Alors que depuis 96h les agents de la CENI font les 3/8 pour tenir les délais de publication des résultats de l’élection présidentielle togolaise, « dans un souci de transparence et de sincérité » comme le soulignent les observateurs internationaux, Jean-Pierre Fabre et l’ANC tirent à boulets rouges sur l’institution qu’ils ont contribuée à bâtir et sur le travail acharné des quelques 8900 agents qui l’animent.

La politique du pire

Dès le milieu de la semaine dernière, le candidat de cap2015, s’est livré à un chantage systématique, mettant en doute l’intégrité de la CENI, pourtant saluée par la communauté internationale comme un modèle de pluralisme et de démocratie, et appelant les togolais à porter la contestation dans la rue. Si le dernier amendement au fonctionnement de la Commission, signé vendredi sous l’égide de la CEDEAO, avait pu laisser croire à un retour à la raison du turbulent candidat de l’opposition, les récentes déclarations de l’ANC sur des fraudes massives, inquiètent à nouveau la population qui craint de voir se renouveler les débordements sanglants de 2005. Cap 2015 choisit ainsi la politique du pire dans une consultation électorale jusque-là sereine. Une attitude qui trahit une formation et des leaders enfermés dans une contestation stérile, et qui s’explique par les soutiens extérieurs puissants dont le candidat Fabre parait bénéficier.

La pire des politiques

Depuis le lointain Colorado un réseau de serveurs sature ainsi les médias internationaux et Togolais d’informations fausses affirmant sans jamais le prouver que les résultats de la CENI sont falsifiés, et annonçant une nette victoire du candidat Fabre. Un énorme détournement de données au service d’une manipulation à grande échelle de l’opinion internationale et des électeurs togolais, dont  on voit mal comment Cap 2015 a pu le financer seul.

Déjà, à la veille de l’élection Le Monde Afrique avait publié un brulot contre le dispositif électoral, cosigné par des représentants de la diaspora et une nébuleuse d’ONG, et appelant, lui aussi, la population à l’émeute. « Fabre est aigri par l’opposition et a tenté de refaire son handicap en soldant le pays à des poids lourds de la finance car il sait que 2015 est son dernier coup ; c’est sa nature, et c’est comme ça dans la vieille Afrique postcoloniale ! Mais il nous fait faire un grand bond en arrière ! Enfin, qu’il le veuille ou non, pour le Togo, 2015 c’est l’an 1 de la démocratie transparente». Le jugement tranquille ce quadragénaire qui avait choisi l’alternance relativise ainsi « la pire des politiques » menées par le candidat Fabre : décidément, le Togo de 2015 n’a aucun gout pour la violence. Pour preuve, le gouvernement ne réagit à aucune des incitations à la haine que publie l’opposition, considérant « qu’il s’agit là de liberté d’expression » et les festivités du 55e anniversaire de l’indépendance n’ont fait l’objet d’aucune exploitation politique par le Président.

 

D’après l’AFP, Faure Gnassingbé est crédité d’une avance de 25 à 35 points sur son adversaire le mieux placé…….un fossé qu’aucune fraude ne saurait combler.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...