Raqqa vue par la jeunesse syrienne

Défendre Raqqa seulement armés d'un clavier d'ordinateur, c'est le pari qu'ont fait des dizaines de jeunes Syriens. Que ce soit depuis la Syrie comme depuis l'étranger ou par le biais de prises de position sur les réseaux sociaux, de narration graphique ou de vidéos envoyées au monde entier, la jeunesse syrienne de Raqqa est bien décidée à faire vivre le quotidien d'une ville devenue désormais le fief syrien de Daesh.

Dans le livre Seule dans Raqqa, la journaliste franco-syrienne Hala Kodmani (Libération), raconte l’histoire de Raqqa à travers les publications Facebook de Ruqia Hassan, alias Nissan Ibrahim. Cyber-activiste, Nissan Ibrahim faisait partie de cette génération de citoyens qui a compris très tôt l’utilité des réseaux sociaux pour prendre librement la parole et révéler la réalité du quotidien de Raqqa, sous la répression de Bachar Al-Assad, puis sous celle de Daech. 

Une activiste de Raqqa racontée par Hala Kodmani

L’enquête de Hala Kodmani commence en 2011, au début de la révolution syrienne contre Bachar Al-Assad, et s’achève en 2015, lorsque la journaliste citoyenne Nissan Ibrahim est assassinée par Daech à Raqqa, le fief syrien de l'organisation. Dès l’été 2013, les djihadistes de Daech prennent Raqqa, qui deviendra quelques mois plus tard le fief syrien de l’Organisation Etat islamique. Nissan Ibrahim publiait alors des messages de haine à l’endroit des djihadistes de Daech. La jeune activiste est alors repérée par Daech et tuée en 2015. L’annonce de sa mort en janvier 2016 sera relayée par les médias internationaux, comme étant la première journaliste assassinée par Daech à Raqqa. Hala Kodmani raconte l’histoire de Raqqa à travers le témoignage laissé en ligne par Nissan Ibrahim. Entretien avec Hala Kodmani.

Une Syrienne de Chicago décrit la révolution en BD

Alaa Basatneh, une Américaine d’origine syrienne vivant à Chicago, décide en 2011 d'organiser dans sa ville une manifestation contre le régime de Bachar Al-Assad. Elle discute en ligne avec des combattants syriens sur le front pour s'informer de la situation. Petit à petit, elle devient une activiste en publiant des informations sur le conflit via les réseaux sociaux. La jeune fille devient même le personnage central d'un documentaire de Joe Piscatella, diffusé en 2013 : "#ChicagoGirl: The social networks takes on a dictator" ("#Chicagogirl : les réseaux sociaux défient un dictateur", ndlr). Piscatella est assisté par Bassel Shadade, un réalisateur syrien, qui a fait ses études aux Etats-Unis, mais est depuis retourné en Syrie pour couvrir la révolution. Dans le documentaire, Bassel Shadade insiste : "En Syrie, on doit lutter avec les réseaux sociaux plutôt qu'avec un AK-47". 

"Raqqa is being slaughtered silently"

Depuis avril 2014, le collectif "Raqqa is being slaughtered silently" ("Raqqa est assassinée en silence", nldr) couvre les exactions de Daech à Raqqa. Les 17 journalistes citoyens composant ce collectif recensent aussi les violations de l’Organisation Etat Islamique à Raqqa. Ils organisent également des actions contre les djihadistes de Daech. Dans cette vidéo, publiée le 16 avril 2015, des activistes de “Raqqa is being slaughtered silently” distribuent des tracts contre Daech.

Le témoignage de Haya al-Ali, syrienne désormais réfugiée à Paris

Un documentaire de Claire Billet et Lyana Saleh, diffusé en septembre 2014 sur France 24, permet de se plonger dans le quotidien de Haya Al-Ali à Raqqa, sous le joug de Daech. La jeune femme est depuis réfugiée en France.

Dans une image animée, des journalistes américains ont retranscris le leitmotiv de Alaa Basatneh, l'héroïne du documentaire  #Chicagogirl : “Le plus important c’est la consistance des propos. En aidant à couvrir les événements, en montrant aux activistes (syriens, ndlr) que j’étais avec eux 24h/24, 7 jours sur 7, en montrant à ces personnes que je suis quelqu’un de confiance”, “J’ai décidé de suivre les activistes que je connaissais depuis le début de la révolution et personne d’autre”.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Constance Léon, journaliste apprentie à l'Atelier des médias de RFI et Mondoblog.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
Il y a 21 heures
Atelier des Médias - RFI via Facebook

🤖 Venez faire la connaissance du papa de Flint, Benoit Raphael, l'éleveur de…

ziad maalouf posted a blog post
Dans le cadre de notre série de notre série consacrée au Festival International de photojournalisme…
Lundi
Atelier des Médias - RFI via Facebook

Plus...