Il était 23h55’ au moment la plupart de la population dakaroise était au lit et où Dakar était bercé par un climat doux en ce mercredi 17 avril 2013, les portes de la Maison d’Arrêt de Rebeuss se fermaient. Elles se fermaient derrière un homme, qui, hier, était tout puissant mais aujourd’hui déchu de tout pouvoir. Karim Meïssa WADE, fils de l’ancien Président du SENEGAL Me Abdoulaye WADE et ministre d’Etat puisque c’est de lui qu’il s’agit est tombé. Il a été placé sous mandat de dépôt par le juge de la commission d’instruction de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (C.R.E.I.).
« Karim, je dirais à ta mère que tu as bien travaillé », s’enorgueillissait le Président et père Me Abdoulaye WADE lors de la réception d’une partie des travaux de la corniche dans le cadre de la préparation du sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (O.C.I.). En effet, en ce temps là, il avait en charge la présidence du Conseil de surveillance de l’Agence Nationale de l’Organisation de la Conférence Islamique (A.N.O.C.I.). A la tête de cette agence, il a conduit et réalisé de gros et importants chantiers routiers et hôteliers ce qui a un nouveau visage de la capitale sénégalaise. Fort de cette réussite, il sera nommé ministre puis ministre d’Etat au lendemain des élections locales de mars 2009, ministre des infrastructures, de la coopération internationale, des transports et de l’énergie ce qui lui vaudra le surnom de « ministre du ciel et de la terre ». A ces différentes stations ministérielles, il réalisa d’énormes travaux pour doter le pays et surtout la capitale sénégalaise d’infrastructures de dernières générations comme l’autoroute à péage Dakar – Diamniadio et de tant bien d’autres projets comme le plan takkal…
« Karim, je dirais à ta mère que tu as bien détourné ». Oui, il a détourné nos maigres deniers publics et c’est ce à quoi semble l’accuser le sénégalais de la rue et surtout son pays le SENEGAL. Ce pays qu’il a si bien servi du haut des plus hautes sphères étatiques, c’est ce pays là-même qui le traduit aujourd’hui devant la justice et si vraiment ce dont il est accusé s’avère être vrai alors c’est pas demain la veille qu’il quitteras Rebeuss. Cette « véritable ingénierie financière » mise à nu par la C.R.E.I. comme l’atteste le substitut du procureur spécial près la C.R.E.I. Antoine Félix Abdoulaye DIOME est tel qu’il faille se poser la question de savoir si vraiment il est ce « multimilliardaire » en francs CFA. En effet, il est accusé d’enrichissement illicite à hauteur de 694 milliards de francs CFA soit près de d’01 milliard d’Euros pour un pays où du matin au soir, du lever au coucher du soleil, le goorgoorlu national peine à trouver son pain quotidien.
« Karim, je dirais à ta mère que tu t’es enrichi illicitement » car comment comprendre qu’en dix ans de fonction qu’il ait emmagasiné un tel patrimoine. Karim, le peuple veut savoir et a le droit de savoir. Il va falloir éclairer sa lanterne et lui dire si oui ou non ce patrimoine que l’on vous attribue vous appartient ou est-ce juste une cabale montée de toute pièce par un régime revanchard qui veut votre peau et de ce fait liquider un potentiel adversaire politique. Je refuse d‘y croire, je fais confiance en la justice de mon pays et je crois en elle. J’ai confiance en elle et je sais que coupable ou innocent elle saura rendre la vraie décision. S’il est coupable, je veux bien croire que la justice fera son travail et le condamnera à la peine maximale prévue à cet effet à défaut de rembourser l’argent détourné mais s‘il est innocent j’ose espérer que la justice à sa tête l’Etat lui présentera des excuses en bonne et due forme et reconnaitra son erreur.
« Karim, je dirais à ta mère que tu es Rebeuss ». De sa garde à vue à la section de recherche de la Gendarmerie nationale à son placement sous mandat de dépôt, que de commentaires, que de discussions dans les places publiques, les marchés, les forums sur le net, les radios et télévisons. Tout ceci soit pour dénoncer la forfaiture dont il est victime, soit pour applaudir des deux mains en se disant qu’il y a enfin une justice comme pour dire fini le temps de l’impunité ; autrement pour lui manifester soit leur sympathie, soit leur antipathie. Seulement pour sa défense avec l’aide de ses avocats, il a présenté un document de 42 pages avec des centaines d’annexes pour se décharger des nombreuses charges et griefs qui sont retenues contre lui et contenu dans son dossier de mise en demeure qui lui a été notifié le vendredi 15 mars 2013. Je veux croire que tout ce qui y figure n’est pure vérité et que ce dossier de la C.R.E.I. n’est que pur mensonge et pourquoi pas je veux croire aussi que le dossier de la C.R.E.I. n’est que pur vérité et que son dossier n’est que pure mensonge.
A tous ceux qui s’agitent autour de cette affaire, j’aurais vraiment aimé qu’ils laissent faire la justice. C’est normal qu’ils crient, qu’ils dénoncent… mais qu’ils laissent la justice faire son travail car elle saura éclairer les zones d’ombres, trouver la vérité dans le mensonge, le réel dans l’irréel, le possible dans l’impossible. Quoi qu’on dise, la justice sénégalaise est libre et indépendante et elle ne se laissera pas téléguidée, télécommandée jusqu’à commettre une forfaiture. Si cette fortune dont on veut lui coller la paternité n’est pas la sienne alors la justice se rendra compte de son erreur puisque selon les propos d’un de ses proches rapportés par le quotidien l’observateur du jeudi 18 avril 2013, il n’a « jamais nié devant les enquêteurs et même lors de confidences à ses proches disposer d’un patrimoine honnêtement acquis. Mais un patrimoine n’est pas forcément une fortune ». Seulement, c’est ce patrimoine qui l’a perdu, l’a confondu. C’est ce patrimoine qui lui a ouvert grand les portes de la Maison d’Arrêt de Rebeuss pour ce refermer derrière lui à 23h55’. La scène aurait été irréaliste, surréaliste, absurde mais c’est la réalité. Depuis ce mercredi 18 avril 2013, jour qui sera gravé dans les annales judiciaires du Sénégal comme jour où l’ancien tout puissant ministre du ciel et de la terre a été envoyé à la citadelle du silence de Rebeuss en compagnie de cinq de ses coaccusés là où des années plutôt son père Me Abdoulaye WADE y avait séjourné du temps du régime socialiste. La suite, on la connait. Est-ce un signe du destin ??? Et le putatif emprisonna le légitime.

Vues : 38

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Podcasts

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

Photos publiées par general tchefary
il y a 24 minutes
Icône de profilmicoudo, Touré Madjara et Ngo Nyeck Nicole se sont joints à Atelier des médias
il y a 24 minutes
general tchefary a publié un statut
il y a 12 heures
general tchefary a publié un statut
il y a 12 heures
general tchefary a publié un statut
"Sur le chemin de jah a quand le succer ?"
il y a 12 heures
Robert-Hugues a publié un statut
"Ebola chez Obama : le virus s’internationalise mais la riposte ne suit pas encore...http://j.mp/1oAtmPv"
il y a 14 heures
Robert-Hugues a publié un statut
"Qui a dit que Hollande n'a pas lu "Merci pour ce moment"? Vous, continuez toujours par vous l'interdire...http://j.mp/YTFG6E"
il y a 18 heures
Billet de Lazare SIMON

ARTISTE DU JOUR : KANODY de la Côte d'Ivoire

Femme très engagée dans le milieu du Coupé Décalé, elle fait ses débuts comme auteur-compositeur de plusieurs textes de chansons qui lui permettent de gagner une grande notoriété dans son domaine musical.Sa musique se fait plus présente dans la…Plus
il y a 19 heures
Billet de Gaspard-Hubert Lonsi Koko

RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

Après avoir rappelé que le budget de l’Etat congolais n’était que de 300…Plus
il y a 20 heures
Raphaelle Constant a aimé le blog Quelle place accorder aux images de la terreur ? de Amaury de Rochegonde
il y a 23 heures
Une vidéo de Simon DECREUZE a été présentée en exclusivité

Mata kita, un Drone piloté par la Google Glass en Lingala - JCertifLab

Démonstration du "Mata Kita" depuis le congo qui signifie "monter-descendre" avec l'un des managers de JCertif LAB +Seti Afanou et +Eric Zilé Kouassi...hummm...
hier
Vidéo publiée par Simon DECREUZE

Mata kita, un Drone piloté par la Google Glass en Lingala - JCertifLab

Démonstration du "Mata Kita" depuis le congo qui signifie "monter-descendre" avec l'un des managers de JCertif LAB +Seti Afanou et +Eric Zilé Kouassi...hummm...
hier
Icône de profilRFI | Atelier des médias via Facebook
Miniature

Et si vous postiez une photo de votre cybercafé dans les commentaires !

Menacés d'extinction, les…

Plus
Facebookhier · Répondre
Une photo de Ismail Brice Tito AFFAGNON a été présentée en exclusivité

Le Club RFI Porto-Novo

Foun-Foun Tokpa ≠ Les Black Star le sacre Foun-Foun Tokpa a battu leurs adversaires par un score de 2 buts à 1
hier
Photos publiées par Ismail Brice Tito AFFAGNON
hier
Simon DECREUZE a aimé le blog La presse demain ? Surtout un modèle d'entreprise à rebâtir de laurent dupin
hier

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Tout voir

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation