Jeux Vidéos : comment l’Afrique vient au monde

L'industrie des jeux vidéo vaut des milliards pour les entreprises partout dans le monde. Toutefois, le continent où les jeux ont eu le plus de difficulté à percer est sans conteste l'Afrique. Avec un accès relativement médiocre aux technologies les plus récentes et à l’internet haut débit, les ressources mises à la disposition des développeurs africains ont souvent été insuffisantes. Mais les choses changent lentement. Et Olivier Madiba – fondateur du tout premier studio de jeux au Cameroun – en profite aujourd’hui à plein.

Début 2008, des entrepreneurs locaux ont mis en place des zones de jeux dans le canton de Soweto à Johannesburg dans le but d'apporter des jeux aux communautés les plus pauvres 

Le premier studio de jeu du Cameroun – juste après la formation en décembre 2013 (photo: Kiro'o Games)

Olivier détient une place très spéciale au sein de l'industrie du jeu africain.

Non seulement il est le fondateur du premier studio de jeu du Cameroun, Kiro'o Games, il est aussi le concepteur d’Aurion: l'héritage de la Kori-Odan – Le tout premier jeu de RPG (pour « Role Playing Game ») d’Afrique.

Les travaux sur le jeu ont commencé il y a 13 ans, quand Olivier était fraîchement sorti du lycée et avait des ambitions élevées.

En effet, il voulait être le RPG parfait pour le concepteur japonais légendaire Square Enix.Je me suis dit que si je fais un bon jeu, ici, au Cameroun, un jour ils vont me découvrir et m'embaucher », dit-il.

Commençant par travailler avec le rudimentaire "RPG Maker", Olivier était principalement autodidacte. « Il n'y avait pas de Communauté de joueurs, juste des joueurs dispersés dans des groupes vraiment minuscules, qui obtenaient  surtout leurs jeux via le piratage

Ce n’est qu’environ de 2012 que le travail sur Aurion serait vraiment repris, avec le site de financement participatif Kickstarter donnant à Olivier une nouvelle vie et la possibilité d'ouvrir son studio. Mais il y avait encore un problème.

"En tant que Studio camerounais, nous n'avons pas eu le droit de publier notre projet sur kickstarter. Cela nous a vraiment choqué”.

Travailler avec des coupures de courant

Olivier persévéra, recrutant une équipe de bénévoles pour travailler sur le titre.

Les complications de kickstarter étaient le moindre de ses soucis, cependant. Les pannes de courant, et une connexion Internet instable due à l'infrastructure du Cameroun, ont conduit à des solutions innovantes.

« Nous avons décidé de transformer [les pannes de courant] en séances de brainstorming pour perfectionner notre concept de jeu et obtenir des rétroactions de l'équipe.»

« La partie la plus épique a été le téléchargement du jeu sur Steam en utilisant mon smartphone comme modem parce que notre connexion Internet n'était pas assez stable ».

Aurion prend la forme d'un RPG d'action. Selon Olivier c'est le premier jeu de son genre à être développé en Afrique. Olivier était déterminé à faire un jeu qui pourrait être pris au sérieux sur la scène mondiale.

«Nous avons dû faire face à de vieux stéréotypes sur les africains et les noirs», dit-il. «Nous savions que ce ne serait jamais juste ‘un échec de studio’. Tout le monde dirait que nous ne savions pas créer de jeux à succèsNous étions également concentrés sur le fait de prouver aux gens d’ici que nous pouvions le faire. Et le faire sans simplement reproduire un succès étranger, mais plutôt produire un jeu qui nous ressemble».

Même une fois que le jeu avait été développé, Olivier dit qu'ils ont encore fait face à une lutte difficile avec la plate-forme de distribution de jeux numériques Steam.

«Lorsque nous avons essayé d'enregistrer le jeu, on nous a demandé beaucoup de documents administratifs obscurs parce que nous n'étions pas dans le monde occidental

Le style visuel de Aurion est fortement influencé par l'art africain traditionnel (image: Kiro'oGames)

L'Afrique, un marché en hausse

Les jeux comme Aurion augmentent certainement le profil de l'industrie du jeu en Afrique, avec le RPG qui attire l'attention du grand public à partir de sites tels que Kotaku l'année dernière.

Cela dit, il y a encore un long chemin à parcourir. Bien que le Nigeria soit la plus grande nation de jeu en Afrique, avec un marché de £150 millions l'an dernier, il se trouve toujours 40ème seulement dans le classement mondial pour les recettes de jeux vidéo.

Mais l'avenir semble prometteur 

"Nous avons maintenant un meilleur accès à l'Internet et un bon équipement informatique à travers le continent", explique Olivier.

"Aussi, nous sommes maintenant les adultes de notre pays, donc les jeux videos sont une partie importante de notre mode de vie".

Chiffre d'affaires des jeux vidéos par pays (en 2016)

  • Nigeria – £150 millions
  • Égypte – £140 millions
  • Afrique du Sud – £90 millions
  • Algérie – £75 millions
  • Maroc – £60 millions

Source: Newzoo

La « Silicon Savannah »

Avec le développement des jeux vidéo en Afrique, les gouvernements saisissent lentement les opportunités d'affaires.

La population, qui a moins de 25 ans en majorité, et l'utilisation rapide de l'Internet mobile au Nigeria, a participé au développement rapide ces dernières années de l'industrie des jeux vidéo de ce pays.

Le Kenya, quant à lui, a un plan en cours pour se transformer en une base technologique compétitive, y compris le développement d'une «Silicon Savannah».

"L'investissement est la clé, dit Olivier. mais nous faisons en 60 ans en Afrique ce que partout ailleurs a été fait en 200 ans. Nous devons construire à partir de zéro avec le pire système d'investissement. Mais nous nous révélons monde extérieur maintenant."

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Machine Learning, Deep Learning, Informatique Cognitive, réseau de neurones,…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Une galaxie de "refuzniks" appellent à contrer l'hégémonie…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Au-delà du classique feuillet, quels formats pour l'info sur le web ? BBC Research…

Plus...