Il n'y a pas qu'Ebola qui pourrait consumer notre peuple, l'ignorance aussi le peut. Il y a 14 ans, la République Démocratique du Congo connaissait 33,3% du taux d'analphabétisme de sa population. En ce 8 septembre 2014, journée internationale de l'alphabétisation, coïncidant avec la rentrée scolaire 2014-2015 en RDC, le pays affiche le visage du progrès. Les dernières statistiques de l'UNESCO donnent des chiffres encourageants partis de 33,3% en 2000 à 27,1% en 2014 d'analphabètes. Espoir ? OUI, il y a de quoi s'interroger sur l'avenir de ce pays aux facettes multiples mais avec plein d’espoir.

Journée Internationale de l'Alphabétisation 2014Avec ses 27,1%, c’est donc un progrès. Environ 19 000 000 de personnes de plus de soixante-quinze millions d'âmes congolaises n’ont pas accès aux études. Une baisse sensible, OUI, et une avancée. Mais s’il faudrait encore tabler sur la qualité de l'enseignement! La jeune fille est encore à la traine, bien que des améliorations se fassent, mais son frère n'est pas le mieux placé non plus. Bien sûr, on parle d’avancées significatives, avec raison, mais beaucoup reste à faire.

Alors que les chiffres incitent certains à la colère, d’autres aux célébrations, les défis à leur tour s'additionnent : des écoles ont été incendiées dans le triangle de la mort au Katanga (Manono - Mitwaba - Moba), dans certains coins du pays les élèves ont encore des huttes pour classes, des briques pour bancs, leurs genoux pour tables, et il y a ces pygmées encore à l'arrière plan,...

Visiblement dans les villes, on dirait bien que les choses changent, mais il suffit d’un regard d'analyste pour voir autrement. C'est quoi l'importance d'une école construite ou reconstruite si les conditions d'enseignement malsaines et les dérapages demeurent ? L'enseignant mal ou impayé a-t-il toujours la conscience au travail ? Ou encore, peut-il longtemps résister à la tentative de corruption ? Et cet élève qui n'a plus la chance d'acquérir les bonnes bases, sera-t-il l'avenir de ce pays ? Les bourgeois l'ont compris, ils envoient étudier leurs enfants à l'étranger, et cela n'avance rien à la résolution du problème actuel, un problème posé par l'égoïsme politique.

Si dans 14 ans la RDC a enregistré autant d'avancées, les dix prochaines années cependant laissent perplexes les observateurs. Ce n'est pas parce que j'ai eu de la chance, non seulement de fréquenter de bonnes écoles, mais aussi de prendre conscience de ma formation seul, que cela est donné à tous les jeunes congolais de ce temps. Aux gouvernants de cesser de s'applaudir, et de consulter le peuple, d'attaquer les problèmes prioritaires, notamment la multiplication de vraies écoles partout, l'amélioration du salaire de l'enseignant, la gratuité réelle de l'enseignement primaire pour tous,... ©Fidèle BWIRHONDE  ©fideleblog.canalblog.com

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...