé la discussion de Jeunes Volontaires offre de stage/Missions humanitaire 2014 en Afrique
hier
Vololonarivo Myriam a commenté l'article Camerounaise cherche son "Blanc" sur le web au mépris du danger [vidéo] de Philippe Couve.
"tant de jeunes femmes sont tentées dans cette aventure L'idéologie de "se marier avec un blanc est synonyme de réussite dans la vie" fausse le vrai amour, dans nombreux cas. Je rejoins également…"
hier
Billet de Vololonarivo Myriam

La fin des e-piratages à Madagascar

L'office malgache des droits d'auteurs, OMDA, réclame le paiement d'Ar 2000 (équivalent de 0,85euros) par ordinateur par mois, dans les cybercafés, sous prétexte de "protection des artistes".Une forme de mendicité pour les uns, une stratégie de…Plus
hier
Photo publiée par jolofal
hier
Icône de profilBAOUSOUNON Ibrahim, Azor Togmbaye, Fric Afrique et 1 se sont joints à Atelier des médias
hier
Billet de kaptue florian

Pour la survie des minorités culturelles au Caméroun, le cas Bamoudjo.( ce livre est édité par Edilivre)

Parce qu’il faut répondre à l’histoire je m’engage d’écrire une nouvelle page de l’histoire douloureuse et chronique du peuple Bamoudjo. C’est un véritable sursaut d’orgueil comme pour dire si désormais l’avenir m’engage administrativement,…Plus
hier
Billet de Serge ULESKI

Comme des champignons après la pluie...

   Du « jihadiste » en veux-tu en voilà !              Sortis d’on ne sait de quel chapeau… les groupes dits « jihadistes » croissent et fleurissent : Al-Qaïda,  Aqmi, Boko Haram, l’Etat islamique...                      Al-Qaïda… justifiant ainsi…Plus
hier
AKADIRI Sèlim Akanni a publié un statut
"Stage professionnel au Ministère des Affaires Étrangères"
Jeudi
Discussion publiée par MuzacMagazine

Les travaux de reconstruction du Lycée Alexandre Pétion en voie d’achèvement

Vue de l'ancien bâtiment détruit par le séisme de 2010…Plus
Jeudi
jolofal a commenté l'article Boko Haram ! de nyobe baudouin.
""Trop de témérité frise la folie "  L'Afrique berceau mais aussi avenir et sauveur de l'humanité en décadence en occident et aux Amériques "
Mercredi
nyobe baudouin a commenté l'article Boko Haram ! de nyobe baudouin.
" notre Afrique quel avenir ?  "
Mercredi

Membres

Les billets à la Une

Abonnez-vous par mail :

Photos

Chargement en cours…

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation